Portrait de clemes

Bonjour, je suis un fumeur de tabac (2-5 cigarettes par jour) et fumeur occasionnel de cannabis (sous forme d'herbe très principalement) 1-5 fois par semaine selon les cas.
Depuis 3 mois environ, il m'arrive, lorsque je fume un joint, de ressentir une drôle de sensation dans la poitrine.
Je n'arrive pas à dire si cette sensation vient du coeur, des poumons ou de l'estomac. Je ressens comme des "fuites d'air" dans un milieu liquide, des bulles, une sorte de vibration au niveau de la zone Poumons-Coeur-Estomac.
Mon estomac semble gargouiller, le tout accompagné d'une légère douleur intercostale. Je ressent cela très rarement avec le tabac, et ce n'est pas non plus à chaque joint (selon le type et la "puissance" du cannabis)
J'ai l'impression que me "masser le coeur (ou à coté) à l'intérieur de moi" me ferait du bien.

Ces symptômes ne sont pas directement liés au cannabis, il m'arrive de ressentir la vibration tous les jours.

Savez vous de quoi il peut s'agir? Est ce seulement dans ma tête?

Portrait de jujutop
J'aime 0

J’ai trouvé un truc top pour faire des économies : Le CigaRoller : Ca vous permet de rouler vous même vos clopes ! Vous pouvez l’acheter sur Ebay mais aussi PriceMinister.
http://www.priceminister.com/navigation/se/category/sa/kw/cigaroller

Participez au sujet "Coeur et fumée"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Coeur et fumée"

  • La gastro-entérite à Escherichia coli entéro-invasif 0157/H7 est une inflammation de la muqueuse intestinale c'est-à-dire de la couche de cellules tapissant l'intérieur de l'intestin, faisant suite à l'introduction dans l'organisme d'une toxine que l'on appelle Vérotoxine ou toxine de type Shigella, en raison de la similitude avec la toxine produite par Shigella dysenteriae. Le germe responsable est une bactérie : le colibacille antéro-invasif ou antéro-hémorragique souche 0157/H7.

    La souche 0157/H7 à une origine bovine. L'infection est le résultat de l'absorption de viande de boeuf insuffisamment cuite ou de lait non pasteurisé. Les autres causes de survenue de gastro-entérites aiguës inflammatoires à Escherichia coli entéro-invasif 0157/H7 sont : la mayonnaise, les saucisses, le yaourt et les jus de fruits (entre autres).

    La contagion de personne à personne peut également avoir lieu sur un mode orofécale (via le tube digestif) essentiellement chez les enfants en bas âge qui porte des couches.

    Il est nécessaire de faire chauffer la viande pendant au moins 15 minutes à 70°. Ceci permet de tuer les germes responsables de cette pathologie gastroentérologique (concernant le tube digestif).

    La distribution de cette bactérie est mondiale.

    Les symptômes que présentent les patients concernés sont :
    Début des manifestations trois à quatre jours après l'ingestion de l'agent responsable de la maladie.
    Syndrome dysentérique (voir shigellose ou dysenterie bacillaire).
    Colite hémorragique (contenant du sang).
    Crampes abdominales importantes.
    Diarrhée aqueuse (contenant de l'eau) contenant par la suite du sang au bout de 24 heures.

    L'évolution se fait vers la régression de la diarrhée au bout d'une semaine environ.

    L'évolution peut également se faire vers un syndrome urémique hémolytique surtout à cause de l'insuffisance rénale aiguë qui s'installe chez l'enfant, quelquefois. D'autre part on a également signalé des porteurs asymptomatiques c'est-à-dire ne présentant aucun symptôme mais hébergeant les bactéries responsables de la maladie.

    Les examens de laboratoire permettent de confirmer le diagnostic. Il s'agit avant tout de la coproculture autorisant l'identification du germe ou du gène qui code pour la vérotoxine et l'augmentation du titre sérique (augmentation du nombre dès anticorps) spécifiques de type (pour les spécialistes en biologie) antilipopolysaccharique.

    Certains laboratoires, malheureusement, n'effectuent pas ce type de test (dépistage de l'Escherichia coli entéro-invasif 0157/H7) c'est la raison pour laquelle il faut en faire spécifiquement la demande.

    En ce qui concerne le traitement, comme c'est souvent le cas pour les gastro-entérites de type inflammatoire, de façon générale, le traitement est symptomatique c'est-à-dire que l'on traite chaque symptôme de la gastro-entérite.
    Il est nécessaire de prescrire des ralentisseurs du transit (pour lutter contre la diarrhée) et des antibiotiques. Néanmoins la prescription d'antibiotiques est au centre d'une polémique surtout en cas de diarrhée sanglante, à cause du risque d'augmentation de la libération des vérotoxines et d'une éventuelle accentuation du syndrome urémique hémolytique.

  • ... plusieurs jours). L’évolution peut se faire vers une perte liquidienne importante.   Les infections urinaires dues à ...
  • Un bacille est une bactérie revêtant la forme d'un bâtonnet, d'où son nom.

    Il existe :

    • Des bacilles à Gram négatif, comme Escherichia coli.
    • Des bacilles à Gram positif, comme Bacillus.

     

  • La cystite est une inflammation aiguë (survenant brutalement), ou chronique (s'étalant dans le temps).

    Elle est le plus souvent secondaire :

    • A une infection par :
      • Des germes pathogènes tels que Escherichia coli, ou protéus mirabilis.
      • Plus rarement des champignons (candida albicans).
    • A une maladie de la vessie.
  • Le syndrome hémolytique urémique (SHU ou maladie du hamburger​) (en anglais uremic hemolytic syndrome) est une maladie qui touche les reins et d'autres organes, provoquée par une bactérie du genre Escherichia coli surtout présente dans les intestins des bovins.