Portrait de LECLERE

Je consulte un médecin qui pratique la mésothérapie. Celui-ci m'a conseillé de pratiquer cette méthode pour me soigner d'un problème d'allergie. Le traitement repose sur des injections locales (autour du nez) de différents produits dont des oligo-éléments et autres produits que je qualifierais "d'inoffensifs". Mais ce traitement prévoit également des injections de CELESTENE 4mg. J'ai ensuite consulté mon généraliste qui m'a fortement déconseillé les injections de CELESTENE à cause des risques encourus notamment atrophie de la peau, taches sur le visage, sans parler de la dépression, le diabète, j'en passe et des meilleures. Je ne sais plus quoi penser... Pouvez-vous m'aider à y voir plus clair ?

Portrait de LECLERE
J'aime 0

Je vous remercie pour votre réponse. Cela me permettra d'engager la discussion avec mon médecin.

Portrait de babynourse
J'aime 0

L'injection de corticoides tel que le célestène sans avis préalable d'un médecin est fortement déconseillée vue les effets secondaires connues des corticoides..

Participez au sujet "Celestene Injectable"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Celestene Injectable"

  • L'alimentation par sonde gastrique, appelée également alimentation entérale, consiste à administrer un liquide nutritif en utilisant une sonde qui passe par le nez et qui descend jusqu'à l'estomac, plus précisément le duodénum (pour les sondes plus récentes). Précisément le nom de cette sonde est : nasogastrique au nasoduodénale. Le but final de cette technique d'alimentation parentérale est d'apporter au patient des nutriments nécessaires à sa bonne santé. Ces nutriments, il ne peut les absorber par voie naturelle (bouche, oesophage, estomac, intestin).

    Il est nécessaire de mettre une sonde gastrique chez des patients concernés par une maladie aiguë ou chronique présentant un état de dénutrition, des troubles de la déglutition (difficultés à avaler), atteints d'anorexie (perte totale de l'appétit), dans l'impossibilité d'ingurgiter de la nourriture pouvant permettre leur guérison. Dans ce cas, la quantité minimum de calories nécessaires à leur guérison étant d'environ 1800 kilos calories par jour. Les patients adynamiques (« sans énergie ») et continuant à perdre du poids malgré un traitement convenable, représente également une indication à la pose d'une sonde gastrique.

    Le but de la sonde gastrique étant d'amener directement des aliments à l'intérieur du tube digestif, le malade doit posséder tout de même un péristaltisme intestinal convenable c'est-à-dire la possibilité de faire avancer les aliments dans ses intestins. En effet, sans péristaltisme intestinal les aliments ne peuvent pas être convenablement digérés. La sonde nasogastrique s'adresse donc, au minimum, aux individus possédant encore une capacité de digestion et d'absorption des nutriments par les intestins.

    Les patients souffrant d'une insuffisance nutritionnelle depuis une longue période sont facilement diagnostiqués à l'examen physique. Il n'en est pas de même de ceux souffrant d'une insuffisance nutritionnelle aiguë (voir dénutrition). En effet, dans le deuxième cas les symptômes prennent le dessus car ils sont suffisamment intenses pour masquer l'insuffisance nutritionnelle aiguë. C'est le cas par exemple des patients en soins intensifs.

    Dans le passé le tube introduit en direction de l'estomac était un tube de gros diamètre. Actuellement ces tubes sont abandonnés. Il leur est préféré des sondes plus fines et plus longues. L'extrémité de ses sondes doit venir se positionner à l'intérieur du duodénum. Pour vérifier l'exactitude de l'emplacement de l'extrémité de la sonde il est nécessaire de faire passer une radiographie au patient avant de débuter l'alimentation.

    Pour faire passer les aliments nutritifs sous forme liquide à l'intérieur de la sonde, on utilise soit la simple gravité terrestre sans pression à raison d'une goutte par seconde ou 200 ml toutes les demi-heures, soit un mécanisme de pression par l'intermédiaire d'une seringue. Dans ce cas il s'agit d'une infusion intermittente faisant absorber au patient 50 ml de nourriture à chaque fois. Il est également possible d'utiliser une pompe dont le débit est variable et programmable.

    Il existe un gros inconvénient de l'alimentation par sonde gastrique, c'est celui du risque d'infection du produit nutritif lui-même et consécutivement du tube digestif. En effet, les liquides de gavages sont des milieux pouvant être contaminés rapidement (au final il s'agit d'excellents milieux de culture). C'est la raison pour laquelle ils doivent être préparés, stockés, transportés et administrés avec de grandes précautions c'est-à-dire de manière aussi aseptique que possible (éviter la contamination microbienne du produit de gavage).

    Après avoir introduit la sonde et fait passer le liquide nutritif dans le duodénum du patient, celui-ci doit, si possible, se promener, sauf bien entendu s'il existe des contre-indications à cela. Par la suite il faudra, le plus rapidement possible, adopter une alimentation normale. Le nombre de calories à administrer au patient sera de 1000 kilos les premiers jours. Cette quantité passera ensuite, progressivement, à 4000 kilos calories par jour.

    Certains patients nécessitent par ailleurs, en plus de la sonde gastrique, une alimentation par voie intraveineuse (périphérique).

    Voici une liste de produits, de préparations commerciales. Chacune de ces préparations apporte en moyenne 1000 kcal et en moyenne entre eux 25 et 45 g de protéines par litre.

    • Renutryl.
    • Flexinutril.
    • Dripsol.
    • Entéronutryl.
    • Lipodoloral.
    • Vivonex.
    • Suractim.

    Le liquide de gavage qui passera par la sonde gastrique possède différentes qualités. Il doit être avant tout fluide, ne pas présenter de résidus et avoir une odeur agréable. Sa concentration en protéines est plus élevée que pour une alimentation normale sauf si le patient présente une insuffisance rénale.
    Le liquide doit, d'autre part, ne pas favoriser la survenue de diarrhée (pour les spécialistes : l'osmolalité ne dépassera pas 300 milliosmoles par kilogramme).

    Il n'est pas obligatoire d'utiliser les produits du commerce. Ainsi, la préparation artisanale de liquide gavage est possible. Bien entendu cette préparation doit être très finement homogénéisée en utilisant un mixeur. Elle doit permettre, par ailleurs, d'apporter au minimum 800 kilos calories et 30 g de protéines par jour. Il est possible de lui adjoindre des viandes du jambon, du foie, des légumes. Ces préparations ont l'avantage de stimuler l'appétit du patient. Leur couleur et leur goût, entre autres, est sans doute différents de ceux du commerce.

    Des complications sont susceptibles de survenir à la suite de l'utilisation d'une sonde gastrique et du passage d'aliments sous la forme de liquide nutritif, surtout chez les patients présentant une insuffisance de mouvements intestinaux. Il s'agit d'une atonie intestinale engendrant un péristaltisme soit absent, soit peu intense. Ces complications sont (liste non exhaustive) :

    • Des diarrhées (essentiellement début). Ceci survient avant tout quand la concentration du liquide de gavage est trop élevée.
    • Une constipation à cause de l'insuffisance de résidus dans le liquide passant par la sonde est surtout si l'alimentation par la sonde se prolonge trop longtemps.
    • Des régurgitations avec des reflux gastro-oesophagiens et un risque de pneumonie par aspiration.
  • La nutrition parentérale est une technique de nutrition artificielle, au cours de laquelle les micronutriments et les macronutriments sont apportés par voie intraveineuse.

  • La nutrition entérale est une technique d'alimentation artificielle, qui permet d’administrer l’alimentation sans passer par la bouche.

     

  •  Les individus, sujets, présentant un risque élevé de malnutrition (calorique), ou un déficit en protéines sont (liste non exhaustive):

    • Les personnes soumises à une alimentation insuffisante de façon générale (famine).
    • Les individus en soins intensifs.
    • Les grands brûlés.
    • Les patients souffrant de maladies chroniques (cancer).
    • Les polytraumatisés.
    • Les patients opérés du tube digestif.
    • Les patients soumis à un traitement par radiothérapie ou chimiothérapie.
    • Les individus présentant des troubles digestifs chroniques (depuis une longue période).
    • Certains diabétiques.
    • Les personnes âgées vivant seules.
    • Les personnes souffrant de pathologie articulaire grave (polyarthrite rhumatoïde, arthrose massive).
    • Les individus économiquement faibles ou négligents, incapables de se préparer une alimentation équilibrée.
    • Certains malades mentaux.
    • Les individus souffrant d'anorexie mentale grave.
    • Le patients obèses présentant quelquefois des déficits en protéines et en vitamines. Ceci est le résultat d'une alimentation déséquilibrée.
    • Les alcooliques.
    • Les toxicomanes (morphine, cocaïne et autres toxicomanies).
    • Certains adolescents surtout durant la grossesse.

    Voir également :
    Alimentation par sonde nasogastrique
    Kwashiorkor
    Marasme
    Dénutrition

  • Le régime dans le cancer comporte essentiellement quelques recommandations générales. Avant tout il est nécessaire de consommer moins de lipides et moins de viande rouge. D'autre part la consommation de fruits, de légumes et de céréales entières doit être augmentée. Enfin la consommation de boissons alcoolisées et de sucre doit être limitée.

    Plusieurs études expérimentales et épidémiologiques ont permis de mettre en évidence le rôle de l'alimentation humaine comme facteur favorisant la survenue des cancers (les spécialistes parlent de carcinogenèse). Il existe également des facteurs qui inhibent la survenue de la carcinogenèse.
    En dehors des substances susceptibles de favoriser les cancers, substances artificielles rajoutés par l'homme pour éviter, en théorie, la pullulation des insectes, les herbicides, donc des substances susceptibles de contaminer la nourriture, nous parlerons des constituants normaux de l'alimentation humaine.

    Avant tout, c'est la quantité d'aliments absorbés par une personne qui risque de favoriser la survenue d'un cancer. Ainsi l'excès de calories et l'obésité prédisposent à certains cancers et plus particulièrement à celui de l'endomètre (couche de cellules recouvrant l'intérieur de l'utérus), de la vésicule biliaire et de la glande mammaire (le sein).

    Les corps gras jouent un rôle particulièrement délétère, c'est-à-dire dangereux, quant à l'éventuelle survenue d'un cancer. Ceci est particulièrement vrai dans nos pays occidentaux où la part des lipides par rapport aux protéines et aux glucides est trop importante (fast-food).
    Il semble que ce soit avant tout les graisses naturelles animales qui soient mises en cause. Ceci est particulièrement vrai pour les tumeurs malignes du sein et du côlon (rôle également nocif de la constipation qui favorise la stagnation des excréments au contact des parois intestinales). En ce qui concerne le cancer du côlon il faut également noter qu'une augmentation du cholestérol et des dérivés du cholestérol à l'intérieur du côlon stimulerait la formation de tumeurs malignes.

    Les fibres alimentaires constituées de cellulose provenant des fruits et des légumes semblent inhiber la carcinogenèse c'est-à-dire diminuer la survenue de cancer en particulier en ce qui concerne le côlon. Au contraire la pauvreté de l'alimentation en fibres et la richesse en lipides favoriseraient la genèse du cancer du côlon.

    En ce qui concerne les vitamines il semble que le rôle de la vitamine A  et du béta-carotène diminuerait la survenue du cancer du poumon. Néanmoins ceci est au centre d'une polémique entre spécialistes en gastro-entérologie et diététiciens.

    En ce qui concerne la vitamine C, elle a souvent été considérée comme permettant de diminuer la survenue des cancers de façon générale. Il a également été émis une hypothèse comme quoi un régime carencé en vitamine C pourrait augmenter la prédisposition à tous les types de cancer.
    La vitamine C pourrait avoir une action inhibitrice certaine de la carcinogenèse. Des expériences sur l'animal ont prouvé ceci. Chez l'homme les preuves sont moins formelles.

    Le sélénium est un oligo-élément qui joue un rôle important dans le processus d'oxydation des tissus. Le sélénium, par l'intermédiaire de la glutathione peroxydase semble inhiber la survenue des cancers. Différentes études expérimentales et épidémiologiques ont montré que la carence en sélénium favorise la survenue de l'ensemble des tumeurs malignes. L'excès de sélénium à son tour semble également favoriser la survenue de tumeurs de toutes sortes.

    Voir également :
    Makros nutriment
    Régime dans le cancer du colon et du rectum
    Comment les Français se nourrissent-ils aujourd'hui