Portrait de lotte françoise

opérée en janvier d'un carcinome canalaire infiltrant, d' une tumorectomie.
30 séances de radithérapie un mois après l'intervention.
dupuis janvier j'ai subi 4 ponctions de lymphocèle. Les trois premières ont été effectuées dans une salle de soins, par de chirurgien. La dernière ponction a été faite dans son cabinet, sans précaution d'aseptie. Deux jours plus tard, j'ai été prise de très fortes fièvres (41°).A ce moment, je suis partie me reposer dans l'Est de la France. Un médecin m'a donné des antibiotiques, de la cortisone, des anti-douleurs...J'avais une grosseur sur le sein opéré, qui grossisser de jours en jours. La grosseur a fini par éclater comme un geyser, répandant sur mon corps un liquide purulant. Je suis allée de suite chez le médecin qui a bien nettoyé la plaie. J'ai été orienté chez un chirurgien qui, après avoir passé échographie et mammo numérique, m'a fait hospitaliser pour me réopérer. Il a appellé l'intervention "remise à plat". Il a laisser pendant quelques jours une lame pour finir de faire couler le liquide. Une analyse a été faite : streptocoques.(donc maladie nosocomiale)
Lorsque la lame a été enlevée par le chirurgien, il a comblé le trou par une méche qui doit être changée tous les jours, dimanche et jours fériés. La température est revenue 1 mois1/2 après la mise à plat : allergie à la mèche. Elle sera remplacée par une mèche de gaze séche. début octobre la cicatrisation est faite, mais il y a une persistance d'une collection dans le foyer opératoire.
Ce que j'aimerai savoir si d'autres personnes ont connu ce genre d'ennuis. J'ai toujours mal. Le chirurgien m'a averti que ce serait très long car 2 opérations coup sur coup + les séances de radiothérapie qui ont bien brûler les chaires

Portrait de Papillon57
J'aime 0

Bonjour Francoise!

Je dois vous dire, que je vous trouve extrêmement courageuse!
Tout ce que vous avez subit et subissez encore, je vous trouve remarquable.
Dans toute votre description, pas une seule plainte, rien de tel.

Ma mère est en phase terminal d'un cancer des os généralisé, et elle a toujours quelque chose qui ne fait pas son affaire, elle est très difficile, à soigner, ainsi qu'à veiller.

Je vous remercie, pour votre courage , vous êtes vraiment fantastique, et je vous souhaite la meilleure des chance.

Papillon57

Portrait de lotte françoise
J'aime 0

A papillon 57
merci de vos encouragements.
Je vais être de nouveau opérée le 18 novembre (la troisième fois en 10 mois) beaucoup d'indurations, encore une lymphocèle profonde et infection.
Je serai en forme pour les fêtes de Noël. J'étudie déjà mon menu car ma petite tribu attend de nouveau que je me dépasse et que je les étonne.
La famille et les amis sont très inportants.
Je pense qu'il ne faut pas hésiter à avoir des projets, même s'ils ne se réalisent pas toujours.

Portrait de Papillon57
J'aime 0

Oui, je vous comprends.
Mais, car il y a toujours un mais, vous ne pensez pas, que pour ce Noël ci, vous pourriez passer un peu de vos talents à votre tribu, soumettez leur votre menu, et ils pourront le faire pour vous et vous surprendre.
N'oubliez pas que un mois pour récupérer, d'une chirurgie, c'est pas beaucoup. En plus il y a les courses à faire, les cadeaux, les emballer, ect....

Votre famille va vous aimer autant, vous savez, surtout à si peu de temps d'intervalle.

Et cela pourrait même être un genre de jeux, pour vous tous, d'essayer de reproduire vos différents plats. Vous pourriez vous, vous charger d'octroyer des prix pour le meilleur dessert, et ainsi de suite.

Depuis plusieurs années, je ne suis plus apte à faire de grands repas, et mes enfants et leurs conjoints comprennent super bien.
Par contre je suis en charge de trouver les jeux pour la soirée. Et nous avons toujours beaucoup de plaisir.

Et mon conjoint ainsi que mes enfants m'apprécie tout autant qu'avant.
Ce que vous vivez n'est pas évident du tout, il faut savoir garder des forces.

Ce n,est qu'une suggestion comme cela, mais pensez y, cela pourrait bien être drôle non?

Et puis tiens, vous méritez bien un gros bisous, hihihihi.
Car je pense que vous ne m'écouterez pas du tout, hihihihih.

Bonne chance et à bientot,

Papillon57

Participez au sujet "carcinome canalaire infiltrant, lyphocèle, puis maladie nosocomiale"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "carcinome canalaire infiltrant, lyphocèle, puis maladie nosocomiale"

  • Les antibiotiques peuvent avoir des effets indésirables qui limitent leur emploi ultérieur (il s'agit généralement d'une famille d'antibiotiques en particulier).

     

  • L'automédication est un traitement médicamenteux pris par un individu sans avis médical.

    Autrement dit l'automédication est un traitement pharmaceutique institué par le patient lui-même sans avoir, au préalable, eu un avis ni eu une prescription médicale.

    Les médicaments en vente libre ne sont pas forcément inoffensifs. C'est la raison pour laquelle il nécessaire de demander conseil à son pharmacien car, comme tout médicament, celui-ci peut être nocif quand il est mal employé.

    Souvent, certaines personnes utilisent des médicaments prescrits à un autre moment pour une affection (maladie, pathologie) qui semble similaire. C'est par exemple le cas des antibiotiques pour lesquels il est important de respecter une prescription médicale. Précisément l'utilisation des antibiotiques est totalement contre-indiquée en cas d'infection virale. En effet ceux-ci sont parfaitement inutiles, n'ayant aucune action contre la multiplication (reproduction) des virus. D'autre part, en cas d'infection bactérienne (prouvée par une recherche du germe en cause en laboratoire) les antibiotiques pris sans indication médicale risquent de ne plus être efficaces et de perturber les défenses immunitaires du patient ayant pris une médication irraisonnée.

  • L'utilisation de drogue intraveineuse multiplie par 10 le risque de voir survenir une pneumonie. Les germes le plus souvent en cause sont (liste non exhaustive) :

    • Pneumocoque.
    • Haemophilus influenzae.
    • Staphylocoque.
    • Klebsiella pneumoniae.
    • Chlamydia pneumoniae.
    • Pseudomonas aeruginosa.
    • Moraxella catarrhalis.

    Les individus qui se droguent présentent des bronchectasies (voir ce terme dans l'encyclopédie médicale Vulgaris).
    D'autre part si le patient présente en plus de la pneumopathie, une infection par le virus de l'immunodéficience humaine, le risque est plus élevé encore.

    En cas de tuberculose, le patient toxicomane par voie intraveineuse présente une résistance aux antibiotiques utilisés habituellement pour traiter la tuberculose. Il s'agit pourtant d'antibiotiques majeurs.

    En cas d'embolies pulmonaires de nature sceptique dues à un foyer infectieux, on constate que cette pathologie est le résultat d'une endocardite infectieuse généralement due à staphylocoque doré et touchant la valvule tricuspide. Parfois cette infection est le résultat d'une thrombophlébite périphérique au point d'injection de la drogue à l'intérieur de la veine.

    Quelquefois le patient présente également un abcès du poumon, qui s'observe assez fréquemment chez les toxicomanes, à cause de l'aspiration de la salive durant les périodes d'altération de la conscience ou encore la suite d'une dissémination à travers la circulation sanguine de germes infectés par voie intraveineuse, au moment de la pénétration de la drogue dans la circulation veineuse.

    Les injections à répétition de drogue contenant en plus du talc et quelquefois même de l'amidon entraînent l'apparition d'une pneumopathie interstitielle qui se manifeste par des symptômes discrets. Il peut s'agir simplement d'une petite dyspnée c'est-à-dire d'un essoufflement modéré. Néanmoins chez certains patients les poumons et leurs fonctions sont atteints et la radiographie permet de mettre en évidence une augmentation de la trame pulmonaire.

    En cas de bronchospasme et de lésions de la trachée, les lésions sont aggravées surtout chez les fumeurs de cocaïne (crack).

    L'emphysème pulmonaire survient également en termes de pneumopathie liée aux drogues à la suite d'injections intraveineuses mais essentiellement de méthylphénidate.

  • ... fièvre Forte augmentation du taux de globules blancs dans le sang Présence de leucocytes, de glaires, de ... de la colite pseudomembraneuse sont : Diminution du taux d’albumine dans le sang Troubles hydroélectriques (potassium, ...
  • Le terme bactéricide signifie qui tue les bactéries, qui est détruit.

    Une substance bactéricide est une substance possédant la capacité de tuer des bactéries. Les propriétés bactéricides sont variables d'une substance à l'autre. Elles sont directement dépendantes du spectre d'action du produit bactéricide.
    L'adjectif bactéricide est utilisé essentiellement pour qualifier un antibiotique, un antiseptique ou un autre procédé permettant de désaffecter.

    La concentration minimale inhibitrice (CMI) est la concentration minimale d'un antibiotique qui permet d'inhiber le développement d'une colonie bactérienne. En comparaison, la concentration minimale bactéricide (CMB) est la quantité minimale d'antibiotiques suffisante pour ne laisser survivent qu'une bactérie sur 10 000 et ceci en 24 heures et dans des conditions de température avoisinant 37° centigrades.
    Pour toutes ces raisons un antibiotique est considéré comme bactéricide à condition que sa concentration minimale inhibitrice et sa concentration minimal bactéricide confronté à une souche de bactérie donnée soient proches l'une de l'autre.
    Un traitement bactéricide est le plus souvent un traitement qui associe deux antibiotiques  par exemple des aminosides et des bêtalactamines, voir des quinolones. Ces associations sont le plus souvent indispensables pour traiter certaines  infections gravissimes comme cela se voit au cours de certaine septicémie, endocardite ou méningite.