Portrait de danielu

je viens d apprendre que je suis atteinte de cette maladie à la suite d'une Bartholinite. Qui a subi ces soucis ? Intervention ? Traitement ? Merci de m'aider.
Je suis en attente d'une opération.

Portrait de isidore.duparc
J'aime 0

Voici un texte particulièrement difficile à lire. C'est la raison pour laquelle avant d'entamer sa lecture nous vous conseillons peut-être de le faire rire par quelqu'un d'autre que vous-même, car certaines données médicales ne sont pas faciles à accepter d'emblée, c'est la raison poulaquelle elles sont données par un médecin, en consultation.

Le cancer de la vulve est rare mais son pronostic n'est pas bon alors que son diagnostic précoce et de plus en plus facile à faire. Le cancer de la vulve représente cinq à 10 % des cancers génitaux de la femme. On constate de plus en plus que ce cancer est de plus en plus fréquent. Il s'observe en effet préférentiellement chez les femmes âgées qui bien entendu sont de plus en plus nombreuses. Il est nécessaire de distinguer classiquement 2 présentations :le cancer qui se développe sur une vulve dystrophique le plus souvent et qui s'accompagne de lichen qui a perdu son élasticité naturelle et, deuxièmement, le cancer qui se développe sur une vulve qui n'est pas malade c'est-à-dire une vulve saine. Dans le premier cas la cancérisation c'est-à-dire la survenue du cancer semble être liée à une dégénérescence directe des cellules . Dans le second cas il semble que ce soit l'infection par le virus hPV qui soit à l'origine de ce cancer. En fait de plus en plus ces notions sont inexact.
Dans 90 % des cas le cancer de la vulve est un cancer épidermoïde les lésions se développent à partir des grandes lèvres, des nymphes du clitoris ou de la fourchette. La forme est soit bourgeonnante soit infiltrante soit une forme mixte que les spécialistes en gynécologie appelle ulcéro-bourgeonnante. Elle s'étend aux régions avoisinantes et peut tout doucement s'infiltrer pour les formes évoluées vers l'orifice urinaire, vagin, le canal anal, le périnée, des plis génitaux. L'extension peut également se faire dans les ganglions de l'aine et vers les ganglions du bassin.
Le principal symptôme est le prurit c'est-à-dire des démangeaisons surtout quand il y a du lichen c'est souvent le cas. Par la suite mais plus tardivement on constate des pertes purulentes ou des pertes sanglantes et des douleurs tardives.

Le traitement du cancer de la vulve est avant tout chirurgical. Il s'agit d'une opération qui porte le nom de Basset. Il s'agit d'une vulvectomie totale c'est-à-dire qu'on retire totalement la vulve et les structures superficielles et profondes. À ceci s'ajoute une abalation des chaines lymphatiques c'est-à-dire que l'on retire les ganglions lymphatiques et (ganglion de Cloquet).
De plus en plus, et ce sera votre cas, les opérations sont moins mutilantes. Certains spécialistes proposent d'autre part la radiothérapie (utilisation de rayons comme traitement) au niveau du périnée entre autres. Pour certains ceci n'est pas de mise. Néanmoins la radiothérapie s'impose quand l'âge et l'état général de la patiente ne peuvent permettre d'opérer
Quelquefois on combine la radiothérapie avec la chimiothérapie et ensuite on propose une reconstruction qui utilise des transferts de lambeaux cutanés et de muscles provenant de l'abdomen ou de lambeaux musculocutané-cruraux.

Portrait de danielu
J'aime 0

merci pour votre réponse, le scanner (TDM) thorax, pelvien ne fait pas apparaître une possible extension, reste à prélever le ganglion "sentinelle".
Ce carcinome a peut-être été diagnostiqué relativement tôt ?
Il y a t'il , si c'est le cas, récidive , après une opération, sans radiothérapie ?
Quelle est ma vie après ? sport, notament vélo (je viens de faire un tour d'Europe avec mon époux) et vie sexuelle. Merci.

Portrait de danielu
J'aime 0

bonjour, message pour Isisdore D. et à tous ceux qui peuvent m'aider.

carcinome épidermoïde de la vulve (suite du 25.06.2007)

je cite le cpte rendu de l'institut Régaud Toulouse)
il a été réalisé 1 élargissement local ganglion sentinelle. Métastase inguinale gauche = curage complémentaire et prélèvement à droite, les deux limités à la région endo veineuse. Reprise chirurgicale montrant un élargissement sans pathologie et la positivité d' 1 ganglion sentinelle inguinal gauche.
Conclusion : hémivulvectomie complémentaire sans reliquat carcinomateux du carcinome épidermoïde connu. Lésion classable T1 NO.
1 ganglion métastatique (gs1) sur les 5 examinés dont 3 sentinelles.
On me propose une EVENTUELLE RADIOTHERAPIE
Faut-il la faire ? uniquement par précaution ?
En connaissant "un peu " les effets secondaires, à plus ou moins long terme de ce traitement. Une surveillance très rigoureuse ne serait-elle pas suffissante pour l'instant. Y a t-il une autre traitement ?
j ai vraiment besoin d'aide avant de rencontrer le Cancérologue (mardi24.07)
Merci. Danielu

Participez au sujet "cancer épidermoïde de la vulve"