Portrait de bea85

Bonjour, j’au appris il y a un mois que j’ai un cancer du poumon à petites cellules (le plus rare et plus agressif). C’est une tumeur bien localisée et atypique selon les médecins (en forme de “bourgeonnement”). Ca fait une semaine qu’ils se concertent pour le traitement mais ne trouvent pas d’accord. Ils ont décidé de réétudier le prélèvement de la fibroscopie en détail. Le pneumologue semble dire que c’est assez grave et urgent car c’est un cas apparemment peu fréquent. Je commence à perdre le moral car en l’espace d’une semaine, il ne fait que changer d’avis: mercredi matin je devais rentrer dans la journée pour commencer la chimio sans savoir ce que j’avais, deux heures plus tard je devais plutot refaire une analyse et aujourd’hui je dois attendre qu’ils revoient l’analyse en détail. J’ai peur qu’ils tentent un traitement sans être surs d’eux.
Si quelqu’un a eu une expérience similaire ou souhaite tout simplement échanger sur la maladie, ça me ferait du bien de discuter simplement avec quelqu’un qui vit le cancer ou l’a vécu.

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

Voici où en est le traitement du cancer du poumon à petites cellules.
Il est avant tout nécessaire de faire l'évaluation préthérapeutique, c'est ainsi qu'on l'appelle, des patients présentant un cancer du poumon à petites cellules histologiquement. Il comporte un bilan initial habituel de cancer pulmonaire avec scanner du thorax et scanner de l'abdomen. En effet il existe quelquefois une atteinte du foie et des glandes surrénales.
Il faut également effectuer une fibroscopie bronchique avec lavage et biopsie afin de déterminer l'extension tumorale avant le traitement. Un scanner du cerveau car 10 % des patients présentent des métastases, une biopsie de la moelle avec aspiration car 20 à 30 % des malades ont un envahissement de la moelle et une scintigraphie du squelette si certains symptômes ou d'autres éléments semblent indiquer des métastases de ses organes.
La scanographie du thorax et de l'abdomen est très utile afin d'évaluer et de suivre la réponse du traitement envers la tumeur. D'autre part la scanographie du thorax facilite la planification de la radiothérapie. Si l'on constate des signes ou des symptômes de compression médullaire ou d'une atteinte des ménages indépendamment du type histologique c'est-à-dire indépendamment de la variété de cancer du poumon, il faut réaliser une I.R.M. et un examen cytologique du liquide céphalorachidien (pour connaître la composition de ce liquide). Si l'on constate la présence de cellules malignes il faut effectuer une irradiation au niveau de la compression et une chimiothérapie Intrathécale (dans l'espace méningé) le plus souvent les spécialistes utilisent du méthotrexate. Il est également nécessaire d'effectuer soit un scanner soit une I.R.M. du système nerveux central pour rechercher des métastases sur les méninges entre autres.
Vous comprenez, maintenant la difficulté du problème pour l'équipe soignante qui doit prendre une décision.
Avant d'envisager le traitement il est nécessaire de parler du tabagisme. Une étude récente a montré que les individus qui abandonnent le tabac s'en tirent beaucoup mieux que ceux qui continuent de fumer.
En théorie et très rapidement voici ce que l'on peut dire pour résumer les approches thérapeutiques pour les patients atteints d'un cancer du poumon à petites cellules.
À un stade illimité avec un bon état général, en théorie il faut une polychimiothérapie (plusieurs médicaments anticancéreux dont je donne la liste après) et une radiothérapie du thorax.
A un stade étendu, avec un bon état général, la polychimiothérapie semble suffisante.Chez un patient dont l'état général est mauvais et à tous les stades, il est nécessaire d'associer une polychimiothérapie à dose réduite et une radiothérapie palliative.
La combinaison la plus largement utilisée est l'étoposide avec du cisplatine ou du carboplatine, toutes les trois semaines en ambulatoir pendant trois à six cycles.
Un autre traitement efficace associe, cisplatine et paclitaxel .
La radiotherapie est faite dans certains cas seulement.

Tenez-nous au courant. J'espère que vous rencontrerez d'autres personnes sur ce forum qui pourront vous encourager.

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

Voici où en est le traitement du cancer du poumon à petites cellules.
Il est avant tout nécessaire de faire l'évaluation préthérapeutique, c'est ainsi qu'on l'appelle, des patients présentant un cancer du poumon à petites cellules histologiquement. Il comporte un bilan initial habituel de cancer pulmonaire avec scanner du thorax et scanner de l'abdomen. En effet il existe quelquefois une atteinte du foie et des glandes surrénales.
Il faut également effectuer une fibroscopie bronchique avec lavage et biopsie afin de déterminer l'extension tumorale avant le traitement. Un scanner du cerveau car 10 % des patients présentent des métastases, une biopsie de la moelle avec aspiration car 20 à 30 % des malades ont un envahissement de la moelle et une scintigraphie du squelette si certains symptômes ou d'autres éléments semblent indiquer des métastases de ses organes.
La scanographie du thorax et de l'abdomen est très utile afin d'évaluer et de suivre la réponse du traitement envers la tumeur. D'autre part la scanographie du thorax facilite la planification de la radiothérapie. Si l'on constate des signes ou des symptômes de compression médullaire ou d'une atteinte des ménages indépendamment du type histologique c'est-à-dire indépendamment de la variété de cancer du poumon, il faut réaliser une I.R.M. et un examen cytologique du liquide céphalorachidien (pour connaître la composition de ce liquide). Si l'on constate la présence de cellules malignes il faut effectuer une irradiation au niveau de la compression et une chimiothérapie Intrathécale (dans l'espace méningé) le plus souvent les spécialistes utilisent du méthotrexate. Il est également nécessaire d'effectuer soit un scanner soit une I.R.M. du système nerveux central pour rechercher des métastases sur les méninges entre autres.
Vous comprenez, maintenant la difficulté du problème pour l'équipe soignante qui doit prendre une décision.
Avant d'envisager le traitement il est nécessaire de parler du tabagisme. Une étude récente a montré que les individus qui abandonnent le tabac s'en tirent beaucoup mieux que ceux qui continuent de fumer.
En théorie et très rapidement voici ce que l'on peut dire pour résumer les approches thérapeutiques pour les patients atteints d'un cancer du poumon à petites cellules.
À un stade illimité avec un bon état général, en théorie il faut une polychimiothérapie (plusieurs médicaments anticancéreux dont je donne la liste après) et une radiothérapie du thorax.
A un stade étendu, avec un bon état général, la polychimiothérapie semble suffisante.Chez un patient dont l'état général est mauvais et à tous les stades, il est nécessaire d'associer une polychimiothérapie à dose réduite et une radiothérapie palliative.
La combinaison la plus largement utilisée est l'étoposide avec du cisplatine ou du carboplatine, toutes les trois semaines en ambulatoir pendant trois à six cycles.
Un autre traitement efficace associe, cisplatine et paclitaxel .
La radiotherapie est faite dans certains cas seulement.

Tenez-nous au courant. J'espère que vous rencontrerez d'autres personnes sur ce forum qui pourront vous encourager.

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris

Participez au sujet "cancer du poumon"

Articles à lire concernant "cancer du poumon"

  • Cancer S'abonner Cancer du sein chez la femme ... au niveau du tissu squelettique, du cerveau, du foie ou du poumon. Il s'agit dans ce cas de métastases. Celles-ci sont susceptibles ...
  • Cancer , Régime S'abonner Régime dans le cancer ... et du béta-carotène diminuerait la survenue du cancer du poumon. Néanmoins ceci est au centre d'une polémique entre spécialistes en ...
  • Cancer S'abonner Cancer primitif du poumon ...
  • Cancer S'abonner Cancer de la prostate ... cause de mortalité de cancer chez l'homme, après celui du poumon. Commenter 0 J'aime 0 ...
  • Cancer S'abonner ... L'adénocarcinome du côlon et du rectum est un cancer particulièrement fréquent puisqu'il est à l'origine de 15 000 ... de cancer pour le sexe masculin juste après le cancer du poumon. L'adénocarcinome colo-rectal survient généralement après l'âge de ...