Portrait de beatbird
J'aime 0

Bonjour , pouvez vous me laisser votre adresse e-mail ou bien l'un de vos réseaux sociaux pour que je puisse vous contacter?

Portrait de beatbird
J'aime 0

Bonjour , pouvez vous me laisser votre adresse e-mail ou bien l'un de vos réseaux sociaux pour que je puisse vous contacter?

Portrait de tito70
J'aime 0

pour ceux qui ont des rougeurs à l'extrémité, sans infection, cest aussi un symptôme de la névralgie pudendale

@beatbird : anthony at zaclys.net

Portrait de beatbird
J'aime 0

je vous ai envoyé un mail

Portrait de same1995
J'aime 0

Vous voulez dire quoi par rougeurs a à l'extrémité ? merci :)

Portrait de same1995
J'aime 0

Vous voulez dire quoi par rougeurs a à l'extrémité ? merci :)

Portrait de Anonymouuuus
J'aime 0

Bonsoir à tous,

Je me permets de poster car j’ai eu un problème similaire à vous.

Tout a commencé début janvier. Symptômes :

Douleurs à l’urètre qui apparaît au lever et après la première miction.

Douleurs systématique après avoir uriné et/ou éjaculer (surtout au niveau du méat).

Douleurs pouvant apparaître au niveau de la fesse (bas de la fesse, côté droit, gauche ou les deux).

Douleurs lors de la position assise prolongée (soulagée lorsque l’on est allongée).

Troubles de l’érection réduisant à néant tout acte sexuelle (l’érection ne tenait pas plus de 1 ou 2 minutes dans mon cas). Avec possibilité d’avoir une libido proche de zéro.

Grosse réduction de la sensibilité au niveau du gland. On sens moins les "caresses".

Voilà la liste non exhaustive des symptômes qui varient d’une personne à une autre, personnellement, j’avais tout ceux là en même temps ! Le soucis étant que ces douleurs peuvent s’accentuer au fil de la journée, devenir très persistant et finir par se calmer lors du coucher.

Si vous vous reconnaissez dans ce texte alors pas de doute : Névralgie pudendale.

Étant particulièrement contre les médicaments et me renseignant beaucoup, j’ai pu voir que beaucoup d’hommes avaient ce problème mais que rien n’était détecté lors des examens cliniques de bases.

N’ayant pas eu d’infidélités, je pensais à une infection urinaire, j’ai alors pris un antibiotique à spectre large.. Début mars, sois deux mois après, aucune amélioration et je dirais même que ça s’est accentué..

Je comprends vite que le problème n’est pas d’ordre infectieuse ni "médicale" car aucun problèmes aux examens (suite aux infos des nombreuses personnes dans cette situation).

Venons en au fait, après renseignements sur cette fameuse névralgie, il faut savoir que c’est une compression du nerf pudendale ou clunéale qui touche le nerf sciatique et les nerfs lombaires. A partir de là, il faut savoir qu’un nerf peut se léser et faire une fibrose ! Donc plus vous attendez en pensant à un miracle, plus vous aggravez votre cas.. Par chance, mon cas a duré deux mois ce qui en résulte d’une simple irritation ou inflammation.

Les solutions qui fonctionnent sont :

- L’ostéopathie
- Les étirements

En effet, avec l’option 1, j’avais le bassin décalé et le dos un peu bloqué (je suis sujet à des lombalgies et j’ai aussi une sciatalgie gauche).

Avec les étirements, regardez la figure sur Google qui permet d’etirer l’obturateur interne (celle où vous êtes sur le dos, avec les genoux ramener vers vous). Dès les premières secondes, vous allez ressentir de vive "douleurs" mais qui procure un bien être ... c’est paradoxal lol ! Je répète les étirements 2 x 2 minutes (par jambes) matin et soir.

Résultat :

La majorité des symptômes ont disparu !! La seule qui est resté est la douleur après avoir uriné (moins en éjaculant) mais bien sûr la douleur est divisée par 10, ça ne représente qu’une petite gêne qui finit par s’en aller sans que j’y pense.

J’ai aussi retrouvé une érection digne de ce nom ! Je note une amélioration de ce côté là par contre, plus robuste et plus longue!

Voilà donc désolé pour ce long pavé mais je voulais retranscrire mon expérience pour y laisser un maximum d’informations :)

A tous les hommes (désolé pour les femmes je suis pas calé sur le sujet lol!) Je tiens à vous dire qu’il ne faut pas désespérer ! J’ai vu des témoignages de personnes gardant ça pendant des années c’est juste affolant .. Dites vous que si la médecine classique n’y trouve pas un remède c’est qu’il doit y en avoir un ailleurs et que non vous n’etes pas fou, que la douleur n’est pas psychosomatique mais bien réel !

En tout cas, bonne nouvelle, ça se guéris mais pas par miracle sa prend du temps donc ne tardez pas et je vous souhaite à tous une bonne guérison et bien sûr une bonne soirée !

Peace (:

Portrait de Anonymouuuus
J'aime 0

Bonsoir à tous,

Je me permets de poster car j’ai eu un problème similaire à vous.

Tout a commencé début janvier. Symptômes :

Douleurs à l’urètre qui apparaît au lever et après la première miction.

Douleurs systématique après avoir uriné et/ou éjaculer (surtout au niveau du méat).

Douleurs pouvant apparaître au niveau de la fesse (bas de la fesse, côté droit, gauche ou les deux).

Douleurs lors de la position assise prolongée (soulagée lorsque l’on est allongée).

Troubles de l’érection réduisant à néant tout acte sexuelle (l’érection ne tenait pas plus de 1 ou 2 minutes dans mon cas). Avec possibilité d’avoir une libido proche de zéro.

Grosse réduction de la sensibilité au niveau du gland. On sens moins les "caresses".

Voilà la liste non exhaustive des symptômes qui varient d’une personne à une autre, personnellement, j’avais tout ceux là en même temps ! Le soucis étant que ces douleurs peuvent s’accentuer au fil de la journée, devenir très persistant et finir par se calmer lors du coucher.

Si vous vous reconnaissez dans ce texte alors pas de doute : Névralgie pudendale.

Étant particulièrement contre les médicaments et me renseignant beaucoup, j’ai pu voir que beaucoup d’hommes avaient ce problème mais que rien n’était détecté lors des examens cliniques de bases.

N’ayant pas eu d’infidélités, je pensais à une infection urinaire, j’ai alors pris un antibiotique à spectre large.. Début mars, sois deux mois après, aucune amélioration et je dirais même que ça s’est accentué..

Je comprends vite que le problème n’est pas d’ordre infectieuse ni "médicale" car aucun problèmes aux examens (suite aux infos des nombreuses personnes dans cette situation).

Venons en au fait, après renseignements sur cette fameuse névralgie, il faut savoir que c’est une compression du nerf pudendale ou clunéale qui touche le nerf sciatique et les nerfs lombaires. A partir de là, il faut savoir qu’un nerf peut se léser et faire une fibrose ! Donc plus vous attendez en pensant à un miracle, plus vous aggravez votre cas.. Par chance, mon cas a duré deux mois ce qui en résulte d’une simple irritation ou inflammation.

Les solutions qui fonctionnent sont :

- L’ostéopathie
- Les étirements

En effet, avec l’option 1, j’avais le bassin décalé et le dos un peu bloqué (je suis sujet à des lombalgies et j’ai aussi une sciatalgie gauche).

Avec les étirements, regardez la figure sur Google qui permet d’etirer l’obturateur interne (celle où vous êtes sur le dos, avec les genoux ramener vers vous). Dès les premières secondes, vous allez ressentir de vive "douleurs" mais qui procure un bien être ... c’est paradoxal lol ! Je répète les étirements 2 x 2 minutes (par jambes) matin et soir.

Résultat :

La majorité des symptômes ont disparu !! La seule qui est resté est la douleur après avoir uriné (moins en éjaculant) mais bien sûr la douleur est divisée par 10, ça ne représente qu’une petite gêne qui finit par s’en aller sans que j’y pense.

J’ai aussi retrouvé une érection digne de ce nom ! Je note une amélioration de ce côté là par contre, plus robuste et plus longue!

Voilà donc désolé pour ce long pavé mais je voulais retranscrire mon expérience pour y laisser un maximum d’informations :)

A tous les hommes (désolé pour les femmes je suis pas calé sur le sujet lol!) Je tiens à vous dire qu’il ne faut pas désespérer ! J’ai vu des témoignages de personnes gardant ça pendant des années c’est juste affolant .. Dites vous que si la médecine classique n’y trouve pas un remède c’est qu’il doit y en avoir un ailleurs et que non vous n’etes pas fou, que la douleur n’est pas psychosomatique mais bien réel !

En tout cas, bonne nouvelle, ça se guéris mais pas par miracle sa prend du temps donc ne tardez pas et je vous souhaite à tous une bonne guérison et bien sûr une bonne soirée !

Peace (:

Portrait de Anonymouuuus
J'aime 0

Bonsoir à tous,

Je me permets de poster car j’ai eu un problème similaire à vous.

Tout a commencé début janvier. Symptômes :

Douleurs à l’urètre qui apparaît au lever et après la première miction.

Douleurs systématique après avoir uriné et/ou éjaculer (surtout au niveau du méat).

Douleurs pouvant apparaître au niveau de la fesse (bas de la fesse, côté droit, gauche ou les deux).

Douleurs lors de la position assise prolongée (soulagée lorsque l’on est allongée).

Troubles de l’érection réduisant à néant tout acte sexuelle (l’érection ne tenait pas plus de 1 ou 2 minutes dans mon cas). Avec possibilité d’avoir une libido proche de zéro.

Grosse réduction de la sensibilité au niveau du gland. On sens moins les "caresses".

Voilà la liste non exhaustive des symptômes qui varient d’une personne à une autre, personnellement, j’avais tout ceux là en même temps ! Le soucis étant que ces douleurs peuvent s’accentuer au fil de la journée, devenir très persistant et finir par se calmer lors du coucher.

Si vous vous reconnaissez dans ce texte alors pas de doute : Névralgie pudendale.

Étant particulièrement contre les médicaments et me renseignant beaucoup, j’ai pu voir que beaucoup d’hommes avaient ce problème mais que rien n’était détecté lors des examens cliniques de bases.

N’ayant pas eu d’infidélités, je pensais à une infection urinaire, j’ai alors pris un antibiotique à spectre large.. Début mars, sois deux mois après, aucune amélioration et je dirais même que ça s’est accentué..

Je comprends vite que le problème n’est pas d’ordre infectieuse ni "médicale" car aucun problèmes aux examens (suite aux infos des nombreuses personnes dans cette situation).

Venons en au fait, après renseignements sur cette fameuse névralgie, il faut savoir que c’est une compression du nerf pudendale ou clunéale qui touche le nerf sciatique et les nerfs lombaires. A partir de là, il faut savoir qu’un nerf peut se léser et faire une fibrose ! Donc plus vous attendez en pensant à un miracle, plus vous aggravez votre cas.. Par chance, mon cas a duré deux mois ce qui en résulte d’une simple irritation ou inflammation.

Les solutions qui fonctionnent sont :

- L’ostéopathie
- Les étirements

En effet, avec l’option 1, j’avais le bassin décalé et le dos un peu bloqué (je suis sujet à des lombalgies et j’ai aussi une sciatalgie gauche).

Avec les étirements, regardez la figure sur Google qui permet d’etirer l’obturateur interne (celle où vous êtes sur le dos, avec les genoux ramener vers vous). Dès les premières secondes, vous allez ressentir de vive "douleurs" mais qui procure un bien être ... c’est paradoxal lol ! Je répète les étirements 2 x 2 minutes (par jambes) matin et soir.

Résultat :

La majorité des symptômes ont disparu !! La seule qui est resté est la douleur après avoir uriné (moins en éjaculant) mais bien sûr la douleur est divisée par 10, ça ne représente qu’une petite gêne qui finit par s’en aller sans que j’y pense.

J’ai aussi retrouvé une érection digne de ce nom ! Je note une amélioration de ce côté là par contre, plus robuste et plus longue!

Voilà donc désolé pour ce long pavé mais je voulais retranscrire mon expérience pour y laisser un maximum d’informations :)

A tous les hommes (désolé pour les femmes je suis pas calé sur le sujet lol!) Je tiens à vous dire qu’il ne faut pas désespérer ! J’ai vu des témoignages de personnes gardant ça pendant des années c’est juste affolant .. Dites vous que si la médecine classique n’y trouve pas un remède c’est qu’il doit y en avoir un ailleurs et que non vous n’etes pas fou, que la douleur n’est pas psychosomatique mais bien réel !

En tout cas, bonne nouvelle, ça se guéris mais pas par miracle sa prend du temps donc ne tardez pas et je vous souhaite à tous une bonne guérison et bien sûr une bonne soirée !

Peace (:

Portrait de vsvs101
J'aime 0

Bonjour,
Il serait aussi possible de chercher dans le sens d'une balanite ; c'est une inflammation du gland, de l'orifice de sortie de l’urètre et du prépuce. Il y a plusieurs causes possibles ( mécanique, allergique, infectieuse... ) mais dans la majeur partie des cas cela est du à un champignon naturellement présent en nous qui prolifère et devient problématique dans certains cas.
Le fait est que cette levure est stimulé par les alcools et particulièrement fermentés comme la bière, de plus ce champignon se nourrit de sucre et étant donné que nombre de personne semble décrire des symptômes suite à une soirée alcoolisée et éjaculation ( le sperme contenant de nombreuses substances nutritives dont le sucre ) nous pourrions chercher dans le sens d'une prolifération momentané de candida albican provoquant une inflammation.
En espérant vous aider.

Portrait de vsvs101
J'aime 0

Bonjour,
Il serait aussi possible de chercher dans le sens d'une balanite ; c'est une inflammation du gland, de l'orifice de sortie de l’urètre et du prépuce. Il y a plusieurs causes possibles ( mécanique, allergique, infectieuse... ) mais dans la majeur partie des cas cela est du à un champignon naturellement présent en nous qui prolifère et devient problématique dans certains cas.
Le fait est que cette levure est stimulé par les alcools et particulièrement fermentés comme la bière, de plus ce champignon se nourrit de sucre et étant donné que nombre de personne semble décrire des symptômes suite à une soirée alcoolisée et éjaculation ( le sperme contenant de nombreuses substances nutritives dont le sucre ) nous pourrions chercher dans le sens d'une prolifération momentané de candida albican provoquant une inflammation.
En espérant vous aider.

Portrait de vsvs101
J'aime 0

Bonjour,
Il serait aussi possible de chercher dans le sens d'une balanite ; c'est une inflammation du gland, de l'orifice de sortie de l’urètre et du prépuce. Il y a plusieurs causes possibles ( mécanique, allergique, infectieuse... ) mais dans la majeur partie des cas cela est du à un champignon naturellement présent en nous qui prolifère et devient problématique dans certains cas.
Le fait est que cette levure est stimulé par les alcools et particulièrement fermentés comme la bière, de plus ce champignon se nourrit de sucre et étant donné que nombre de personne semble décrire des symptômes suite à une soirée alcoolisée et éjaculation ( le sperme contenant de nombreuses substances nutritives dont le sucre ) nous pourrions chercher dans le sens d'une prolifération momentané de candida albican provoquant une inflammation.
En espérant vous aider.

Pages

Participez au sujet "BRULURE dans l'urêtre!!! ai déjà consulté!!"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.