Portrait de carole38

depuis début mars 2008
j'ai des brulure d'estomac,difficulté a digéré,sa me serre à l'oesophage
et je ressent comme une boule dans la gorge .

J'ai passé une échographie de l'abdomen.

peut-être calcule au foie.je prend prévacide et dompéridone.

je vois mon médecin demain.

qu'elle examen doit-je passé.

aider-moi s.v.p.

merci a tous .

merci :)

Portrait de mimi09
J'aime 0

pourquoi une échographie de l'abdomen si tu as des brûlures d'estomac? Je pense que ton médecin va te prescrire une endoscopie
gastroscopie. J'ai passé cet examen le mois dernier,Il se fait sous
anesthésie, dure une dizaine de minutes seulement, et ton oesophage
ton estomac seront parfaitement analysés. Tu seras très vite fixée.
personnellement je souffre d'une oesophagite type III, et j'ai un traitement pour 3 mois, (date à laquelle je repasserai,
pour controle,une autre endoscopie) j'avais un reflux gastrique douloureux et j'ai attendu trop longtemps avant de passer cet examen,
j'ai plusieurs ulcères tout au long de l'oesophage et dans l'estomac,que je n'aurais peut être pas si j'avais été opérée de mon hernie hiatale qui est à l'origine de ce reflux gastrique si douloureux.
tiens nous au courant...bon courage.

Portrait de carole38
J'aime 0

merci mimi09 de m'avoir répondue.

j ai vu mon médecin et il ma changer mes médicaments.
je prenais prévacid et dompéridone .

maintenant je prend dompéridone 10 mg 3fois/jrs
nexium 40 mg. 1 fois/jrs
et gaviscon avant les repas.

j ai pris rendez-vous avec un gastro-enterologue
mon rendez-vous est le 31 octobre 2008 .
peut-être plus tôt si mon cas s'agrave

pour l'examen gastroscopie et endoscopie j'aimerais s'avoir
est-ce que c'est la camera dans la bouche?
et tu dit que c'est sous anesthésie (endormie ou juste
geler)?

j ai hâte d'avoir de vos nouvelles merci de m'avoir lue.

bon courage a tous

carole38

Portrait de zuzidart
J'aime 0

Chère CAROLE 38, pour vous tranquilliser totalement, voila le procédé:
avant toute chose, on vous demande si vous n'avez pas de dentier.
Ensuite, avec un produit ( gel ) on vaporise l'intérieur de votre bouche et début de gorge, dés ce moment vous avez la bouche et début gorge endormie, ensuite on vous fait une piqûre le temps de faire votre examen, donc vous ne voyez même pas que le gastro rentre la caméra par la bouche , en plus entre les dents vous avez une petite canule pour que le tuyau soi guidé ( petit tuyau avec au bout la caméra ) mais non seulement vous ne voyez rien mais vous ne sentez RIEN , car vous êtes dans les nuages avec la piqûre, cet examen reste très peu de temps, ensuite on vous met dans une petite salle à coté , appelé salle de réveil, lorsque vous êtes réveillée ( peu de temps après ) vous êtes libre après avoir vu le gastro, la seul chose que vous ne pouvez faire de suite c'est de boire ou manger car votre bouche est encore endormie + ou - 1 heure après l'examen.
Voila , vous savez tout et vous remarquerez que vous pouvez aller en toute tranquillité , vous ne sentez et ne voyez RIEN, donc cool c'est sans AUCUN PROBLEME, c'est comme MIMI09 vous a expliqué mais voila exactement tout sur comment l'examen se passe, donc sans stress puisque vous ne voyez rien. bien à vous

Portrait de carole38
J'aime 0

merci zuzidart je suis entierement soulager.
ouf!

c est gentil a vous de m avoir expliquer en details

merci encore .

Portrait de zuzidart
J'aime 0

Chère MIMI09, je vous invite fortement de consulter les conversations de : oesophage par capitaine Némo ( 1 2 ) surtout le n° 2 et vous verrez que vous aller apprendre des choses par des patients comme vous et qui se sont fait opérés. bien à vous

Portrait de carole38
J'aime 0

bonjour a tous
j ai vu mon médecin le 12 mai 2008 il a changer la dose de mes médicaments:
dompéridone 10 mg 3fois/jrs
nexium 40 mg. 2 fois/jrs
et gaviscon avant les repas et au coucher

mon etats c est améliorer mais je ressent encore de la douleur et pas d'énergie car je mange pas beaucoup.(petite quantité)5 fois par jours.

mon medecin a faite une demande au gastro enteologue pour que mon rendez-vous soit plus proche car l'examen gastroscopie et endoscopie
la date est le 31 octobre 2008.
j ai hate que ce soit fini tout ca.

merci de m avoir lue.

bon courage a tous

Portrait de zuzidart
J'aime 0

Chère CAROLE 38, tout d'abord je dois vous dire que vous faites très bien de manger 5 fois par jour et vous pouvez manger un peu plus , si vous vous sentez faible mais toujours en respectant le nombre de fois par jour.
Votre médecin traitant doit être un très bon médecin traitant que je vous conseille de tenir, car il a pris les devants en changeant vos médicaments, et d'après ceux qu'ils vous a prescrit, n'ayez aucune crainte en attendant la visite du gastro, vous n'avez pas a vous en faire car ce sont d'excellents médicaments, bien sur, ce n'est pas une raison pour que vous n'ayez plus mal, car si vous avez parcouru se site, vous aurez remarquez qu'il faut un certain temps déjà pour sentir une amélioration , ce que vous avez déjà donc maintenant en toute tranquillité vous pouvez attendre la visite chez le gastro en essayant de vous relaxer le plus possible et comme dit plus haut vous pouvez augmenter un peu votre nourriture tout en respectant le nombre de fois.
Relaxe, rien de bien grave peut vous arrivez en attendant , donc cool et relaxation, et vous verrez de vous même encore une meilleure amélioration , vous avez tout fait pour et en plus vous avez un très bon médecin traitant, vous êtes donc parée pour attendre la fin octobre en toute tranquillité. courage et patience. bien à vous

Portrait de carole38
J'aime 0

pour zuzidart

merci de m avoir lu et repondu
ce que tu ma ecrit m encourrage beaucoup .

je vais prendre mon mal en patience
a moins que j ai un rendez-vous plus rapidement mon médecin a fait une demande pour avancer mon rendez-vous.

merci encore de m encourager.

bon courage a tous.

Portrait de carole38
J'aime 0

bonjour
cette nuit nouvelle douleur.
des crampes dans l'estomac et comme l'estomac dur quand j y touche.
cette douleur ma réveillé .
quelqu'un peut m'aider sur ses nouveaux symptômes s.v.p.
ce matin je suis pas si pire .

enfin j ai reçu ma datte pour mon rendez-vous chez le gastro.
le 20 juin 2008.

merci

Portrait de carole38
J'aime 0

bonjour
ce matin vendredi le 6 juin .
encore douleur a l estomac et l estomac qui vient dure.
sa ma reveillé j ai dormi seulement 3h30.
aussi grosse crampe dans le ventre toute la nuit.
et quand je me suis lever (moi qui est toujours constipé)
grosse diarée.
je fait aussi 101 cel. de temperature.

esque sa peut etre relier a mon probleme d estomac

je prend dompéridone 10 mg 3fois/jrs
nexium 40 mg. 1 fois/jrs
et gaviscon avant les repas.
depuis début mars 2008
j'ai des brulure d'estomac,difficulté a digéré,sa me serre à l'oesophage
et je ressent comme une boule dans la gorge .

j ai pris rendez-vous avec un gastro-enterologue
mon rendez-vous est le20 juin 2008 .

quelqu un peut m aider s.v.p.

Participez au sujet "brulure d'estomac"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "brulure d'estomac"

  • L'intoxication par l'oxyde de carbone est le plus souvent le résultat d'inhalation (absorption par les voies respiratoires) d'émanations d'appareils de chauffage dont le tirage n'est pas suffisant.
    L'intoxication par l'oxyde de carbone peut également être le résultat d'absorption de fumée d'incendie ou faire suite à une exposition dans le cadre d'une profession, c'est le cas par exemple des égoutiers ou des soudeurs entre autres. Pour comprendre la physiopathologie de l'intoxication de l'oxyde de carbone c'est-à-dire son mécanisme, il est nécessaire de connaître quelques données à propos de ce gaz.

    Il s'agit d'un gaz incolore, inodore légèrement plus léger que l'air est produit quand le charbon se consume mais de manière incomplète. Bien entendu toutes les substances contenant du charbon (substance carbonée) quand elle se consument, sont susceptibles de produire de l'oxyde de carbone. Ce gaz est présent dans le gaz d'éclairage, les gaz d'échappement des moteurs à l'explosion (voitures, camions, moto etc.) mais aussi dans l'atmosphère en provenance des fumées et des hauts-fourneaux.
    L'oxyde de carbone est également présent au cours des incendies, à l'intérieur du grisou, de l'acétylène, dans la fumée de cigarette de cigares et de pipe.

    L'oxyde de carbone possède une affinité (il apprécie tout particulièrement) l'hémoglobine, environ 200 fois plus que l'oxygène. L'hémoglobine est à la substance contenue à l'intérieur du globule rouge qui permet de fixer l'oxygène et le gaz carbonique. Cette hémoglobine attire plus facilement l'oxyde de carbone que l'oxygène par exemple. Avec l'hémoglobine l'oxyde de carbone constitue ce qu'on appelle la carboxyhémoglobine (HbCO). Ce phénomène explique la raison pour laquelle les patients intoxiqués par de l'oxyde de carbone présentent ce que l'on appelle une hypoxie tissulaire générale alors que leur pression en oxygène dans le sang est normale, c'est-à-dire la concentration en oxygène. La demi-vie de l'oxyde de carbone est de quatre à six heures et 40 à 80 minutes quand le patient est placé sous oxygène hyperbare.

    Les symptômes de l'intoxication par l'oxyde de carbone sont variables selon qu'il s'agit d'une intoxication suraiguë ou d'une intoxication aiguë.

    En cas d'intoxication suraiguë le patient présente des paralysies des membres, des convulsions, une syncope et l'évolution est fatale en quelques minutes.

    En cas d'intoxication aiguë, l'intoxication la plus fréquente, le patient présente d'abord des céphalées qui ont beaucoup de mal à régresser et qui sont de type pulsatile. À cela s'associent des difficultés à respirer, des vertiges, une accélération du rythme respiratoire, un agrandissement du calibre des pupilles (mydriase), des bourdonnements d'oreille, des nausées ou des vomissements, des crampes musculaires, des douleurs de l'abdomen, une impression d'ivresse, des palpitations, un état de choc et une somnolence qui peut évoluer vers le coma.

    Dès cet instant l'examen des patients montre que ceux ci sont rouge ou rouge cerise, mais plus fréquemment cyanosés (bleu-violet), alors qu'ils respirent difficilement ou presque plus.
    Si on pratique les réflexes, on constate d'abord que ceux-ci sont accentués puis progressivement disparaissent.
    Le signe de Babinski est le plus souvent présent bilatéralement c'est-à-dire des deux côtés.
    Si le patient à une hyperthermie (élévation importante de la température) ceci est péjoratif et traduit une atteinte grave.
    L'électrocardiogramme est quant à lui perturbé.
    Les examens de sang montrent une hyperleucocytose susceptible de dépasser 20 000 globules blancs par microlitre.
    Les examens complémentaires et plus précisément la radio du thorax met en évidence un flou périhilaire et quelquefois une exsudation alvéolaire.

    Un phénomène caractérise cette pathologie, c'est le contraste qui existe entre la quantité de carboxyhémoglobine dans le sang (qui est mesuré par spectrophotométrie) et l'état clinique du patient qui est variable, mais jamais en corrélation directe avec la concentration en carboxyhémoglobine.

    L'évolution est la suivante. Si la concentration toxique à l'intérieur de l'aire dépasse 1 ml par mètre cube, la toxicité commence à devenir élevée. L'évolution est péjorative (décès du patient) apparaît quand les deux tiers de l'hémoglobine sont transformés en carboxyhémoglobine.

    Des séquelles neurologiques graves irréversibles s'observent quelquefois. Il s'agit de céphalées (maux de tête), d'amnésie, d'insomnie, de troubles du jugement, d'ataxie cérébelleuse (atteinte du cervelet), d'une atteinte des noyaux gris centraux (striatum et pallidum en particulier) qui entraîne une démarche bizarre du patient que l'on appelle démarche de pingouin, des paralysies diverses voire un syndrome de Parkinson. L'évolution péjorative avec survenues de complications, est susceptible d'apparaître jusqu'à la troisième semaine après l'épisode intoxication.

    L'intoxication chronique apparaît quand le sujet est soumis à des expositions répétitives d'oxyde de carbone. Ceci entraîne des troubles de la mémoire, de l'affectif, une ataxie et des problèmes de jugement.

    Les examens de laboratoire comportent bien entendu le dosage de la carboxyhémoglobine dans le sang. Néanmoins ceci n'est pas toujours évident à faire pour une question de temps et de délai. En effet, si le dosage de la carboxyhémoglobine ne peut pas être faite dans un délai souhaitable c'est-à-dire réalisé dans les trois heures qui suivent l'intoxication il est préférable alors de doser, préférentiellement, l'oxyde de carbone lui-même.

    Les valeurs de référence sont les suivantes :

    Chez un individu ne fumant pas et qui n'est pas soumis à aucune intoxication :

    • Oxyde de carbone : inférieur 0,35 millimole par litre.
    • Oxyde de carbone : inférieur à 0,8 ml par décilitre de sang.
    • Carboxyhémoglobine : inférieur à 4 % d'hémoglobine.

    Chez le fumeur ou au cours d'une intoxication chronique les valeurs sont les suivantes :

    • Oxyde de carbone : 0,4-0,8 millimoles par litre.
    • Oxyde de carbone : 1-2 ml par décilitre de sang.
    • Carboxyhémoglobine : 10 % d'hémoglobine.

    En cas d'intoxication aiguë les valeurs sont les suivantes :

    • Oxyde de carbone : supérieure 1,35 millimole par litre.
    • Oxyde de carbone : supérieure 3 ml par décilitre de sang.
    • Carboxyhémoglobine : supérieure à 15 % d'hémoglobine.

    Il s'agit de taux qui ne sont pas en relation directe avec le degré de gravité de l'intoxication.

    Le traitement consiste à soustraire de l'atmosphère toxique le patient et à lui faire respirer de l'oxygène au masque ou par une sonde nasale à raison de 8 l par minute ou au mieux une ventilation assistée avec 100 % d'oxygène.

    L'oxygénothérapie hyperbare est un traitement de choix de l'intoxication par l'oxyde de carbone. En effet, cette technique permet de réduire la demi-vie de la carboxyhémoglobine de six heures qui  passe dans ces conditions à 20 minutes. Autrement dit en soumettant le patient à une oxygénothérapie hyperbare on détruit plus rapidement, dans le sang, la carboxyhémoglobine. Il s'agit d'une technique qui doit être utilisée tout particulièrement chez les patients inconscients qui présentent une symptomatologie neurologique c'est-à-dire des signes d'atteinte du système nerveux central avec un taux de carboxyhémoglobine supérieure à 40 %, indépendamment des symptômes. Si le patient présente des troubles cardiaques, et chez une femme enceinte, l'oxygénothérapie hyperbare est également indiquée. Celle-ci doit être poursuivie jusqu'obtenir un taux de carboxyhémoglobine inférieur à 10 %.

    Il faut ensuite transporter le patient atteint gravement dans un centre hyperbare même si cela doit se faire quelques jours après l'intoxication aiguë et même si le patient présente un taux de carboxyhémoglobine nul. En effet, l'oxygénothérapie hyperbare est encore susceptible d'avoir un effet bénéfique même tardivement. Il est également important de corriger l'acidose et hypokaliémie c'est-à-dire la chute du taux de potassium dans le sang, quand cela se produit.

  • La thalassémie regroupe des maladies du sang comme des anémies génétiques et héréditaires, dites récessives qui se caractérisent par un défaut de fabrication de l'hémoglobine.

     

     

  • La classification de la leucémie lymphoïde chronique par stade permet de décider du traitement et de prévoir le pronostic de cette pathologie. Les deux approches habituellement utilisées sont le stade de Binet qui est basé sur l'extension de la maladie et les anomalies rencontrées dans le sang et le stade de Rai qui est basé sur les anomalies survenant dans le sang.Le stade Binet est classé en :Stade A correspondant en à une augmentation du nombre des lymphocytes avec un nombre de lymphocytes supérieur à 10 000 par microlitre dans le sang et avec une augmentation du nombre de lymphocytes supérieur à 30 % dans la moelle osseuse. Dans ce cas l'hémoglobine doit être supérieure à 10 g par dl et le nombre des plaquettes supérieure à 100 000 par microlitre. Stade B correspondant au stade A mais avec en plus 3 à 5 localisations impliquéesStade C correspondant comme pour le stade A ou B mais avec en plus une hémoglobine inférieure à 10 g par dl ou un nombre de plaquettes inférieur à 100 000 par microlitre.Les localisations considérées sont :· La région cervicale· L'aine· Le foie· Les régions lymphatiques· La rate

  • L’anémie correspond à la diminution du taux d’un ou plusieurs éléments composant le sang

    La plupart du temps, on utilise ce terme pour désigner la diminution de la quantité d’hémoglobine contenue dans une unité de sang.
    Dans ce cas, chez les hommes, cette pathologie apparait en dessous de 13.5 g/100 ml de sang. Chez les femmes, en dessous de 12 g/100 ml.

     

     

  • L’anémie de la grossesse survient lorsque le sang d’une personne ne contient pas assez d’hémoglobine pour apporter suffisamment d’oxygène au reste du corps. On retrouve dans le sang des cellules nommées globules rouges, qui sont responsables de transporter l’oxygène provenant des poumons, jusqu’aux autres organes afin d’assurer leur fonctionnement normal. C’est une protéine située sur les globules rouges, l’hémoglobine qui permet ce transport d’oxygène.