Portrait de Watawota

Bonjour à tous,

J'ai parcouru le forum et je ne crois pas avoir vu de post sur le sujet alors je me lance...

J'ai 27 ans et j'ai fait une bouffée délirante aiguë il y a 6 ans, ayant nécessité une hospitalisation d'un mois. Les causes principales qui m'ont conduite jusque là ont été la consommation de cannabis et aussi (surtout ?) une dépression tenace.

Depuis 6 ans je suis sous Carbamazépine pour contenir les risques de rechutes éventuelles. Durant ce laps de temps, j'ai aussi fini par apprendre que je présentais des troubles d'ordre bipolaire (ce qui reste finalement assez flou, puisqu'hormis cette BDA, je n'ai jamais eu d'accès maniaque... il y a juste des moments où je vais plutôt bien, et d'autres où c'est la catastrophe).

Je n'arrive pas à m'ôter de la tête qu'une bouffée délirante pourrait se reproduire, même si je ne consomme plus de cannabis. En effet, j'ai de gros problème d'endormissements, même lorsque je suis épuisée, et dans ces moments là je me sens extrêmement vulnérable et j'ai la fâcheuse impression que mon cerveau 'va trop vite'. Dans ces cas là je frise la crise d'angoisse mais jusqu'ici j'ai toujours réussi à me calmer.

Malgré les 6 ans qui se sont écoulés, je n'arrive pas à avoir une vie tout à fait normale (à cause du sommeil difficile, de la dépression chronique, des angoisses...). Et à vrai dire je crois que je n'ose pas avoir une vie normale, active (et donc un peu stressante), de peur de ne pas gérer mes angoisses, de faire 'surchauffer la machine' et de repartir en bouffée délirante.

Ce post, c'est un peu une bouteille à la mer : quelqu'un aurait-il un avis sur la question ? Est-ce que je dois continuer à avoir peur toute ma vie ? (je sais que vous allez me répondre non...mais si vous pouviez étoffer ce serait vraiment sympa !).
Et puis c'est aussi un témoignage de plus, parce que ce n'est vraiment pas facile de se relever après des trucs pareils...on ne sait pas si c'est la mécanique qui débloque ou si ça peut éventuellement se contrôler...

Merci à ceux qui m'auront lue, courage si vous vous reconnaissez un peu là dedans, et mille mercis si vous avez un mot à répondre !

Portrait de lion13
J'aime 0

salut
j ai fait une Bda il y a maintenant 7 ans de ca, avec comme principale cause, cannabis, autre drogue et gros terrain depressif a la période de l adolescence
hospit, suivi par psychologue et psychiatre toujours a petite dose encore maintenant, quand j en eprouve le besoin. et leger traitement qui m a aidé a passer le cap et m aide a terminer mes etudes
j ai eu beaucoup de mal au debut et meme apres a me faire a l idee d avoir besoin d un médicament pour etre bien
c tout le travail avec médecin qui m ont aidé a relativiser : y en a qui sont diabétique, dyalisé, nous nos défenses psychique ont laché a un moment, et ces médicament scellent un peu les petites failles.
Maintenant je me dis que j essaierai de l arreter a un moment propice ou je me sentirai prete, mais que s il le faut a vie pour me permettre de vivre normalement je signe de suite.
pour rien au monde, je veux revivre par ou je suis passée
tout ca pour te rassurer, y a pas un jour ou je n y pense pas, et suivant les jours, suivants la fatigue, suivant la situation je stresse a l idee que je puisse a nouveau me faire envahir par mes idees farfelues!!
je pense qu il est normale d avoir peur d une rechute, comme quelqu un qui a eu un cancer, nous c notre mort de l ame, mort psychique, cette personne sera à vie en remission, dans la peur d une rechute.
EN revanche, je stresse, mais je fais de l avant; chaque jour est un autre jour, et il sert a rien de cupabiliser si un jour était moins.
et surtout je m ecoute car le miracle pour moi c que cette maladie m a donné une deuxieme renaissance, et m a aidée a me connaitre et repéré mes limites : arret drogue, et surtout besoin d une qualité de sommeil
je sais pas si t es border line, j aime pas les etiquette
moi aussi la plupart du temps j suis a fond, je croque la vie a pleine dent, et puis quand ca va pas, c le goufre total, mais c la vie, et tout le monde a des journées plus et d autre moins.
d autre sont stable, mais est ce qu il sont vraiment heureux au fond???
nous au moins c ou tout ou rien!!!
j pense que t es le mieux a pouvoir te connaitre, a savoir t ecouter et savoir ce qui est bon pour toi
en revanche j pense qu il faut que tu trouve une solution peut etre aidée par plante, psychothérapie, sport, traitement, relaxation pour que tu puiises suffisament dormir la nuit et te reposer, pour etre plus solide le lendemain
pour moi les pire moments ont été apres reprise fumette et lendemain de nuit blanche sans dormir de 24 H et +
je ne sais pas si ca repondra a tes questions, mais faut que tu repere ce qui t aide et t en appuyer
moi j ai suivi pratiquement cinq ans de psychothérapie ou j ai pu dire bcp et etre bcp rassurée, j ecris bcp dans les periode plus dure, je m isole si un jour ca va pas je dors et le lendemain je ravale ma fierté et je releve la tete et j y vais!! chaque jour sa peine et c surprise!!
et au moindre signe d alerte j attend pas allo cmp et je demande de l aide!!
trouve tes ressources et n hésite pas a trouver ami, famille ou doc pour deverser toutes tes angoisse, plus on les garde plus la mayonnaise monte apres. Une fois le fardeau deversé on se sent plus léger
pour info j sais pas si tu sais mais les cmp c gratuits
bon courrage, la vie est belle

Participez au sujet "Bouffée délirante, la peur de la rechute..."