Portrait de deline2956

Bonjour à tous,

Je viens ici vous demander de l'aide et des conseils...

Ma maman souffre depuis plusieurs années de bouffées délirantes. Sa maladie s'est déclarée suite au décès de son père et à des problèmes familiaux. Ses crises sont en général de 2 ou 3 jours et finissent avec une hospitalisation en psychiatrie pour environ une semaine, où elle dort beaucoup. A sa sortie, elle se fait suivre par un psychiatre, et à chaque fois, au bout de 3 séances elle arrête, car (je cite) "le psy m'a dit que j'allais très bien !". On lui prescrit de l'Haldol d'abord en forte dose et puis ça diminue.

Il y a 2 ans maintenant, mon oncle (son frère) est décédé d'un infarctus. Depuis ce moment, elle est en "bouffée chronique", avec des périodes courtes (2-3 jours) de lucidité, mais ces derniers temps, plus ça va, plus c'est pire !

Elle est persuadée que mes frères, ma soeur et moi formons un complot contre elle, que l'on préfère nos beaux parents, que mon père a une maitresse,...

Le dernier "coup" qu'elle nous a fait, elle est allé chez le médecin et lui a demandé un certificat pour contusions car mon père la frappe, ce qu'elle raconte à qui veut l'entendre. (Là je comprends pas trop l'attitude du médecin qui le lui a fait...)

Avec mes frères et soeurs , nous sommes tous d'accord que le mieux pour elle (et pour nous) c'est qu'elle se fasse hospitaliser et se fassent suivre par un psychiatre. Or comment dire à sa mère qui ne veut rien entendre, comment lui faire reconnaitre qu'elle a besoin d'aide sans pour autant la persécuter encore plus dans sa crise ? Je suis partager entre le fait de lui dire : "Ecoute maman, ça va aller on va t'aider" et de lui dire : "Soit tu soignes, soit tu ne me voies plus" La première solution, je connais déjà sa réponse "tu dis n'importe quoi c'est toi qu'est folle" et la deuxième, elle va encore plus se renfermer dans "sa" réalité...

Je sais qu'il existe des HDT dans les hôpitaux psy, et je m'écouterai c'est ce que je ferai, mais j'ai peur des conséquences sur la famille, les reproches des uns ou des autres, j'ai peur au final, que cela mette encore plus d'eau dans le gaz, et qu'au final en ayant fait quelque chose que je pense de bien, je me retrouve seule et que plus personne ne me soutienne. J'ai peur aussi pour mon petit frère qui lui vit encore avec mes parents (il a 16 ans). (Une autre difficulté, c'est que je me suis éloigner de ma région natale pour des raisons professionnelles et je me retrouve à 400 Km de chez eux... Pas évident dans ces cas là...)

Quels conseils me donneriez-vous ? Quelles attitudes à adopter ? J'aimerai appelé son médecin traitant mais comment lui dire et lui demander des informations avec le secret professionnel ?

Merci pour vos conseils et votre aide
Merci de m'avoir lu !

Cordialement
deline2956

Portrait de Watawota
J'aime 0

Bonjour Deline,

Je suis désolée pour ta situation qui doit être très compliquée à vivre. Est-ce que ta maman, pendant ses périodes de lucidité, admet qu'elle ne va pas bien "les autres jours" ou est-ce que ça passe à la trappe ? L'idéal serait bien sûr qu'elle décide de se faire hospitaliser, ou qu'elle décide de se faire suivre par un hôpital de jour ou un CMP. Malheureusement ceux-ci sont surchargés, et le risque c'est aussi que dans les périodes délirantes elle ne suive plus son traitement, ou qu'elle ne se rende plus aux séances de soin.

Sinon oui, il existe des HDT, et c'est peut être en effet la meilleure solution. Je comprends que tu te sentes coupable et que tu craignes la réaction de ta famille. Mais j'imagine aussi qu'ils sont un minimum conscients de la situation. Peut être pas autant que toi, mais dans ce cas fais leur bien comprendre qu'ils risquent de regretter de ne pas t'avoir écoutée si les choses s'agravent par la suite. D'après ce que tu écris, il est nécessaire que ta maman soit prise en charge pour qu'une ébauche de diagnostique soit posée sur les raisons de ces bouffées délirantes (troubles bipolaires ou schizophrènes...) et qu'un traitement adapté lui soit donné.

Je suppose aussi qu'au fond, c'est peut être vis à vis de ta mère que tu culpabilises le plus, ce n'est pas facile de prendre des décisions de ce type. Mais dis toi bien que même si elle semble en plein délire, au fond elle souffre et que si cette hospitalisation peut lui être bénéfique, elle t'en sera reconnaissante.
Maintenant il est clair qu'il faut que tu sois un minimum soutenue parce que c'est très difficile de porter ce genre de choses à bout de bras.

Je te souhaite beaucoup de courage...

Portrait de Jacques - jc1955fr
J'aime 0

Bonjour !

J'ajouterai à la réponse précédente que ta mère peut faire des lectures ou voir des films sur les troubles bipolaires, les troubles troubles schizophréniques, qui lui permettraient, par les témoignages qu'ils proposent, de faire le point de sa situation par rapport à la norme. Le «décalage» finira par lui apparaître.

Bon courage. Bises. Jacques

Je suis bipolaire (maniaco-dépressif) de type 1, en invalidité et ex "stabilisé", cowebmestre du site mentionné dans mon profil.

Participez au sujet "Bouffée délirante chez sa maman."