Portrait de sebastien45

bonjour

Pouvez vous m'indiquer les risques d'une biothérapie pour une PR déclarée il y a 2 ans sur une femme agée de 65 ans avec des douleurs incapacitantes localisées aux niveau des genoux, des pieds et des mains.
En effet, j'ai entendu dire qu'il pouvait avoir un risque de cancer à
moyen terme.
Merci de me répondre

Portrait de isidore.duparc
J'aime 0

Le terme biothérapie désigne l'utilisation des tnf alpha entre autres. Voici quels en sont les conséquences.il s'agit donc des interférons. Les interférons qu'on des effets indésirables suivants il s'agit essentiellement du syndrome pseudo grippal surtout pendant la première semaine de traitement qui se caractérise par l'apparition d'une fièvre, de frissons, de maux de tête, des myalgies c'est-à-dire de douleurs dans les muscles, d'arthralgies c'est-à-dire de douleurs dans les articulations, de nausées, vomissements, diarrhées, d'autre part ce médicament, ce type de traitement est toxique pour le sang à condition qu'ils soient utilisés sur une très longue période. Il s'agit éventuellement une toxicité pour les globules blancs (leucopénie (pour les plaquettes (thrombopénie). Il est nécessaire de savoir que tout ceci est réversible. D'autre part ce type de médicament est susceptible d'entraîner une chute de la tension artérielle au contraire une élévation de la tension artérielle l'aggravation d'un psoriasis, chute des cheveux, troubles du rythme cardiaque, dépression, troubles psychiques, confusion, des fourmillements ou autres sensibilité bouleversés, une atteinte de la glande thyroïde de nature auto-immune est une hypoglycémie chez les diabétiques ne sont pas traités par de l'insuline. Comme vous pouvez le constater l'évolution vers une malignité quelconque n'est pas de mise.Bien entendu ceci est valable pour ce type d'immunostimulants c'est-à-dire les interférons. En passant les autres traitements pour la polyarthrite rhumatoïde sont le repos bien entendu, le chaud ou le froid localement, les analgésiques paracétamol avec CODÉINe, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, la corticothérapie (cortisone) et traitement de fond anti rhumatismaux rémissifs, les immunosuppresseurs dans le traitement doit être surveillés par un spécialiste le méthotrexate à la dose de 7,5 à 20 mg par semaine, le léflunomide,la ciclosporine, les sels d'or , les anti malariques hydroxychloroquine, les dérivés sulfhydrilés, la sulfasalazine, Infliximab, étanercept,anakinra,et infiltration intraarticulaire de corticoïdes avec parcimonie.

Participez au sujet "biothérapie et cancer"