Portrait de kinyo44

Tout d'abord bonjour à tous
Voilà, j'ai commencé il y a 1 an et demi à avoir différents symptômes : douleurs, sensations de brûlures aux pieds et aux mains, fourmillements et fatigue. j'ai passé différents examens neurologiques qui sont revenus tous négatifs alors les médecins m'ont dit que je n'avais rien et que c'était psychologique.
J'ai donc été obligé d'aller voir un psychologue, j'ai eu ma 4ème séance lundi dernier. Est normal de sortir de la psychologue avec le sentiment d'être une moins que rien et de se sentir coupable?
J'aimerais savoir si d'autres personnes ont vécu la même chose que moi.
Merci beaucoup

Portrait de laurent89
J'aime 0

Bonjour,
pour ce qui est de ce sentiment de culpabilité, je pense que ce n'est dû qu'au fait de ne pas comprendre la finalité ou l'utilité de cette thérapie. Je pense que le plus sage est surement d'en parler avec ce psychologue. Le fait de ressentir des sentiments au cour d'une thérapie prouve que des questions se posent et attendent leurs réponses. Quand au fait de se croire " moins que rien" , je suis persuadé que c'est une erreur, le simple fait d'etre capable de communiquer avec les autres demande du courage , et cela n'est pas à la portée d'un " moins que rien". On n'est jamais coupable de ses maux , mais on l'est si on essais pas d'y mettre fin. Cette thérapie prouve que cette tentative est concrète , il n'y a donc aucune raison d'éprouver de la culpabilité.
Cordialement .

Portrait de Célo
J'aime 0

Bonjour,

J'aimerais savoir dans quelle tranche d'âge vous vous situez?
Avez-vous fait une IRM cérébrale ou médullaire?

Je trouve bien trop facile de la part des médecin d'envoyer les gens chez des psy lorsqu'ils ne trouvent pas la cause des problèmes!

Si vous n'avez pas passez d'IRM, ils ne peuvent pas dire que vous n'avez rien!

Et si vous avez mal ainsi, ce n'est certainement pas uniquement une cause psychologique!

Bonne chance à vous

Portrait de hello
J'aime 0

bonsoir

les medecin on souvent tendance à emettre le diagnostique de probleme spycologie quand il ne trouve pas ce que tu as, pour ma part ma premiere hospitalisation pour vomissement à fini par un probleme spy je suis allé voir un spychiatre qui pense que ce n'est pas spy, pour mon probleme au bras il s'oriente un une raison spy j'ai vu ma neuro qui et spychiatre aussi, elle ma dit que faire une thérapie serait une perte de temps car elle sais tout comme moi que coté spy sa va , tout sa pour te dire que si toi tu pense que ce n'est pas spycologique ce que tu as, alors va voir d'autre medecin.
bon courage hello

Portrait de kinyo44
J'aime 0

pour répondre à Célo j'ai passé une IRM cervical et cérébral ainsi qu"un scanner cérébral

Portrait de Célo
J'aime 0

ok alors si ils n'ont rien trouvé sur ces examens, c'est déjà bon signe!
Mais la raison peut être tout autre: manque de magnésium, anémie, crise d'angoisse, problème de thyroïde....!
Ou alors surmenage, stress,... le tout est de savoir si vos visites chez le psy vous font prendre conscience de certaines choses en agissant positivement sur vos symptômes? Sentez-vous mieux depuis vos visites?

J'espère que vous trouverez réponse à vos maux! Bonne chance et restez positive!

Portrait de Soledad
J'aime 0

Bonjour,

Je viens d'écrire un message un peu dans votre sens (discussion "trouble somatoforme... qui d'autre ?"), moi aussi j'ai quelque chose que l'on ne parvient pas à identifier et que l'on qualifie de "psy". Je connais très bien ce sentiment de culpabilité : non seulement vous souffrez dans votre corps, mais de plus, on vous annonce que votre tête va mal !!! Et que c'est vous qui générez tout cela !! Et on vous annonce qu'on ne pourra pas vous soulager !!! Je pense que les psychiatres sont peu formés pour ce genre de trouble : personnellement, je n'ai rencontré PERSONNE qui me comprenne : on me parle d"hystérie" tout en me disant qu'il ne faut pas avoir peur de ce terme, etc. Mais imagine-t-on la tronche de l'employeur si on lui envoyait le congé-maladie avec pour cause "hystérie" ???? Même s'il s'agit d"hystérie de conversion"... Je sais à quel point c'est dur de rester positive. .. Où en êtes-vous maintenant ? Pouvez-vous continuer une activité professionnelle ? Vous a-t-on proposé un traitement ?

Bon courage.

Portrait de kinyo44
J'aime 0

tout d'abord merci Soledad de m'avoir repondu, enfin quelqu'un qui me comprend . Depuis l'écriture du premier message j'ai demandé à changer de psychologue pour voir. pour ce qui est de mon activité professionnelle j'étais en arrêt maladie ( à la demande de mon employeur pour infos je faisais un contrat en alternance) puis j'ai du arrêter car mon employeur commencé à se plaindre à mon centre de formation. pour l'instant je ne me sens pas capable et pourtant j'aimerais reprendre une activité professionnelle car déjà j'ai moi rien quand faisant des gestes quotidiens j'ai des douleurs.
Pour ce qui est des traitements mon médecin m'a clairement dit que je ne pouvais pas avoir droit à des traitements car on ne savais pas ce que j'avais.

Portrait de Célo
J'aime 0

Bonjour Kinyo,

Je suis derrnièrement tombée sur un article d'une conseillère d'état suisse, qui suite à une méningite, a dévelloppé les mêmes douleurs que vous décrivez dans votre premier message " brûlures et douleurs au mains et aux pieds". Dans son témoingage elle disait qu'elle ne peux plus toucher avec ses mains car cela lui provoque de fortes brûlures, elle porte des gants pour éviter le contact!
C'est une malade rare qu'elle a dévellopé, qui s'apèle le sydrome de (mot composé commençant par G) désollée mais je ne m'en souvient pas! Cette maladie est une atteinte des nerfs, incurable mais pas mortelle!
Ceci juste pour vous dire que vos douleurs parraissent trop imporantes pour n'être que psychologiques et que si votre médecin ne sait pas ce que vous avez, alors changez, insistez....Même si votre problème devait être intrettable, il est important pour vous que vous puissiez mettre un nom sur ces douleurs et vous dire que c'est vos douleurs qui entraînent des problèmes psychologiques et non des problèmes psychologiques qui produisent ces douleurs!!

Battez vous, courage!

Portrait de Célo
J'aime 0

Je souffre du syndrome de Guillain-Barré»,
http://www.illustre.ch/index.cfm?id=2552

Voila, j'ai retrouvé l'article de Mme Brunner et le nom de son syndrome!

Allez voir sur le site, son article est interressant.

Bonne chance

Portrait de Stank
J'aime 0

Q: Est normal de sortir de la psychologue avec le sentiment d'être une moins que rien et de se sentir coupable ?

R: non, il vaut mieux sortir avec le sentiment d'avoir bien parlé, d'avoir "vidé son sac" et d'en avoir tiré quelques conseils de vie, même s'ils paraissent "hors de portée", durs à appliquer. On doit se sentir bien en sortant, c'est primordial pour avoir envie d'y retourner tout simplement !
Maintenant, il ne peut pas se produire des choses extraordinaires à chaque séance, du style "Ah oui j'ai compris cela sur moi".

Vous pouvez déjà aborder cela avec le psy "Quand je sors de chez vous, je me sens... patati patata et voir sa réponse."
Les psys n'ont pas réponse à tout, mais ils doivent communiquer, et pas tout le temps vous renvoyer des questions dans la figure.

Si l'impression que votre psy ne vous aide pas, que ces questions tombent à plat et vous rendent malheureux, alors changez en mais ne laisser pas tomber la thérapie avant de vous sentir DURABLEMENT bien dans votre peau.

Portrait de salsepareille
J'aime 0

Bonjour
Vous n'êtes pas la première personne à témoigner d'une sentiment de culpabilité lors d'un travail avec un psychologue. Vous demandez si cela est normal. Je remarque que c'est lors de la rencontre avec le médecin qui n'a pas pu identifier de pathologie que le processus commence.
Une logique est en place: si on ne peu dire de quoi vous souffrez... c'est que cela est psychologique. Mais les patients entendent "c'est uniquement dans la tête, imaginaire... donc je suis coupable de me créer ce trouble".
Ce sentiment induit par cette logique de la pensée est effectivement à reprendre en psychothérapie afin de la démonter car elle augmente la souffrance, affecte l'image de soi etc... et comme nous sommes unTOUT, les choses étant (re)liées, les effets de ce stress se portent également sur le physique, c'est le cercle vicieux.
L'art du thérapeute est de reconnaître et accompagner ce phénomène de prise de conscience de notre unité en douceur (lien corps-esprit). Par conséquent il sera à un moment ou à un autre présent dans l'entretien pour permettre de prendre conscience de soi, de ses ressources psychologiques...
Vu sous cet angle et compte tenu qu'il existe des spécialistes en psycho, le conseil de consulter est bien fondé (à chacun sa spécialité).
Je précise que l'on n'est jamais obligé de consulter un psy, comme vous le dites dans votre message... mais quelque fois le vécu de l'existence nous y invite, nous invite à chercher de l'aide et pourquoi pas, un soutien psychologique.
Bon courage sur ce chemin de vie

Portrait de skippetitetpuissant
J'aime 0

Bonjour, j'ai 16 ans, et depuis 2 ans, je souffre de paralysie momentanée de mes jambes. J'ai été hospitalisée a Necker l'année derniere pendant 10 jours. J'ai fait tous les examens possible et imaginable. Les médecins n'ont rien trouvé. Ils m'ont donc collé l'étiquette d'hystérique de conversion. Cependant, j'ai fait des recherches, et le seul symptome que j'ai en commun c'est la paralysie, l'astasie, les trouves de la sensibilité au niveau des jambes. Je ne fais pas de crises d'epilepsie, mon coprs ne se contracte pas, je n'ai pas d'amnésies, ou autres symptomes décrits dans ce genre de maladie.

Je pense que comme les médecins ont procédé par elimination, il ne restait que cela pour expliquer mes symptomes. Mais ça ne ressemble en rien a ce que j'ai. Quelqu'un aurait-il une réponse à m'apporter ?

Participez au sujet "besoin de témoignage"