Portrait de louanne30

Tout d'abord bonjour à tous, et merci à toutes les personnes qui me répondront car dans mon entourage le problème est méconnu et très rares sont les relations à qui je peux me confier.
Je vis avec un alcoolique. c'est parfois dur mais je l'espoir que tout rentre dans l'ordre, je l'aime, il est conscient du problème, mais ne se tient pas aux résolutions que l'on prend ensemble les lendemains de cuite. Il ne boit pas tous les jours, il peut tenir une semaine voire deux quand tout va bien (se sont ces alcalmies qui m'aident à tenir car dans ses périodes là, ma vie avec lui est parfaite), mais quand ca ne va pas, quand il est en-bas comme il le dit, il peut boire sans s'arrêter, pendant, une journée, une nuit et ça peut durer 3 jours. Son rythme est assez irrégulier, et je ne sais jamais dans quel état je vais le trouver. On a réussi à mettre en place un "système de sécurité" (mais qu'il ne tient pas toujours), lorsqu'il sent que ça ne pas et qu'il va craquer, il prend une chambre d'hôtel car il peut devenir violent souvent en parole et quelquefois dans ses gestes.
J'ai d'une première relation un petit garçon de 6 ans et demi, il adore mon conjoint et cet amour est réciproque. Il n'a pas l'ai perturbé, il ne se rend pas toujours compte de ce qu'il se passe car il est régulièrement chez son papa ou chez mes parents, et que mon conjoint pour le préserver arrive a canaliser son besoin et tenir jusqu'à l'absence de l'enfant pour boire.
Malgrés tout, il a quand même était témoin de quelques scènes, mais n'exprime pas le besoin d'en parler.
J'ai besoin d'avoir des témoignages de personnes étant dans mon cas, de personnes alcooliques également pour pouvoir le comprendre, et de personnes qui s'en sont sorties pour pouvoir y croire.
Merci à tous!!!

Portrait de xavier6362
J'aime 0

Bonjour
D'après ce que vous nous dites, il apparait que votre conjoint n'est pas un "gros" alcoolique. Il peut se passer d'alcool pendant une semaine voire deux. Mais pourquoi ne continue-t-il pas cette abstinence au-delà de ce délai ? Ce serait tout bénéfice pour lui, pour vous et surtout pour votre petit garçon (encore jeune pour comprendre !)
Je comprends maintenant et après 17 mois d'abstinence, qu'il est très désagréable de vivre avec un alcoolique ! Ma fille (qui m'est revenue) en a subit les conséquences (elle avait 16 ans)
Vous pouvez dire à votre conjoint qu'il faut y croire et surtout le vouloir. la vie pour toutes et tous est tellement plus belle et agréable quand on ne boit pas d'alcool en excès.
Bien à vous

Portrait de louanne30
J'aime 0

Merci Xavier pour la réponse et surtout félicitation pour cette belle réussite, oh ci, mon conjoint est alcoolique, j'ai un peu enjolivé le tableau peut-être en me présentant mais il boit depuis 25 ans et il en a 50 et à forte dose même s'il est vrai qu'il peut rester de plus longues périodes sans consommer. il ne boit pas seulement en sortie avec les copains, il boit a n'importe quel moment de la journée, même tout seul à la maison ou à l'hôtel, ce qui me fais dire qu'il est alcoolique. Il est soigné pour la bipolarité qui le conduit à l'alcoolisme mais pas pour l'alcool en lui même. Ce soir je suis seule, il m'a dit qu'il rentrait tard...
Et hier en rentrant du travail, il était couché, il avait bu aussi.
Je crois que sa seule motivation a ses périodes d'abstinence c'est juste qu'on a un projet de bébé (par FIV) et que j'attend qu'il me montre qu'il est capable de s'en sortir pour nous. Alors il prend sur lui, il résiste mais quand il craque, çà en est que plus terrible et ça dure plusieurs jours. Je ne sais plus quoi faire? Doit-on poursuivre ce projet d'enfant? Je pensais que son mal-être venait de ce manque de paternité mais j'ai peur que la naissance d'un enfant n'ai pas l'effet escompté.

Portrait de xavier6362
J'aime 0

Ah là, permettez-moi de vous dire que vous êtes seule juge ! Et oui, malheureusement, je ne peux vous aider. Même un spécialiste ne pourra vous certifier qu'il ne boira plus après la naissance de votre bébé !
Un petit exemple (bien, différent) : nous habitions, mon ex-épouse (avec qui je suis redevenu ami), ma fille et moi dans un appartement. Je m'entendais super bien avec les gens du building avec qui je participais à des occupations pas toujours très sportives (si vous voyez ce que je veux dire ). Mon ex avec mon accord a décidé d'acheter une maison dans l'espoir tout d'abord, de m'éloigner de ces voisins et ensuite de ma "changer les idées". Et bien, cela n'y a rien fait !!! J'ai continué à boire et souvent seul !
Voilà, désolé de ne pas savoir vous en dire plus et merci pour les félicitations.

Le sentier est unique pour tous, les moyens d'atteindre le but varient avec chaque voyageur.

Portrait de louanne30
J'aime 0

Merci Xavier.
Il n'est pas rentré de la nuit, il vient de m'apl et certainement pour atténuer ma colère, il m'a annoncé avoir prit rendez-vous pour le 21 avec son spy, chez lequel il ne va plus depuis des mois, me disant que c'est pour avoir le dossier pour rentrer en clinique.
J'aimerais croire que mon voyageur est sur le quai d'embarquement!
A bientôt et encore merci.

Portrait de MarcV94
J'aime 0

Bonjour Louanne
Etant moi même alcoolique et marié avec une femme que j'aime, je pense comprendre , un peu, le desastre que provoque l'alcool.
Je pense, que comme pour beaucoup de drogue, on commence par mimetisme (faire comme les autres, être sociable, etc...) mais ce ne sont que des fauses raisons.
On consomme pour fuir. Et la reelle difficulté et de savoir quoi et de l'accepter.
Il est souvent honteux pour un homme d'avouer ses faiblesses (dans sa vie au travail, sur son physique, etc....). du coups on se refugie dans l'alcool, le tabac, etc.... et difficile d'en parler.
Sans cette prise ne conscience, impossible de se battre.
Je ne peux vous donner de conseil, mais si cela pouvait l'aider d'en discuter avec d'autres personnes dans le même cas et sans aller jusqu'aux AA, je pense que serai bien. C'est d'ailleurs la raison de ma présence ici
Bon courage

Portrait de xavier6362
J'aime 0

louanne30 wrote:
Merci Xavier.
Il n'est pas rentré de la nuit, il vient de m'apl et certainement pour atténuer ma colère, il m'a annoncé avoir prit rendez-vous pour le 21 avec son spy, chez lequel il ne va plus depuis des mois, me disant que c'est pour avoir le dossier pour rentrer en clinique.
J'aimerais croire que mon voyageur est sur le quai d'embarquement!
A bientôt et encore merci.

Il est bien possible que votre conjoint aie eu le "déclic". Moi, j'en ai eu deux l'année dernière : la peur de la mort et la suppression (forcée) de mon boulot.
Lui, c'est peut-être le fait de savoir que vous allez attendre un heureux événement. Toutefois et sans vouloir être pessimiste, laissez-lui le temps de "faire ses preuves" : il est facile pour un alcoolique de souhaiter et de vouloir prendre de bonnes résolutions encore faut-il s'y tenir et s'y maintenir ! Il doit vous prouvez qu'il a regagné votre confiance et cela ne se fait pas du jour au lendemain !
mais j'espère pour vous et pour lui qu'il y arrivera.
Bonne chance

Portrait de alamosu
J'aime 0

bonjour à vous tous....

je suis touchée par vos messages....
je suis concernée par l'alcool, ainsi que que la "bipolarité", s'il faut croire le psy.........
je me bats depuis des années, avec des hauts et bas.....
je pense que je touche le fond en ce moment, car , meme si je ne bois plus que du "panaché".... histoire de me mentir, je vais mal.........mon corps est fatigué, il me suit mal............et je vois la fin arriver, petit à petit....
je vais rarement chez mon generaliste, histoire de me "depanner" d'un medicament pour gerer mes angoisses.... c'est tout!
j 'ai peur, car je suis persuadée que la maladie s"est installée...mon foie , mon pancreas... ça crie fort.....
je suis loin de ma famille.....très loin....et je n ai pas vraiment son soutien....à savoir que mon pere etait alcoolique et il s'est suicidé à l'age de 37 ans; j"en ai 34 , bien "frais" (le 6 sept!)

je me demande si je vais arriver à la fin de l'année...j'ai déjà commencé a faire de l'ordre dans ma vie....c'est macabre, je sais........... et ma seule peine enorme c'est que je ne sais pas comment faire avec mon toutou, un cocker de 5 ans.... il a l'age de ma separation, car vivre avec un dependant, c'est impossible........enfin,il faut beacoup de courage, de patience, comprehension,AMOUR!

je n ai pas de reponse à tout ça.. pourquoi, comment.....et encore pourquoi....

voila....

bien à vous....

Portrait de xavier6362
J'aime 0

alamosu wrote:
bonjour à vous tous....

je suis touchée par vos messages....
je suis concernée par l'alcool, ainsi que que la "bipolarité", s'il faut croire le psy.........
je me bats depuis des années, avec des hauts et bas.....
je pense que je touche le fond en ce moment, car , meme si je ne bois plus que du "panaché".... histoire de me mentir, je vais mal.........mon corps est fatigué, il me suit mal............et je vois la fin arriver, petit à petit....
je vais rarement chez mon generaliste, histoire de me "depanner" d'un medicament pour gerer mes angoisses.... c'est tout!
j 'ai peur, car je suis persuadée que la maladie s"est installée...mon foie , mon pancreas... ça crie fort.....
je suis loin de ma famille.....très loin....et je n ai pas vraiment son soutien....à savoir que mon pere etait alcoolique et il s'est suicidé à l'age de 37 ans; j"en ai 34 , bien "frais" (le 6 sept!)

je me demande si je vais arriver à la fin de l'année...j'ai déjà commencé a faire de l'ordre dans ma vie....c'est macabre, je sais........... et ma seule peine enorme c'est que je ne sais pas comment faire avec mon toutou, un cocker de 5 ans.... il a l'age de ma separation, car vivre avec un dependant, c'est impossible........enfin,il faut beacoup de courage, de patience, comprehension,AMOUR!

je n ai pas de reponse à tout ça.. pourquoi, comment.....et encore pourquoi....

voila....

bien à vous....

Dans votre message qui est certes alarmant, apparaissent des pensées positives : apparemment vous vous reconnaissez alcoolique; ce qui pour moi, est primordial pour un début de guérison. En février 2009, j'étais dans votre cas ou presque : les médecins m'avaient fait sous-entendre, tout comme vous le pensez, que je ne verrais pas la fin de l'année SI et je dis SI je continuais à boire. Je vous écris aujourd'hui. C'est bien là une preuve que rien n'est jamais perdu. Faites maintenant un second pas en avouant franchement à votre médecin généraliste (qui est, bine sur au courant) que vous êtes alcoolique mais que vous souhaitez vous en sortir. De là, il vous guidera vers des spécialistes et associations ad hoc.
De plus, pour l'instant, vous n'êtes pas tout à fait seule : vous avez un compagnon que vous ne devez pas laisser tomber. Votre chien est un être vivant à part entière. Il peut vous aider et surtout si vous décider d'arrêter de boire (j'ai moi-même acheté un berger allemand voici 5 mois).
Par la suite, vous verrez (comme moi) que la plupart des gens qui vous estiment, vous reviendront.
Mais de grâce, ne laissez pas tomber les bras. Ne restez pas seule à vous morfondre. Bougez et osez affronter "dame la mort" qui n'a pas besoin de vous pour l'instant !!!
J'espère que mon message vous apportera réconfort, soutien et réflexion.
Bien à vous

L'important n'est pas de tomber mais de pouvoir se relever

Portrait de alamosu
J'aime 0

merci ...xavier

je ne me morfonds pas... je crois.... je suis juste lucide... ça fait un moment que je "monitorise" mon etat.... et pour ce qui est de reconnaitre, ou admettre mon alcoolisme, je ne sais pas.... j'en suis consciente....tout comme les autres....
mon chemin fut long, je n ai plus besoin de me cacher, car de toute façon je ne bois plus comme avant........savoir dire non, c'est pas evident; et j'arrive....car ça ne passe plus!
le plus dur dans le parcours medical a ete le regard et la reaction des autres.... AA, psys, tous medecins confondus... c'est inadmissible!
je suis une jolie femme, avec bcp de potentiel, charme et intelligence..........
pas possible!voire inconcevable....

mais je pense que je suis fatiguée.........le soldat a besoin de "repos" maintenant!
plus de combat! c'est un tout......... etant plutot contemplative de la vie, avec un penchant pour la philosophie...je ne trouve plus le sens!
j'ai raté ma vie.... mon mariage, mes etudes....
trop sensible, trop trop....

je ne sais pas.... plus...
mon chien me fait une peine terrible.... j'affronte chaque matin son regard...sa tristesse....d'ailleurs c'est pour lui que je me leve ; le travail c'est mon chemin de croix....

il parrait que l'homme moderne a soif de sens, et d'amour....
je n'ai rien de tout ça, ou chercher la force pour continuer?

je sors, je m'interesse à plein de choses, mais je vais fuir les autres desormais, car j ai perdu le gout...

merci tout de meme!

Portrait de alamosu
J'aime 0

ps
j ai fait mes petites courses ce matin.......... tout ce vin........ autour........ me fait sourire.........
au fond, mon probleme est ailleurs.......... j ai utilisé l'acool comme echappatoire............et j'en subis les consequences........
c'est seulement ma" jeunesse" qui a encore un mot a dire....car je me sens mal!

ma maladie se nomme "tristesse aigue"!

bien à vous

Portrait de ninette082
J'aime 0

moi je serai ok pr correspondre avec vs
je suis une femme de 51 ans et j'ai vécu avec un alcoolique
j'ai 2 chiennes et je suis aussi trop sensible, trop tt
ça ne coûte rien d'essayer
à bientôt

Portrait de ninette082
J'aime 0

pr Louanne mon ex aussi était capable de ne pas boire pdt de longues périodes et c'est ça le plus dure car on garde espoir et puis la chute est plus rude
on a qd même eut 2 enfants et il a bien supporté la naissance de notre fille mais pr le garçon ce fut plus difficile
je crois qu'il n'a pas supporté de se voir ds ce petit garçon
d'ailleurs celui-ci ressent bien le rejet de son père qui lui même était rejeté par son père
actuellement il a trouvé une femme qui boit elle aussi et c'est la descente , c'est rare de le voir non alcoolisé
je ne veut surtout pas te décourager mais déjà que le monde des FIV n'est pas tjrs supportable méfie toi pr ta santé et la sienne
on pourrait dire c'est pile ou face mais je ne pense pas que la pièce est la même chance de tomber du bon côté
et puis les enfants ne st pas si insensibles qu'on le croit

Portrait de xavier6362
J'aime 0

@ninette : Pour que je ne meure pas idiot (MDR) pourrais-tu me dire ce qu'est le monde des FIV ? merci

Portrait de azertyna
J'aime 0

alamosu,vous dites que vous etes jolie, donc vous vous aimez!sachez que vous n etes indifférente à personne; si vous venez sur ce site c est que vous cherchez des réponses, duréconfort;je comprend bien votre mal etre, je suis abstinente depuis 13 ans,c est du passé je devrais etre heureuse;mais j ai une fille de 39 ans,ex toxicomane, qui a substitué ce produit par l alcool,elle est dans la meme phase que vous, le dégout ,l inertie, l oubli de soi;j espère toujours un sursaut,une envie de vivre.
il n y a pas de raison de se laisser mourrir,il y a à l intérieur de soi un petit truc,un couvercle que l on ne veut pas soulever,parce qu il y a trop à trier; essayez de trouver le truc, ou le système pour soulever le couvercje, pensez que vous n etes pas seule, que vous n etes pas la seule, je vous embrasse, courage, a bientot, de vous lire!

Portrait de titi7820
J'aime 0

Bonjour louanne,

Alcoolique abstinent, je ne voudrais pas être à votre place : vs êtes co-dépendante, et à mon humble avis, la souffrance est aussi importante que pr l'alcoolique. Mais que d'amour ds vos messages, vs avez du courage. Pr ma part, l'alcool a eu raison de mon couple (certes, il n'y a pas que ça mais bon), je m'en suis rendu compte, trop tard, mais je le comprend et l'accepte.

Votre conjoint a de la chance de vs avoir mais je pense que tant que le "déclic" ne viendra pas de lui, il sera difficile qu'il se détache de l'alcool. L'aide de part les médecins, de l'entourage...doit accompagner ce déclic, mais je pense qu'il ne le declenchera pas. Par contre, il faut "sauter" sur la moindre occasion de sa part de vouloir s'en sortir, même si il vous dit qu'il a pris un rdv et qu'il n'y va pas, ce n'est que partie remise, mais en tout cas, cela veut dire que l'idée lui est passée par la tête. Le chemin vers la guérison est très long.

Je suis tout à fait d'accord avec Xavier6362, concernant le chemin et la façon de le prendre, il est différent pr tous et chacun doit le trouver et le parcourir à sa façon ( il l'a d'ailleurs très joliment écris).

Pour ma part, le venue de mon petit garçon n'a malheureusement pas eu d'"incidence" sur mon alcoolisme ; la seule chose, c que je buvais plus en sa présence, dc je m'éclipsais dès que je le pouvais...( même si j'étais qd même présent et actif qd il le fallait, même sa maman le reconnaît). Malheureusement, je sais que j'ai eu une absence pr mon fils, même si j'étais là pour m'occuper de lui, je n'étais pas cô un père doit être là pr son fils : je le sais, je ne pourrais jamais rattraper ça, et je vivrais jusqu'à la fin avec cette culpabllité ; mais je l'accepte et c pr ça qu'aujourd'hui, je suis là à 100 pourcents pr lui et il me le rend bien.

Cô je l'ai écris ds un autre message, et je l'écris aussi pr alamuso, le problème ds l'alcool est le fait que c très sournois, la descente est vite arrivée et savonneuse, dur de remonter. Je pense ( cela n'engage que moi) qu'il est essentiel, soit par soi-même (je pense très difficile), soit avec une aide de type psy (si il ne nous convient pas, on en change, il faut bien trouver chaussure à son pied) de trouver le pourquoi de cette recherche d'alcoolisation. Pour ma part, cette fuite avait une raison mais peut-on parler de raison ds ce cas là ? Ajouter à cela aimer boire un coup, puis vint aimer l'euphorie (bien qu'éphémère) de l'ivresse, une grosse dépression qui couvait je pense depuis longtemps , un gros mal être qui traînait aussi depuis des lustres...etc, remuer le tout (ds un shaker si vs voulez .LOL.) et me voici : un alcoolique ; abstinant certes mais tjs alcoolique (d'où le nom de maladie).

Bon courage à toi louanne et à ton conjoint.
Alamuso ; courage à toi aussi et tient bon. La vie est belle, tout dépend avec quels yeux on la regarde. Ds tout être, toute situation, il y a du bon, il faut juste savoir le trouver, le regarder et le comprendre. Moi, qd je parle de mon alcoolisme et des conséquences (j'en parle ouvertement), je dis "grâce" car pour moi et je dis bien ds mon cas, il m'a ouvert les yeux et m'a fait changer, et je pense en bien. Je suis bcp plus tolérent et n'essaye de ne jamais juger (le propre de l'homme). Sers toi de tes "déboires" pour en tirer la force de rebondir. N'attache pas trop d'importance aux regards de ceux qui ne veulent pas te comprendre, ou tout du moins qui ne cherchent pas à te comprendre, il y en a bcp d'autres bcp plus positifs, à toi de les discerner et souvient toi juste de ceux ci.

Bon courage, amicalement

Portrait de xavier6362
J'aime 0

Merci titi7820
Votre texte est également assez clair, éloquent et précis.
Vous dites "grâce à l'alcool" et vous pourrez le dire le restant de vos jours pour autant que vous restiez abstinent; ce que je n'en doute pas.
Je suis ravi pour votre fils et vous. Comme je l'ai déjà signalé; lorsqu'on arrête de boire, tout revient. Et croyez-moi, on peut très vite "rattraper" le passé !
Je résume en quelques mots : il faut se souvenir du passé, vivre le présent et espérer le futur.
Courage alamosu

Portrait de ninette082
J'aime 0

à XAVIER
bon d'accord je suis souvent un peu "trop "
donc le monde des FIV est un monde cruel qui vit au coeur d'une jungle putride ds un pays sans nom et hostile en plus de tt le reste
je suis parfois un peu à cours de vocabulaire ou feignante d'explications,
je voulais dire par là, pour avoir vu de multiples doc sur la question, qu'il faut avoir le coeur bien accroché et la tête sur les épaules pr supporter ce parcours du combattant
voilà

Portrait de alamosu
J'aime 0

bjr à vous tous!
je vous lis, de près et de loin!
je trouve etrange que les sujets de ces echanges ne se manifestent pas!
jamais, ou presque........;

quelle ironie!

aimer c'est une tache très lourde........ comment faire, comment comprendre...

je vais mal aujourd'hui...........
un debut de grippe......... assez pour m'achever, avec ma defense physique si faible...........

j'avance avec des petit pas vers l'inconnu.........
demain, si "demain", je porte mon chien chez le veto; histoire de faire le point sur sa santé........et peut etre trouver une solution, injuste, certes, pour lui!

j'ai rompu avec mon ami aussi, car , meme si nous avons des demons en commun, j'estime qu'il merite mieux!

je suis triste, parceque je ne comprends pas le manque de courage.... des autres........

et votre detresse à tous...........

la maladie est presente , omipresente....pourqoui un cancer? pourquoi une leucemie? pourquoi un enfant?
pourquoi mon pere? ma mamie?

ben........ je vais partir sans reponse!

encore plus frustrée ....par la peur des etres aimés.. qui se refusent sans cesse le "pourquoi"?

on ne choisit pas son mal etre, son mal tout court!

on ne peux pas parler justice, car elle n'existe pas!

encore une fois , on ne choisit pas...........son MAL!

pour vous tous, un film extraordinaire: Je vais bien, ne t'en fais pas.........
un voyage ...........

pour toi, Irina...........

fouille!

bien à vous!

une pensée pour Io, minouche, laurent, luuna, et les autres........

Portrait de IO
J'aime 0

Ccou Alamosu,
En lisant ton témoignage,j'étais sûre que c'était bien toi,je suis peinée de lire que tu ne vas tjrs pas bien,mais heureuse que tu ai arrêté de boire ou presque,je suis sûre que tu peux y arriver,mais,comme je te l'avais dit dans ds messages précédents,il faut que tu sortes de ton engrenage,que tu te fasses des amis(es),que tu voies autre chose que tes 4 murs . Avec ton chien,c'est plus facile,promène le dans des endroits ou il y a d'autres personnes qui ont des animaux comme toi . Ne baisses pas les bras,courage

bisous et @+ IO

Participez au sujet "Besoin d'en parler..."