Portrait de CocoDvd

Bonjour à toutes et à tous, je m'appelle Corentin et j'ai 22ans.
Je viens sur ce forum en espérant trouver quelques réponses, des aides ou bien des personnes "partageant' ce que je vis.
J'espère que vous avez un peu de temps devant vous car ce que j'ai à raconter risque d'être un peu long. Cela regroupe beaucoup de psychologie mais aussi un peu de cardiologie. Donc si je pouvais avoir des réponses de personnes expérimentées dans ces domaines ce serait parfait. Mais j'accepte bien évidemment les avis et conseils de tous. Et je remercie d'avance ceux et celles qui prendront le temps de me lire et avec un peu de chance de me répondre.

Alors voilà, étant plus jeune, j'étais un garçon plein de vie, très sportif et j'insiste sur le très ! Un garçon toujours entouré de ses amis, toujours en train de rigoler et faire rire les autres. J'étais comme ça, de nature à ne pas prendre la tête, à être sérieux et fou à la foi, à toujours vouloir bien faire pour moi et pour les autres. Assez réservé mais pas trop, assez sentimentale et empathique, gentil, discret et foufou à la fois.
J'avais une petite amie avec qui cela marchait formidablement bien, je faisais du basket en club (j'avais même était surclassé), je bossais très bien à l'école (j'ai obtenu mon bac avec mention et eu l'acceptation pour aller en classe préparatoire aux grandes écoles pour ensuite envisager une école de commerce). Vous allez me dire, jusque là ma vie se déroule très bien. Cependant durant ces quelques années de bonheur il y a eu quelques éléments qui ne m'avaient jamais réellement inquiétés, mais qui allaient avoir un impact sur ma vie future..
Le premier : Un jour après un entrainement de basket (je devais pas être bien vieux, je dirais que je devais être en 5ème ou 4ème) comme à mon habitude je continuais de jouer avec des amis ou tout seul. Puis d'un coup mon cœur s'est accéléré sans aucune raison particulière. Je suis donc allé voir mon coach et mon père qui étaient en train de discuter pour leur montrer (mais à ce moment là je n'avais pas peur je cherchais même pas à comprendre ce que j'avais). Puis c'est passé aussi rapidement que c'est venu.
Les années passent, toujours à fond dans le basket et le sport en général (je fais même une seconde option sport) donc entre les cours et le club de basket je devais enchainer presque 10h de sport par semaine.
(désolé de m'étaler comme ça mais c'est pour mieux comprendre le côté très psychologique de tout cela).
Bref, un jour comme un autre pendant ma seconde sport, en prenant le bus comme tous les matins (1h de bus), je dormais, puis d'un coup réveillé par ce que je dirais un "renvoi gastrique", que j'ai interprété sur le moment comme si j'allais vomir. (Détestant vomir dû aux nombreuses gastro de mon enfance, je vous laisse imaginé le petit moment de stress que j'ai eu, surtout de vomir dans le bus devant les autres) ce qui ne s'est pas produit bien entendu. Mais tout le reste du trajet j'ai plus dormi..
Suite à cet épisode, j'avais peur de prendre le bus (c'est franchement bête quand on y pense), pour surmonter ça je me mettais tout devant avec de la musique et j'essayais de dormir alors qu'avant j'étais avec mes amis au fond du bus. A cela s'ajoute le stress chaque matin, qui me faisait aller à la selle en arrivant au lycée.. Chose assez dérangeante au bout d'un moment. Puis le décrochage scolaire a suivit, je ne bossais plus, je séchais les cours avec un ami.. la totale. Je redouble donc dans un autre lycée. L'été passe tranquillement. Et la rentrée arrive. Je me dis que c'est bon je vais prendre le bus etc que c'est du passé. Et bien non rebelote ! Donc même rituel, devant, musique et dodo. Un jour je me souviens avoir été à deux doigts de vomir juste à l'idée d'en avoir peur..
A cela s'ajoute quelque chose d'inattendu, sûrement lié au stress encore. Mais j'étais obligé d'aller "faire pipi" avant chaque heure de cour et avant de prendre le bus. De peur d'avoir envie une fois "renfermé". Et pourtant je n'ai aucune peur de la foule, ni d'être enfermé. Puis viennent quelques soucis familiaux etc enfin bref une année scolaire catastrophique ou je loupe la moitié des cours.. et le pire reste à venir.
Un jour en cours de sport, alors que je m'amusais comme toujours quand je fais du sport, voilà que mon cœur s'emballe comme cela me l'avait fait quelques années avant. Sur le moment je dis à un ami que je me sens pas bien (encore une fois je n'étais pas inquiet). Puis je suis allé voir l'infirmière du lycée, qui enregistre mon poul à environ 200 ou +.
Suite à ça (ce que je trouve étrange aujourd'hui) mes parents et moi n'avons consulté aucun spécialiste.
Puis malgré mon année de seconde désastreuse, je passe en première dans un autre lycée ou j'ai du m'engager par écrit auprès de la directrice d'être assidue et de bien travaillé. Chose que j'ai faite puisque j'ai eu les encouragements au premier trimestre et les félicitations aux deux autres puis les félicitations aux 3 trimestres de terminale.
J'arrivais à gérer mon angoisse du bus et je m'adapter à mes envies d'aller au toilettes en arrivant et entre chaque cours (même si cela était assez lassant à la longue)
Ps : cela faisait déjà un an que j'avais ma copine avec qui tout se passait à merveille.
Durant mon année de première, lors d'un cours d'EPS ou on faisait endurance, mon cœur refait des siennes. Encore une fois je m'inquiète pas, je vais le faire sentir à mon professeur et lui dit même que c'est pas la première fois que ça va passer. Puis la vie continue, je passe avec succès en terminale.
Et c'est dès le début de cette année que les choses du côté "cardio" que cela va se concrétiser. Comme à chaque début d'année, le lycée organise une journée d'intégration. Cette fois-ci nous sommes allés faire le l'accrobranche. On passe une journée parfait à faire les fous dans les arbres avec mes amis. Le soir je rentre et me précipite à mon entrainement de basket. Comme à mon habitude je me donne à fond j'essaie d'aller plus vite que les autres etc. Puis à un moment lors d'une pause pour aller boire entre deux exercices, rebelote ! Malgré ça je fais comme si de rien était et enchaine avec l'exercice suivant. Je me rends assez vite compte que c'est assez gênant pour faire du sport et le dis donc à mon entraineur qui me donne un petit exercice tranquille à faire seul (des lancés-franc). Je m’exécute donc, mais cela ne passe pas aussi rapidement que les autres fois et cela me rend mal à l'aise. Je décide donc d'arrêter l'entrainement de me poser et me calmer (mon coach m'a même donné du coca et friandises pour le sucre). Puis ça s'est calmé.
Puis j'ai carrément décidé d'arrêter le basket.. alors que ça faisait 10 ans que j'en faisais. A l'école je faisais juste l’acrosport et le badminton et je n'allais pas aux cours de course 500m (pour le bac..). Au cours de l'année cela à du me refaire le coup du cœur qui s'emballe environ 4-5 fois. Une fois arrivé à l'épreuve du bac (celle du 3x500m), je m'en doutais que je risquais d'avoir "cette crise" mais je me suis lancé. Premier 500m je me donne à fond et je fais un bon temps en plus de ça. Deuxième 500m pareil, sauf qu'à la récupération entre le 2ème et 3ème.. boom rebelote ! Mon professeur prend mon poul il n'arrivait même pas à compter tellement c'était rapide.
C'est suit à ça qu'on décide d'aller voir un cardiologue, qui va me parler de la maladie de Bouveret (Pour ceux qui ne connaissent pas c'est un petit voie supplémentaire au niveau du cœur qui créait une boucle qui déclenche une forte tachycardie à départ et fin brusque). Enfin j'avais un nom sur ce que j'avais. Pour m'en débarrasser il m'a parlé d'une opération par ablation possible ou une prise de médicament pour éviter d'en voir trop régulièrement. Car oui ça devenait de plus en plus fréquent. Pour commencer j'ai choisir les médicaments. Cela avait l'air de se calmer.
Puis arrive le BAC. La première semaine passer. Puis le week-end un ami à la bonne idée de fêter son anniversaire chez lui au lieu de réviser. Nous avons donc passé la nuit à fêter son anniversaire (je vous laisse imaginer, quand on est jeune, alcool etc, nuit blanche...). Le lendemain matin, un ami nous appelle pour qu'on se fasse une journée plage. Et bien entendu fous comme nous sommes on accepte. A ce moment la je n'avais pas pris mon médicament, j'avais passé la nuit à boire avec mes amis, je n'avais presque pas dormi et il faisait TRÈS chaud. Une fois arrivé on décide de se faire un foot sur le sable. Je vous laisse imaginer la suite. Rebelote. Je demande donc à un ami (qui comprend bien mon cas, car lui même avait était opéré pour quelque chose de similaire) de m'accompagner à l'écart pour me calmer. On se pose donc à une terrasse d'un café à l'ombre. Mais la crise ne passe pas et je ne me sens pas très bien. On appelle donc les pompiers. Le temps qu'ils arrivent ma crise passe. Mais je finis quand même aux urgences jusqu'à 23h/00h alors que j'avais encore une journée de bac le lendemain. J'y suis bien entendu allé. Malgré tout j'obtiens mon bac mention bien.
C'est suite à cette aventure que je décide et je suis très décidé à passé à l'étape supérieure. L'opération.
Ps : j'ai oublié qu'entre temps ma copine avec qui cela faisait 3 ans m'avait quitté pour un autre gars.. cela m'avait bien entendu affecté mais contrairement à ce qu'on pourrait imaginé avec le bac et mes amis je n'y pensais presque pas.
Bref l'opération est assez vite programmée puisque que j'obtiens la date un mois après. Entre temps je ne me prive de rien, je viens d'avoir mon permis en plus, donc je sors avec mes amis, plage, soirée etc.
Arrivé à l'hôpital (une journée avant), 0 stress. Au contraire je pends même ça à la rigolade. Le fait de devoir me raser tout le bas du corps, de devoir prendre des douches avec le produit, avoir un partenaire de chambre qui ronfle... pour vous dire le soir j'avais même fais des pompes alors que j'étais sous perfusion (car oui je faisais un peu de musculation maison). Le lendemain matin, à peine le temps de me réveiller, direction la table d'opération. Je vous passe les détails de l'opération.
2/3 jours après je sors, tout s'est bien passé. Il y a quelques symptômes post-opératoire, comme des petites douleurs thoraciques et autres (je ne le savais même pas). Mais effectivement une fois rentré chez moi j'en ai ressenti, je pensais que cela était normal.
J'étais dispensé de faire du sport pendant 1/2 semaine(s), et pour vous dire comment j'étais, à peine rentré je voulais déjà voir une amie avec qui je flirtais ..
Malgré l'opération et la rupture avec ma copine j'ai passé un été formidable ! Sans oublier que j'allais passer en classe préparatoire !
Le temps passe et malgré le fait que mon cardiologue et médecin me disent que je peux reprendre le sport comme avant, j'ai du mal (je ne sais pas pourquoi). J'en fais un peu mais sans courir et me donner à fond comme avant. Puis j'ai l'impression de ressentir des choses que je ne ressentais pas avant. Sentir mon cœur battre, des palpitations, l'impression qu'il ne récupère pas comme avant. Puis des extrasystoles (je ne savais pas que cela en étaient avant). Mais malgré tout cela je vis avec et n'en parle à personne à vrai dire.. c'est qu'au début 2016 que je me décide de refaire de la musculation maison mais à l'internat lol. En l'espace de 2/3 mois je passe de 57 à 61Kg, je me porte bien etc. Je me suis remis ensuite avec mon ex. Puis un jour de beau temps on décide d'aller ma copine, des amis et moi d'aller passer une journée au bord de plage. On se pose, sur la plage avec un drap etc et au moment de se lever je ressens une "extrasystole". Et allez savoir pourquoi j'ai du paniquer intérieurement mais mon cœur s'est emballé. Je n'ai rien dis et je suis resté comme ça pendant tout le temps que mes amis buvaient un verre en terrasse.
C'est qu'une fois rentré chez moi, dans la nuit que je sentais que mon poul ne ralentissait pas qu'on a téléphoné aux pompiers. Je me suis retrouvé aux urgences. Rien d'alarmant. Suite à ça j'ai stoppé le sport et suis retombé à 55kg.. le temps passe et je passe en 2ème année de prépa.
Jusqu'ici j'ai l'impression d'avoir le cœur trop rapide même au repos. des fois oui des fois non. J'ai fais des tests d'effort, tout va bien. Même si je ne m'étais pas donné au maximum par crainte. De quoi ? Je ne sais pas. Quand mon cœur s'accélère, même de manière normal ça m'inquiète. Je pense que cela est du à mes expériences passées avec la maladie de Bouveret. Bref une autre cardiologue, suite à une consultation, me dit que je suis très réceptif aux émotions.
(C'est un peu mélangé mais c'est difficile de bien raconter)
Ma seconde année de prépa commence, toujours mes petits soucis d'aller aux toilettes, mes petits soucis de sensations au niveau du cœur.
A cela s'ajoute vers la fin d'année de ma prépa, cette envie de "faire pipi" qui devient trop présente. Mon envie est psychologique, avant j'allais aux toilettes avant l'heure ou les deux heures de cours et c'est tout. La c'était devenu j'y vais avant, et j'ai envie aussitôt rentré en classe... cela devient donc compliqué pour moi de suivre les cours et je décroche totalement.. je loupe les deux derniers mois de cours.. ce qui m'a valu de ne pas avoir mon année validé et donc au revoir les concours pour entrer en école de commerce. Je me retrouve donc sans rien à la rentrée suivante.. arrivé en décembre ma copine me quitte/trompe pour un autre gars. (Avec qui elle est toujours actuellement). Donc bon niveau mental j'en prends des coups (plus de copine au bout de 5ans de relation, sentiment d'avoir échoué niveau scolaire, et surtout incompréhension au niveau de ma copine qui m'a lâché sans réelles excuses et qui a en plus tout de suite coupé les ponts, puis le dégoût d'avoir échoué scolairement à cause d'un truc que je considère ridiculement incontrôlable). Ce qui m'a permis entre guillemet de mette de côté tout c'est le poker que j'ai découvert l'été précédent. Je m'y suis beaucoup investi et je jouais dans un bar (totalement gratuit). Puis j'ai découvert un ami d'enfance qui y jouais aussi (totalement pas hasard). On s'est donc mis à jouer ensemble, à participer à plusieurs évènements (on s'est rendu compte qu'on était même plutôt bon). En Mars je me suis qualifié pour une finale nationale à Paris et en Octobre avec mon ami on s'est qualifié pour un grand évènement à Paris également. Enfin bref je m'étale un peu.
Jusqu’à présent mis à part que je digère encore la rupture avec mon ex, que je ressens quelques petites choses au niveau du cœur, je décide de me lancer dans la musculation en salle (petite résolution 2017). En plus de ça j'ai 2/3 amis qui s'y sont mis aussi donc parfait. J'en fais jusqu'à l'été, jusqu'au jour où. Un ami, qui est le neveux de mon ex décide de fêter son anniversaire. Auquel il y a donc mon ex d'inviter (je précise que je ne l'ai pas revu depuis notre rupture, soit environ 7mois)
La vieille de l'anniversaire, avec mon ami nous sommes allés à un évènement de poker assez loin tout le week-end et nous sommes donc rentrés assez tard. C'est pourquoi le lendemain j'étais en retard pour l'anniversaire de mon ami. Je m'y rends donc, étant le dernier lol. J'avais un peu d’appréhension du fait de revoir mon ex après tout ce temps. Et plus je me rapprochais du lieu, plus je me sentais stressé (je ne le contrôlais pas) et la d'un coup je ressens ce que je ressentais une fois tous les 1/2mois (une extrasystole) (je ne savais pas que c'était ça à la base) mais cette fois-ci bien plus forte et plus prononcée. Puis une fois arrivé, impeccable tout allait bien.
Après cette évènement, je repensais beaucoup à mon ex.. j'ai même eu une nuit ou j'ai énormément pleuré (et oui) et 1 semaine après pendant 2/3 j'ai eu plusieurs extrasystoles de la même intensité que celle d'une semaine avant. Et allez savoir pourquoi, suite à ça j'en ressentais fréquemment, plus ou moins intenses. Plus fréquemment quand j'étais très fatigué. Et j'avoue que mentalement j'en prenais un coup. Je me suis habitué à vivre avec. Mais je ne l'acceptais pas.. et en plus de ça, ça m'avait fait à nouveau arrêté le sport par peur.
Puis vient le moment qui fait que je suis ici en train de vous raconter tout ça.
Voila qu'arrive la nationale à Paris fin janvier 2018, j'y vais avec deux personnes qui se sont qualifiées avec moi et que je connais. J'avais pas beaucoup dormi la vieille du départ. Et encore moins la première nuit à l'hôtel puisqu'il y avait eu une fête de jeune juste à côté de l'hôtel jusqu'à 2h du matin. Déjà qu'avec l'excitation c'était pas simple de trouver le sommeil. Levé 8h, je me suis étonné de part faire d'extrasystoles avec le peu que j'avais dormi. J'en ai fait une petit pendant le tournoi. Mais comme je l'ai dis avant je m'y étais habitué. Bref on est tout les 3 sortis du tournois des le premier jour. On a donc voulu renter le lendemain. Sauf que le train le moins cher était à 7h et quelque de matin.. autant vous dire que ça allait être très tendu de l'avoir. On s'est couché à 2h30 pour se lever à 5h. En plus de ça c'est moi qui ai du tout organisé niveau bus, train, métro etc car mes amis n'étaient pas très vaillant.. pourtant bien bien plus âgés que moi. Bref on arrive à Montparnasse après avoir pris le bus et le train. Et la c'est la course avec nos valises. Donc pas beaucoup de sommeil dans les pattes, il fallait speeder pour trouver le train, le guichet etc, j'étais à fond tandis que les autres derrières suivez pas et ça m'énervait. Je montais les escaliers à vive allure avec ma valise alors que ça faisait un moment que j'avais pas fais de sport. Et la dans le feu de l'action un mec m'interpelle et me donne la direction des grandes lignes de train. Mais sur le moment j'étais tellement à fond dans ce que je faisais que je pense que le mec en m'interpellant pas fait peur. Car une fois arrivé tout en haut, au niveau des grandes lignes de train mon cœur s'est emballé comme jamais.. après avoir eu une sensation étrange (adrénaline ou forte émotion) et la je faisais pleins d'extrasystoles. Malgré ça je voulais avoir mon train, j'étais paniqué et pourtant je suis allé au guichet etc mais on a loupé le train de 5 minutes à peine... Je croyais vraiment que j'allais y rester.. j'avais jamais ressentis ça. Ça s'est calmé au bout de 5minutes mais la peur était la. Puis cerise sur le gâteau, je loupe le deuxième train alors que mes deux amis l'ont eu. Je me retrouve donc seul dans la gare à attendre angoissé. Une fois rentré chez moi, je suis allé dormir pour récupéré mon week-end et me calmer.
Ps : depuis la rupture avec ma copine j'ai oublié de préciser que je me couchais tard et levé tard tout le temps..
Bref, 2 jours plus tard, comme à mon habitude le mardi soir je vais jouer dans le bar au poker, je me prépare donc et prend ma douche. Bête comme c'est à un moment j'avale de travers de l'eau et ai donc du mal à respirer et la étrangement je commence à ressentir la même sensation étrange qu'à Paris et mon cœur qui commence à s'emballer. J'arrive à me calmer et c'est passé aussitôt. Et j'ai réussi à aller à ma soirée poker et m'amuser. 2 jours plus tard je prévois d'aller au casino avec un ami, et sur le chemin (en conduisant) je sens que je monte en stress tout seul. Presque à me déclarer la même chose encore. Une fois arrivé j'étais tout tremblant et c'est passé au fur et à mesure qu'on jouait. Le mardi suivant rebelote sous la douche sauf que cette fois j'ai pas réussi à me calmer et j'ai enchainé les extrasystoles comme à Paris. Et la panique à bord, du mal à respirer, cœur qui bat vite, crispé de partout, je tremblais. Comme je n'arrivais pas à me calmer, on est allé à l’hôpital. Mon poul ne ralentissait pas et j'étais paniqué. J'avais l'impression d'être sensible à chaque émotion. Exemple : quand ils m'ont dit on va vous injecter un produit ça va vous faire une impression très étrange, comme si vous faisiez des montagnes russes, et ba bim mon coeur s'est emballé juste par le fait de m'avoir dit ça. J'ai passé la nuit la bas. Quand je me suis endormi mon poul est redevenu normal et je suis rentré le lendemain matin. Et depuis cette crise de panique, j'ai l'impression d'avoir peur h24 ! Ou de réagir 1000x disproportionné. Exemple : quelqu'un est venu frappé chez moi alors que je m'y attendais pas, coeur qui s'emballe, avion de chasse qui passe au dessus de chez moi en faisant un gros bruit, coeur qui s'emballe, mes parents m'ont annoncé la mort d'un collègue de mon père, coeur qui s'emballe.. juste horrible à vivre. Et comme j'ai eu un traumatisme à la douche je vous laisse imaginer que maintenant je me lave avec un gant..
L'autre fois que je suis allé voir de la famille avec mes parents, angoisse en voiture. Pareil pour aller chez le médecin pour lui parler de tout ça. Y'a qu'en rentrant chez moi que je me sentais à l'aise. J'ai mis du temps à faire mes deux prises de sang, alors que c'est à 10min de chez moi en voiture. J'avais une radio à faire et un rdv avec le cardiologue qui m'a opéré y'a 4 ans, impossible d'y aller. Par peur d'angoisser et de refaire une crise. J'ai plus de vie. Je prends à peine le temps de faire ma toilette, je m'habille 1jour sur 4 .. je mange peu j'ai perdu 2 kg depuis. Je suis à 53kg pour 1m76. Je dors en décalé. Pour vous dire j'ai même du mal à sortir faire un tour dans mon jardin sans avoir de l'angoisse. Et le pire c'est que j'en suis rendu à angoissé chez moi .. et je le sens quand je monte tout seul en angoisse.. Je trouve ça tellement ridicule.
J'ai l'impression qu'il y a deux personnes dans ma tête. Une qui a peur de tout qui n'a plus envie de rien, qui se laisse aller et une qui est pleine d'envie, qui a envie de sortir bouger etc, mais l'autre partie l'en empêche. J'ai plusieurs amis qui me demandent de sortir, ou qui me donne des bons plans travail, des filles qui viennent me parler car elles aimeraient apprendre à me connaitre. Et moi je suis la, à stresser pour un oui ou pour un non, à me renfermer de plus en plus chaque jour.
A ne pas savoir si ce que j'ai est dangereux pour moi, à me demander comment je peux revivre après ça, quel peut être mon avenir, pourquoi et comment je suis devenu comme ça, qu'est-ce qu'il faut faire. J'ai vraiment besoin d'avoir des réponses, des conseils des avis. Car plus les jours passent et plus j'ai l'impression de m'enfoncer. J'ai cru comprendre qu'on appelle cela de l'Agoraphobie. (la peur d'avoir peur)
Je tiens à rajouter aussi, je ne sais pas si cela a un rapport, mais avant ma crise de Paris, je commençais à avoir la peau qui pelée au visage, barbe, sourcil, crâne. Et aujourd'hui c'est partout.. pieds, bras, visage, crâne, partie intimes par endroits, jambes. Je suis tellement dépassé par tout ce qu'il m'arrive. J'ai 22 ans et je passe à côté de ma vie alors que je suis pleins d'envies. A chaque fois que je me sens revivre à nouveau, bim un truc me tombe dessus et le peu de confiance que j'ai en moi je le perds. Je mets du temps à remonter une pente pour retomber 2 fois plus vite..

Désolé de la longueur du texte, merci pour ceux qui m'auront lu.
En attente de vos réponses.

Portrait de CocoDvd
J'aime 0

Je tiens à rajouter que quand j'ai cette panique qui monte en moi je ne sais même pas pourquoi elle survient. C'est l'incompréhension totale. J'ai l'impression que mon corps ne suit pas avec ma tête c'est fou. J'ai cette sensation d'adrénaline ou de stress qui me parcours le vente, je me crispe, j'ai du mal à respirer et le coeur qui bat fort et plus vite, je le ressens même dans le ventre. Et ce qui me fait le plus peur c'est que si la crise est vraiment forte, j'ai peur d'avoir les extrasystoles répétées. Car je ne connais pas les conséquences, les risques ou non.

Portrait de Vanja20
J'aime 0

Salut l'ami, ca fait 4 ans que j'utilise l'adrénaline de ma propre volonté et quand je le veux aussi à n'importe quel moment,
ce que tu as toi c'est de l'adrénaline déclanché par ta peur, mais ce n'est pas de cette façon que tu dois l'utiliser, il faut l'activer sans peur, mais comme ta peur se déclanche toute seul , il faut que tu l'éface grace aux mouvement, ainsi tu deviendra physiquement bcp plus fort pendannt le moment d'adrénaline^^ dommage que tu ne sais pas encore l'utiliser de volonté^^

Portrait de Vanja20
J'aime 0

encore une chose essaie de dépasser ta concentration de tes 5 voir 6 sens du corp, concetre toi a chaque fois que tu paniquera, concentre toi surtout le5 sens du corp , et ta panique disparaitras, l'adrénaline pour t'avertir n'est pas vraiment dangereuse mais te donne une force surhumaine, mais quand tu aura aussi cette panique je te conseil aussi de faire quelque mouvement trés rapide pour faire ta décharge car tout a besoin d'un recharge et décharge alors tu dois faire des mouvement rapide, ex; de pompe, de squat, ou abdo, quelque chose qui te fais décharger de l'énergie...

Participez au sujet "BESOIN D'AIDE/ D'ETRE RASSURE/ D'AVOIR DES REPONSES"