Portrait de besman

bonjour
une partie de mon vagin s'est gonflé et aprés avoir consulté mon genyco il m'a dit qu'il s'agite d'une bartholinite mais cette derniere cause des douleurs alors que j'ai n'en ai senti aucune!!!
cela vous parait normal??

Portrait de dr renée dyrfnam
J'aime 0

Je vous renvoie en ce qui concerne la question de la bartholinite au lien suivant qui devrait vous permettre d'en savoir plus, très pragmatiquement à propos de cette affection gynécologique fréquente.
Si vous n'obtenez pas suffisamment de renseignements dès cet instant, vous pouvez alors éventuellement reposer votre question.

http://www.vulgaris-medical.com/?p=articles&article=705&paragraphe=introduction
Bartholinite : , dans l'encyclopédie santé Vulgaris-Médical

Participez au sujet "bartholinite"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "bartholinite"

  • Le recueil de sperme doit s'effectuer de manière rigoureuse. Il faut tout d'abord recommander un délai d'abstinence sexuelle de deux à huit jours avant de réaliser l'examen des spermatozoïdes. Le délai d'abstinence ne doit pas être non plus trop important car le volume d'émission de sperme et la concentration en spermatozoïdes augmenterait au préjudice de leur vitalité.

    L'abstinence sexuelle se définit, en l'occurrence, comme l'absence d'émission de sperme au cours d'un rapport sexuel (coït ou bien masturbation).

    À l'inverse si le délai d'abstinence est inférieur à deux jours la quantité est non seulement insuffisante mais la qualité également. La raison pour laquelle pour avoir des résultats acceptables il est nécessaire de respecter un délai d'abstinence de deux à huit jours.

    Le recueil du sperme contenant le spermatozoïde doit être effectué au laboratoire même, après une masturbation. Quelques patients sont réfractaires à la masturbation au laboratoire, c'est la raison pour laquelle celle-ci peut se faire au domicile du patient à condition de rapporter le flacon au laboratoire dans un délai inférieur à une heure après le recueil et en mentionnant l'horaire de la masturbation.

    Quand la masturbation est proscrite (interdits religieux, par exemple) le prélèvement peut être obtenu au cours d'un rapport sexuel avec un préservatif spécial c'est-à-dire dépourvu de produits toxiques pour les spermatozoïdes. Dans tous les cas le transport du sperme se fait à la température de prélèvement c'est-à-dire entre 20° et 35°.

    L'étude des spermatozoïdes peut éventuellement être perturbée. Ceci survient entre autres pour les raisons suivantes :

    • Une intervention chirugicale.
    • Prise de certains médicaments.
    • Hyperthermie (fièvre élevée).

    Avant l'éjaculation, pour effectuer un recueil de sperme dans de bonnes conditions, il est important de se nettoyer les mains et le gland  avec un produit désinfectant qui est fourni par le laboratoire.

    Le sperme doit être éjaculé dans un flacon stérile présentant une ouverture suffisamment large et comportant le nom et le prénom du patient et le délai précis de l'abstinence c'est-à-dire la date de la dernière éjaculation (rapport sexuel ou masturbation).

     

  • Excitation du phallus (verge en érection) afin de provoquer l'orgasme (paroxysme du plaisir sexuel).

  • L'anus est l'orifice terminal localisé au bout de l'appareil digestif, juste après le canal anal, et par lequel sont évacués les gaz et les matières fécales.

     

     

  • L ’éjaculation est l’émission de sperme par l’urètre (conduit amenant l’urine de la vessie vers l’extérieur) au moment de l’orgasme.

    Ce sont les stimulations répétitives du pénis au moment des rapports sexuels, mais également lors de la masturbation qui sont à l’origine d’un réflexe éjaculatoire.

  • Expulsion du sperme par l'urètre (conduit amenant l’urine de la vessie vers l’extérieur) au moment de l’orgasme après contraction des vésicules séminales.

    Ce sont les stimulations répétitives du pénis au moment des rapports sexuels mais également lors de la masturbation qui sont à l’origine du réflexe éjaculatoire.