Portrait de FANY

Je résume pour ne pas être trop longue :

Après iRM : Arthropathie des vertèbres lombaires avec parfois protusion discales L5-S1 et en L4/L5 arthropathie postérieure marquée avec saillie discale venant au contact du sac dural qui est rétrécie de 50 %

Résultat de l'EMG : atteinte bilatérale des nerfs fémoro-cutanés. Une atteinte radiculaire L5 reste possible

Après Myeloscanner du rachis lombaire : les racines lombaires ne sont pas atteintes. Mais présence d'un spondylolisthésis dégénératif de grade 1 de L4 sur L5, avec protusion discale circonférentielle venant au contact du sac dural avec retrécissemnt des recessus latéraux. (répétition)

Le praqticien m'a envoyé faire deux infiltrations foraminales à l'hopital. Une infiltration a gauche et une a droite.

Je suis mon traitement de lyrica 400/j, trivastal 50 2cp/j et ixprim 3 cp/j.

Je vais aller reconsulter pour savoir si je continue ou pas ces médicaments que je prends depuis près d'un an a quantité moindre. Venant de faire ce dernier examen il y a deux jours, je ne sais pas encore si le mal s'est complètement apaisé.

Avec les conclusions abrégées de mes examens que je vous ai rendues, pouvez vous me dire ce que j'ai exatement et si le mal partira pour de bon suite a des infiltrations ou sera présent toute ma vie, est ce que cela va évoluer avec des problèmes aux racines ?..ou autre ? Personne ne me dit clairement ce que j'ai.
merci

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

On ne vous dit pas ce que vous avez parce que on ne sait pas la cause exacte de cette atteinte de la moelle épinière et des racines nerveuses qui sont issues de cette moelle épinière, à ce niveau et surtout la variété de spondylolisthésis et son grade selon Meyerding entre autres.

La problématique réside dans le fait de connaître la cause du spondylolisthésis. S'agit-il d'un spondylolisthésis de nature congénitale ou bien de nature traumatique ou autre ? Voici encore une question.
Il existe plusieurs classifications du spondylolisthésis.
La classification du glissement selon Meyerding , classification la plus répandue comporte quatre stades selon le déplacement, plus précisément selon que le déplacement est inférieur au tiers, compris entre le premier est le deuxième tiers, entre le deuxième et troisième tiers ou selon qui correspond à la totalité du plateau vertébral sous-jacent. Le stade cinq correspond à la spondyloptose.
La classification de Roy-Camille distingue trois groupes de spondylolisthésis sur le plan du pronostic :
Dans le groupe le spondylolisthésis à un déplacement inférieur à un tiers. Il s'agit du groupe se caractérisant par un glissement suivant le coeur de la cinquième vertèbre lombaire et de volume normal et la dysplasie c'est-à-dire la malformation prédomine sur l'arc postérieur de la cinquième vertèbre lombaire.
Si le disque situé entre la cinquième vertèbre lombaire et la première vertèbre sacrée est conservée.
Le plateau supérieur de S. c'est-à-dire de la première vertèbre sacrée est rectiligne, horizontale ou peu déformée.
La courbure du sacrum est normale.
Équilibre antéropostérieur est présent.
À l'intérieur de ce groupe le risque de déplacement est faible et ne dépassera jamais 50 % du diamètre antéro-postérieur du sacrum.
Dans le groupe II, le spondylolisthésis présente un déplacement de trois à 40 %. Il s'agit d'un groupe qui se caractérise par les éléments suivants :
Le corps de la cinquième vertèbre lombaire est relativement petit et l'arc postérieur de cette vertèbre et malformée.
Le disque entre la cinquième vertèbre lombaire et la première vertèbre sacrée est placée de façon modérée.
Le plateau de la première vertèbre sacrée se présente sous la forme d'un S. italique.
Le sacrum est généralement normal.
À l'intérieur de ce groupe, les patients sont généralement des groupes de numéros I légèrement aggravés. Ces patients nécessitent une surveillance. Hiles possibles, en fonction de l'évolution du disque, de voir survenir une aggravation du glissement.
Dans le groupe III, le spondylolisthésis présente un déplacement> 40 %. Il s'agit d'un groupe qui se caractérise par les éléments suivants :
La cinquième vertèbre lombaire se présente sous la forme d'un petit volume et de forme trapézoïdale quelquefois triangulaire. Son arc postérieur est très dysplasique c'est-à-dire très déformé.
Disque situé entre la cinquième vertèbre lombaire et la première vertèbre sacrée possède une faible épaisseur.
Le plateau supérieur de la première vertèbre sacrée est de forme arrondie.
Le sacrum est vertical que ce soit pour la première vertèbre sacrée ou pour la deuxième vertèbre sacrée.
À l'intérieur de ce groupe, le pronostic n'est pas très favorable. L'ensemble des éléments est réuni pour que l'évolution naturelle se phase vers un stade de la classification de Meyerding ou une spondyloptôse.

Le traitement médical, comme celui que vous avez eu, comprend des antalgiques c'est-à-dire des antidouleurs éventuellement une immobilisation dans un corset en plâtre ou en résine en position de délordose c'est-à-dire quand on creuse les reins pour une durée d'environ six semaines. L'objectif de ce traitement est d'obtenir la consolidation osseuse de la lyse isthmique c'est-à-dire de la destruction de l'isthme vertébral.
En présence de spondylolisthésis vrai,le traitement médical est toujours proposé en première intention. Grosso modo les principes du traitement sont identiques à ceux de la lombalgie de tout un chacun.
Ensuite on propose au patient des infiltrations que l'on appelle épidurale ou foraminale comme ce que l'on vous propose, quand il y a des irradiations radiculaires c'est-à-dire des douleurs qui proviennent de l'irritation de la racine dont vous parlez. Les infiltration des articulaires postérieurs ou de la lyse se fait sous contrôle radiologique.
La rééducation doit être débutée toujours loin d'un épisode douloureux. Cette éducation est variable selon les spécialistes en rhumatologie et en orthopédie. Il s'agit soit d'une rééducation en cyphose avec des exercices qui proposent une accentuation de la lordose soit des assouplissements des chaînes sous pelviennes antérieures et postérieures (votre kinésithérapeute sait de quoi il s'agit). Il est également proposé parfois au patient une réadaptation neuro-musculaire et proprioceptive ici aussi votre kinésithérapeute sait de quoi il s'agit. Enfin parfois il faut effectuer ce qu'on appelle une prophylaxie vertébrale et un verrouillage lombaire qui complète les exercices de rééducation. Le port d'une ceinture de contention lombaire et quelquefois proposée à fin de diminuer la douleur et afin d'alléger les contraintes qui sont provoquées par certaines positions et par certains efforts qui sont engendrés par certaines activités sportives.
Le traitement chirurgical n'est indiqué que dans de rares cas. Le traitement chirurgical vous sera proposé si le douleur persiste ou s'aggrave bien sûre au niveau de lombaire. D'autre part il vous sera également proposé en cas d'existence de douleurs radiculaires invalidantes c'est-à-dire de douleurs qui maladie dans les jambes ou dans l'abdomen et éventuellement si vous souffrez d'un déficit neurologique c'est-à-dire d'une atteinte du système nerveux périphérique.
Nous n'entrerons pas dans les techniques de fusion ni dans les techniques de discectomie c'est-à-dire d'intervention sur le disque soit complète ainsi que la place d'une greffe ou d'une cage iintercorporéale qui permet de corriger le glissement et de reconstituer la hauteur du disque. Il existe un grand nombre de techniques chirurgicales. Ceci peut éventuellement faire l'objet d'une autre question.

Comme vous pouvez le comprendre, pour répondre à votre question est donc nécessaire de connaître le type de spondylolisthésis, d'où la longueur de la réponse.

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris

Portrait de FANY
J'aime 0

Bonsoir Docteur Martzolff
Pour répondre a votre question, mon spondylosisthésis, on ne sais pas trop comment j'ai eu ce glissement qui touche le sac dural.
Je crois peut être que cela vient d'un chutte de cheval, il y a deux ans et demi.
En effet, après cette chutte, je suis tombée sur le bas du dos et fesses, et après ce choc, je ne sentais plus mes jambes ni mes pieds . Cela a duré environ 10 minutes sans que je puisse bouger le bas du corps.
Après la sensibilité est revenue doucement, et je me suis mise a remarcher pour rentrer chez moi. Mais, la marche était évidemment pénible. Les jours ont passés, et je n'ai pas voulu consulter malgré que je souffrais encore de la région lombaire et du bas du dos (vers les fesses). J'ai trainé ce mal pendant plusieurs mois, en vivant avec. Quelques temps après, ayant de douleurs plus vives que dans la fesse et cuisse gauche je suis aller consulter . Le docteur m'a dit que je faisais surement une tendinite du fessier. Il m'a fait deux infiltrations de cortisone (banale, par rapport a ce que je viens d'avoir). Et depuis, je suis allée voir différents médecins pour trouver une solution a ces douleurs qui se sont réellemnt réveillées assez diffuses en mars 2007 jusqu'a maintenant. Est ce la chutte qui pourrait expliquer ce glissement ? Je ne sais pas. Le problème est qu'il vient au contact de la moelle apparemment. C'est sans doute cela qui me fait mal.
Je n'ai pas de spondylosislésis congénital, par contre ma fille 20 ans a depuis qu'elle est née et depuis que l'on s'en ai rendu compte un spondylosisthésis de grade II et aussi en L4L 5 avec rupture des isthmes. Elle a été suivie à Necker pour voir l'évolution. (ca c'est encore autre chose).
Pour en revenir a moi, il n'y a pas de cas similaire dans ma famille et je ne suis pas née avec mon glissement. J'ai la chance d'avoir moi mes lyses isthmiques.
Mais je ne puis affirmer que c'est cette chutte de cheval qui en effet pourtant correspond a peu près aux dates de début de mes douleurs. Tout a commencer par des sortes de jambes sans repos (et bras sans repos . Le médecin m'a donné du Trivastal 50, car c'est le seul médicament apaisait ces crises.
Voila mon histoire.
Donc ma réponse peut être la chutte de cheval ?
Mais que faire ?, si le mal s'empire, ce sera l'opération apparemment. Je suis déjà a 400 mg de Lyrica et 3 ixprim et 2 trivastal. Je sais qu'on ne peux pas dépasser 600 mg de lyrica. Alors après !!

J'ai bien compris Docteur comment le mal peut évoluer,r vous me l'avez expliqué clairement et je vous remercie. Mais ce que je voudrais savoir , c'est ce que l'on ne peut pas me dire, car on ne le sait pas, "est 'il possible que je ne ressente plus jamais ces douleurs ??"

Portrait de FANY
J'aime 0

Bonjour,

Mes deux infiltrations m'ont fait beaucoup de bien, un peu de répis. Mais est -ce le syndrome de la queue de cheval ?, compte-tenu du rétrécissement du canal du canal lombaire ? il y avait bien compréssion des nerfs a la L 5. Merci de répondre a ma question

Portrait de FANY
J'aime 0

Je reviens après un temps de pose, le temps que mes infiltrations m'aient aidés. Mais le mal revient progressivement, surtout concernant la jambe gauche et le bas du dos (lombaires). Mais pas aussi intenses qu'avant mes infiltrations. De peur que cela s'intensifie, je suis retournée voir mon rhumatologue qui préconise une hospitalisation pour 2 autres infiltrations foraminales a gauche a un jour d'intervalle.
Je suis dans l'attente de la convocation. Entre temps, le rhumato vu que j'allais mieux, même très bien, que je ne ressentais plus de mal pendant 2 mois, m'a fait diminuer le lyrica et arrêter l'ixprim. Je suis a 150mg de lyrica aujourd'ui et si besoin : 6cp/j de di-antalvic. Le rhumato ne veux pas que je baisse d'avantage les doses et me maintient a ce dosage,, car les douleurs réapparaissent en attendant l'hospitalisation.
La question que je pose :
Pour les 1eres infiltrations, on m'a injecté dabord un anesthésiant dans la seringue et après la cortisone, mais comme je ne vais pas dans le même hopital, j'ai peur que l'on ne m'injecte pas d'anesthésiant avant de piquer profondemment pour la cortisone,est ce possible ? car cest dans ce même dernier hopital j'avais fait la saccoradiculographie, on m'avait dit il y aura un anesthésiant et il ne m'en ont pas mis.
Merci de vos réponses.

Participez au sujet "Avis Medical Svp"