Portrait de patsy

Bonjour,
J'aimerais connaître la différence qu'il y a entre le séropram et le séroplex.
Cela fait 10 ans que je prends un anti-dépresseur à cause d'attaques de panique. Y a-t-il un risque pour la santé que d'en prendre à long terme? Merci

Portrait de albert boueno
J'aime 0

Bien entendu les psychotropes ne sont jamais une bonne chose pour l 'organisme et surtout il s'agit d'une béquille dont il faut savoir se passer (faiblesse de caratère).

Portrait de patsy
J'aime 0

Bonjour,
Je sais que pour certaines personnes il s'agit d'une "béquille". J'en ai parlé au généraliste ainsi qu'au psy, mais d'après eux, je suis comme une diabétique qui aurait besoin de sa dose d'insuline chaque jour.
J'ai un problème de connexion avec les neuro-médiateurs, et il n'y a rien a faire d'autre que de prendre ce genre de médicament à très faible dose (un demi comprimé de 10mg par jour.

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour Patsy,

Premièrement, on ne peut comparé 1 personne à 1 autre sur le point de vue médical. Ce qui est bon pour un ne veut pas dire qu'il le soit pour quelqu'un d'autre.
Par contre lorsqu'un médecin prescrit des anti-dépresseurs sur une période aussi longue, c'est qu'il a ses raisons. Ce qui je crois est ton cas. Et je ne suis pas d'accord dans le fait de dire que pour toi cela représente une béquille!!!!
Et encore moins d'accord sur le fait de dire qu'ils sont prescrits parce que une personne présente une faiblesse de caractèrece !!!!
Si c'était le cas, la moitié de la planète en prendrait ou en aurait besoin !!!

Le fait d'en venir à prendre de tel médicaments est relié a beaucoup de facteurs et le plus important de tous est de vivre dans un monde où tout va tellement vite sur tous les plans que l'on s'y perd.

Au contraire de ce que certains peuvent penser, je trouve que ça demande beaucoup de courage et de volonté pour s'avouer et surtout se faire accepter des autres sans préjugés et tabous en admettant, que oui, je vois un psy, que oui je prends des anti-dépresseurs et que non je ne me sens pas gêné de le dire et encore moins d'y avoir recours à nouveau si j'en ai besoin.

Et qu'on se le dise une bonne fois pour toute, on ne se lève pas un matin, en se disant : bon aujourd'hui, je pense que je vais aller me chercher quelques anti-dépresseurs, ça me tente et ça ferait changement, il me semble que je m'ennuie et que j'ai rien d'autre à faire. De plus, ça donnerais du goût à mon croissant !!!!!
Pourquoi pas un café avec ça et tiens pour finir un peu de tartinade aux fruits !!!!!! La réalité est toute autre..........

Un bon conseil, Patsy, pourquoi changé une formule gagnante. Car ton médecin a parfaitement raison, tu fais partie de ceux qui en ont besoin à long terme parce que ton système à réellement un problème. Et il t'as parfaitement expliqué le pourquoi et le comment de cette décision. Tu dois lui faire confiance. Et comme, tu le mentionnes, il est à très faible dose, donc tu ne dois pas avoir d'effet secondaires incommodants.

Je te fais la bise et à bientôt !!!!!
amicalement
jory-lou

ps/ je tiens à préciser que c'est mon opinion personnel et que chacun est libre d'y apporté la leur. Qualité première de ce forum !!!!! Bravo

Et de plus, en passant, je sais de quoi. je parles !!!!
J'en ai déjà pris, ai cessé et je suis encore en plein dedans !!!!

Portrait de patsy
J'aime 0

Bonjour Jory-Lou,

Tu es drôlement sympa. Je te remercie de tout coeur.
J'ai essayé d'arrêter avec l'accord du toubib, mais rien n'y fait. Il suffit même d'être en route pour les vacances et qu'il fasse trop chaud pour qu'une crise se déclenche et chouette, me voici chez le médecin avec du lysanxia 10 en prime. C'est vraiment inconfortable comme situation. Heureusement que je commence à connaître les symptômes et à me prendre en charge très vite sinon c'est la galère.
Mais bon, on ne se refait pas et ma vie est géniale.
Ce n'est qu'un petit, tout petit problème.
Alors, je te fais une super grosse bizzzzzzzzzzzzzzz
Amicalement
Patsy

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Bonjour Patsy,

Tu n'as pas à me remercier car si j'ai pu t'aider et t'éclairé un peu et bien tant mieux. Je comprends ce que tu as dû vivre et que tu vivras encore si tu arrêtais tout. Comme je l'ai dit précédemment, ce n'est pas un caprice mais le fait qu'on a droit nous aussi à se sentir bien sans être jugé constamment !!!!
Je te trouve bonne de parvenir à contrôler certaines crises, ce qui n'est pas facile du tout. Quand j'ai lu ton témoignage, je me suis vu à travers tes propos car comme tu le dis si bien : c'est la galère !!!!! et toi comme moi, ont n'exagère pas en le disant ainsi. Puisque c'est la réalité.
Continue à être comme tu es et ne change surtout pas pour les autres. L'important dans la vie c'est de se sentir bien et tu y as droit. Après tout, une vie on en à qu'une justement et pourquoi pas la choisir dans le but de notre bien être !!!!!
Je te fais aussi, un super groooooooooooooooos bisous
Amicalement
jory-lou

ps/ merci pour le compliment, je te le renvoie ( tu dois être super sympa..)

Portrait de patsy
J'aime 0

Bonjour Jory-Lou,

Désolée de répondre aussi tard, mais j'ai dû partir à Bruxelles voir mes parents, mon père s'est fait hospitaliser, et comme je pars en vacances dans le sud dans 10 jours, il fallait que j'y aille.
Eh oui, la vie n'est pas toujours facile, et vu mon âge "canonique" (eh, eh), il faut la prendre comme elle vient.
Je vois que malheureusement tu passes par-là aussi, et ce n'est pas facile. Même mon mari refuse que j'arrête ce produit car il voit bien que lorsque je suis en crise de panique, je perds tous mes moyens. Je me balance, je tremble, j'ai du mal à respirer. Et lui est là, à mes côtés sans rien pouvoir faire et cela le désole. Alors pour lui et les enfants, et surtout pour moi, je continue à prendre la moitié de mon comprimé.
Je voulais seulement savoir si à force d'en ingurgiter, je n'allais pas détruire autre chose, un autre organe.
Grosse bizzzzzzzzzzzzzzzz
Amicalement
Patsy

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Coucou Patsy,

Soit sans crainte, il n'y a aucun risque que cela affecte tes autres organes. Au contraire, tu te sens bien donc ton corps va mieux et le reste vient avec !!!!
J'espère que pour ton père ce n'est pas trop grave, je lui fais la bise !!!!
De plus, dis-toi que tu as aussi l'appui de ton mari et ta famille, ce qui n'est pas toujours le cas, car beaucoup de conjoint ou entourage immédiat ne comprennent pas toujours que pour certaine personne, il est essentiel de prendre ces médicaments. Reste comme tu es et profite de la vie au max, elle passe tellement vite.
Je suis chanceuse moi aussi d'avoir le soutien de mon conjoint et de ma famille, c'est ce qui est le plus important et si ça ne fait pas l'affaire pour certain et bien qu'ils aillent voir ailleur !!!!!

Je te souhaites de bonnes vacances et à bientôt !!!
gros, grooooooooooos bisous à toute ta famille !!
amicalement
jory-lou

Portrait de patsy
J'aime 0

Hello Jory-Lou,
Drôle de prénom quand même (ah, ah).
Merci pour mon père, il est entré pour une intervention cardiaque (pose d'un pacemaker) lundi, mais il doit faire d'autres examens et les médecins ne sont pas d'accord entre eux pour savoir si ils vont faire l'opération ou si il continue seulement avec des médicaments.
La suite, la semaine prochaine.
Je vois que tu es bien entourée, cela fait chaud au coeur. Nous avons vraiment beaucoup de chance d'avoir des conjoints qui nous aiment assez pour supporter nos "caprices"(bof, n'importe quoi), puisque nous sommes les meilleures femmes du monde!
grosse bizzzzzzzzzzzzzzzzz à tous et même la famille
Patsy

Portrait de jory-lou06
J'aime 0

Hello Patsy,

tu as raison de dire que nous sommes chanceuses d'avoir des conjoints compréhensifs. Ça ne guérit pas tout mais ça aide énormément.
Je te souhaites bonne chance pour ton père et que tout aille pour le mieux !!!!
Tu as entièrement raison, de dire que nous sommes les meilleures femmes du monde :):)
grosse bizzzzzzzzzzzzzzzzzzz`à toi et toute ta famille
jory

Participez au sujet "anti-dépresseurs"

Articles à lire concernant "anti-dépresseurs"

  • Technique consistant faire passer un courant alternatif entre deux électrodes placées de part et d’autre du crâne, de façon à provoquer une convulsion due à la stimulation des centres à l’origine de crises d’épilepsie chez un patient. L’intensité électrique est de 300 milliampères sous 60 à 90 V. Ce courant est appliqué pendant 1 ou 2 dixièmes de seconde chez un patient ayant subi une anesthésie et un traitement par curare. Le curare est un médicament d’origine le plus souvent végétale, qui bloque de façon temporaire la transmission entre le neurone et le muscle, ce qui aboutit à une paralysie généralisée. C’est en 1936 que deux Italiens Cerletti et Bini ont mis au point cette technique qui s’est révélée être le premier traitement psychiatrique efficace dans la dépression nerveuse. Par la suite, il a été jugé par certains comme trop brutal et a été progressivement remplacé par des médicaments antidépresseurs. Le principe consiste à faire « décharger » plusieurs neurones en même temps, grâce à l’utilisation d’une stimulation électrique entraînant des convulsions que l’on peut rapprocher d’une crise d’épilepsie. Les secousses musculaires, qui devraient être douloureuses, sont atténuées grâce à l’utilisation du curare, médicament agissant sur les muscles. Le patient se réveille dans les 3 ou 4 minutes et il demeure confus pendant environ une demi-heure. Environ 2 % seulement des patients hospitalisés pour une dépression sévère bénéficient de cette thérapeutique. Ce sont essentiellement les patients résistant au traitement médicamenteux, ceux qui présentent un délire ou une hyper anxiété. Des résultats positifs sont obtenus chez environ 90 % des patients après environ 6 à 12 séances à raison de deux à trois séances par semaine. Par la suite, il est possible de proposer au patient un traitement d’entretien à intervalle régulier. Les contre-indications sont exceptionnelles, c’est essentiellement l’hypertension intracrânienne (augmentation de la tension à l’intérieur du crâne).
  • La maladie d'Alzheimer est une atteinte chronique, d'évolution progressive, d'une partie du cerveau, caractérisée par une altération intellectuelle irréversible aboutissant à un état démentiel. La dégénérescence nerveuse inéluctable, due à la diminution du nombre de neurones avec atrophie du cerveau et présence de "plaques séniles", caractérise biologiquement cette maladie. La définition du diagnostic, selon le DSM4 (classification de psychiatrie nord-américaine), est la suivante :
    • Existence d'un déficit cognitif multiple avec altération de la mémoire
    • Troubles du langage (aphasie)
    • Troubles de l'utilisation des gestes dans la vie quotidienne
    • Troubles de la reconnaissance
    • Perturbations d'organisation de la vie courante et des projets
    • Absence d'affections du système nerveux susceptible d'avoir une présentation ressemblant à des anomalies comparables à la maladie d'Alzheimer (particulièrement une atteinte cérébrale d'origine vasculaire et un traumatisme entraînant des hématomes intracrâniens)
    • Absence d'une maladie susceptible d'entraîner une démence telle qu'une baisse de la quantité des hormones thyroïdiennes dans le sang, ou une autre pathologie neurologique du sang etc.)
    • Présence d'une perturbation progressive associant un déclin cognitif continu
    • Présence d'une perturbation professionnelle et sociale
    Classiquement, les médicaments utilisés dans la maladie d'Alzheimer sont les anticholinestérasiques qui stabilisent normalement cette pathologie plus ou moins rapidement. Les produits utilisés sont (par ordre d'apparition):
    • La Tacrine (Cognex)
    • Le Donépézil (Aricept)
    • La Rivastigmine (Exelon)
    • La Galantamine (Reminyl)
    • La Mémantine (Ebixa)
    Le traitement médicamenteux, quand il existe un syndrome dépressif, doit comporter des antidépresseurs de nature sérotoninergique et non pas tricyclique, car ceux-ci présentent une action anticholinergique (contre l'acétylcholine). Les antipsychotiques sont réservés quand le patient à des hallucinations, un délire de persécution ou d'autres pathologies psychiatriques graves. S'il existe des troubles du sommeil, les benzodiazépines sont prescrites, mais seulement celles ayant une demie vie courte. Les médicaments sont pris avec l'assistance d'un aidant (personne qui aide le patient atteint de maladie d'Alzheimer), le passage régulier d'une infirmière étant incontournable.