Portrait de cecile79

bonjour à tous et à toutes,
voila, depuis 1 mois, je n'arrive plus à manger, et mon poids est devenu une véritable obsession, je me pèse constamment. Forcément, mon poids chute, mais ce n'est jamais assez pour moi. Je ne comprends pas pourquoi je me suis fixé sur mon poids...
Il y a 10 ans, j'ai souffert d'anorexie mentale, et j'en suis sortie il y a à paine 2 ans, grâce à ma grossesse, qui m'a guérit. Du moins, je le croyais. J'ai très peur d'aller voir un médecin, peur de se que l'on va me dire, et surtout encore plus peur d'avoir à nouveau ce fameux verdict d'anorexique mentale...
Pourtant, tout va bien, j'ai un adorable petit garçon de 1 an, un mari aimant, pas de gros pb en particulier. J'ai tjs été une gde anxieuse, et je faid très régulièrement des crises d'angoisse, mais je sais que ça ne changera pas...
J'ai vraiment peur de ce qu'on pourrait me dire, mais mon entourage fait pression sur moi pour que j'aille consulter mon médecin traitant. J'ai perdu 4 kg en 3 semaines, et je pese actuellement 43kg pour 1,66m.
Qu'en pensez-vous, j'ai besoin d'aide pour y voir plus clair, et mon entourage ne m'aide pas, ce genre de maladie fait peur autour de nous....
Je suis fatiguée, je n'arrive plus à m'occuper de mon fils correctement, j'ai des malaises régulièrement, mais la seule pensée de manger me donne des nausées......

Portrait de isavll
J'aime 0

cecile
n'attendez pas pour aller voir un medecin. Justement parce que vous avez un mari et un enfant. Plus tôt le problème sera pris en main plus tôt vous pourrez vous en sortir. si c'est de l'anorexie mentale il ne faut pas attendre et si c'est autre chose non plus d'ailleurs. Il me semble que cette perte de poids est de nature a être prise en considération.Je comprends votre peur et vos inquiétudes mais éviter la demarche d'aller voir un médecin me semble un mauvais calcul. Ce genre de problème peut arriver dans toutes les familles et le courage de vous prendre en main est en tout point remarquable. Personne n'a le droit de dire quoique ce soit. C'est vous qui souffrez en premier...
prenez votre courage à deux mains et allez voir un medecin
de tout coeur avec vous
isabelle

Portrait de cecile79
J'aime 0

merci beaucoup isabelle de votre message, et apres l'avoir relu plusieurs fois, je sais que vous avez raison.
je me donne encore un epu de temps pour me forcer a y aller, j'espere trouver ce fameux courage...
merci encore, ça fait du bien d'avoir un avis extérieur a tous les autres.
je vous tiendrait au courant.
cécile.

Portrait de un p'tit lapine
J'aime 0

Je voudrais juste rajouter quelque chose : surtout ne culpabilisez pas. Allez consulter un médecin sans repousser cette étape. Vous avez peur d'être atteinte d'une anorexie mentale à nouveau, et je pense que vous savez mieux que moi que plus l'on se bouge pour y faire face, moins cette maladie n'aura de chance de vous battre. Prenez votre courage à deux mains, allez consulter un médecin, et surtout sans culpabiliser. L'anorexie est une MALADIE, non une honte. Je vous souhaite plein de courage.

Portrait de cecile79
J'aime 0

merci à vous un p'tit lapine. Merci de ce courage que vous m'envoyez. Et vous dites quelque chose de juste: l'anorexie est une maladie et non une honte, mais dans la vie quotidienne, c'est l'inverse.
Hier soir, je n'ai pu trouver le sommeil qu'à 4h30, parce ke je me suis culpabilisée d'avoir mangé 1 cuillère d'épinard... J'attendais que mon corps enlève cette nourriture de moi, mais en vain, je n'ai pas été vomir! Et puis, cela fait 4 jours que je ne perds plus 1g... Et là, ça m'angoisse, mon poids se stabilise, donc je reste avec ce corps, moche, gros, gras, et le fait de ne pas manger n'y suffit plus...
J'essaye tjs de me dire qu'il faut que j'aille voir un médecin, mais non, ça me paralyse, je ne peux pas pour l'instant...

Portrait de un p'tit lapine
J'aime 0

Je sais qu'aller voir un médecin est une étape difficile, mais regardez : vous me dites que vous n'avez pas repris un gramme depuis 4 jours, j'en déduis donc que vous vous pesez tous les jours. De plus, vous n'avez mangé hier qu'une cuillère d'épinards et vous n'en avez pas dormi. La nourriture et le fait de manger ne doivent pas être un tel sujet d'angoisse. Pensez à ce que pourrait être votre vie si le fait de manger n'était pas un problème. Vous avez le droit d'avoir une vie normale et de refuser de souffrir. L'anorexie ne pourra être guérie que si vous décidez de guérir. Vous parlez d'un corps gros et gras mais vous pesez moins de 45 kg. Efforcez vous de vous regarder dans une glace et d'être réaliste : objectivement, votre corps est il gros ou bien avez vous un regard déformé par cette maladie qu'est l'anorexie? Si le fait d'aller voir un médecin est pour vous trop difficile, je vous conseille d'essayer de contourner tout d'abord cette étape, mais en essayant tout de même de régler votre problème : prenez rendez-vous chez une diététicienne, qui ne sera pas là pour vous parler d'anorexie, mais pour régler vos problèmes d'alimentation. Allez faire des prises de sang pour savoir de quoi votre corps est un manque. Le personnel médical n'est pas là pour vous juger, mais pour vous aider. La première étape dans la guérison de l'anorexie est la prise de conscience que c'est une maladie. N'ayez pas hont, je le répète, prenez votre courage a deux mains. .
Courage!

Portrait de cecile79
J'aime 0

merci encore une fois de votre message.
oui, je me pèse ts les jours, ça fait partie de l'ensemble de mes rituels... Comme vs le dites, je ne dois surement pas avoir un regard objectif sur moi-même, mais je ne peux me voir autrement, c'est juste comme ça! C'est complètement stupide, mais je jure que c'est vrai: c'est comme ça, et je sens que rien ne pourra me faire changer d'avis sur mon opinion de mon physique.
La proposition de voir une diététicienne est la même pour moi que d'aller voir un médecin. Le pb réside ds le fait d'aller voir quelqu'un, d'avouer à demi mot qu'on a un soucis avec son poids, et c'est ça que je veux éviter à tout prix... Sur internet, c'est tellement plus facile, on parle comme à un journal intime, ça reste anonyme, et on a pas de regard physique en retour de ce que l'on dit...
La honte, je pense que vous me comprenez, colle à la peau, les "maladies psychologiques" sont des sujets tabou, et qui impressionnent parce qu'on n'y comprend rien. Moi-même je ne comprend rien, je sais que je refuse de m'alimenter, et que je veux perdre du poids, mais pourquoi.... et les séances de psy que j'ai faites dans le passé ne m'ont jamais aidé réellement. Je sais que j'ai un problème avec ma mère depuis que je suis née, tous les psy me l'ont dit, mais je ne vois pas comment résoudre un problème dont je ne suis même pas consciente.... C'est limite science fiction: combattre son inconscient... C'est déroutant et décourageant.
Je sais que je choisis la solution de facilité en restant chez moi et en baissant les bras, mais c'est ds cette situation où je me sens la plus à l'aise(enfin, si je peux dire ça comme ça....). Je ne veux pas manger, et bien je ne mange pas, comme ça, pas de nausées, pas de vomissements, pas de crises d'angoisse...
Je me rends compte que j'ai des idées très contradictoires: si je me complets ds la situation actuelle, alors pourquoi je recherche de l'aide sur ce forum???

Portrait de aline
J'aime 0

bonjour celine79,

il y a quelque temps j'ai laisser un message ou j'esperais trouver des reponses face a cette maladie qui me rongeais, finalement je suis entrée a l'hopital peu de temps apres ou j'ai pu enfin trouver un poid stable ( enfin presque ) je suis passé de 32 kg pour un mertre soixante huit a 44,800 pour cette meme taille.

Il faut absolument que vous fassiez les demarche pour vous sortir de votre maladie car apparament elle n'a pas été réglée durant les premiers temps ou on l'a découverte,

Je pense que votre poids est deja faible, il faut absolument que vous vous preniez en main pour vous sortir de la car vous savez aussi bien que moi que quand retombe dans cet engrenage ( et on s'en appercois tres vite, calcul des calories, pesée trois a quatre fois apr jours, ne rien garder apres avoir manger et tt ce qui s'en suit,) on en sort difficilement, vous avez la " chance " d'avoir déja été diagnositiquée donc je pense que votre médecin en sera d'avantage apte a vous guider rapidement et ainsi ne pas laisser a nouveau la maladie revenir.

Je vous souhaite donc courage et force face a cette éprueve

Aline

ps: n'hésitez pas si ou avez des questions quelquonques ....

Portrait de cecile79
J'aime 0

bonjour Aline,
merci de votre témoignage, et je suis très contente que vous ayez réussi à stabiliser votre poids (même si ça reste un combat de tous les jours).
Comme je l'ai déjà écrit, j'ai peur d'aller voir un médecin, à cause, entre autres, d'avoir ce diagnostic d'anorexique. Et même si je me suis déjà fait hospitalisée par le passé pour cette maladie, je me refuse à 200% d'y refaire un séjour, même de courte durée. J'ai un fils qui vient d'avoir un an, et c'est hors de question que je sois séparée de lui; je m'en occupe depuis sa naissance, et je ne peux concevoir une journée sans lui... Donc l'hospitalisation est exclue.
Je crois que j'entamerais des démarches auprès du corps médical lorsque je commencerais à avoir trop de signes de faiblesse, sinon, je sais que je ne ferais rien, et que je préfère rester comme ça.
Merci encore. Puis je savoir quel âge vous avez, et combien de tps vous êtes resté anorexique?

Portrait de aline
J'aime 0

Bonjour cécile79,

Alors j'ai 19 ans et j'ai été repérée par la CPE de mon college lorsuqe j'étais en 5° donc je devais avoir entre 11 et 12 ans. En gros je suis malade depuis 7 ou 8 ans !!! Et je sais qu'apres 10 nas de maladie le risuqe de décès augmente fortement !!!

D'autant que vous savez comme moi que il y a des rechutes !!!

Quant a vous si vous prenez conscience que si vous allez voir un médecin qui vous dira son diagnostique et qui vous traitera a temps, vous éviterez par là l'hospitalisation qui s'avere nécessaire lorsque le poids est trop faible !!!

C'est donc a vous de voir :

- ou vous accepter le fais de rechuter et d'être ANOREXIQUE ( si ce n'est pas un pb de refus alimentaire )
- ou vous niez tt en bloc, perdez 15 kilos et retour case hopital séparée de votre fils !!!

LA dessus je ne peux que vous encourager a choisir ce qui sera le mieux pour vous et votre enfant ! c'est a dire la premiere solution, mais cependant la decision vous reviens, j'espere que vous ferais la bonne !!!

En plus de cela vu la facon dont vous le presenter je pense qu'au fond de votre tete vous savez pertinement qu'ayant deja eu des pb d'anorexie par le passé vous y etes d'avantage exposée et que le diagnostique du medecin sera certainement le même qu'il y a quelque temps...

Bonne soirée et a bientot

Aline

Portrait de cecile79
J'aime 0

bonsoir Aline,

vous me dites qu'un médecin pourrait me traiter "efficacement" afin d'éviter l'hospitalisation. De quels genres de traitrements parlez vous?
Moi, le seul traitement auquel j'ai eu droit, à part l'hospitalisation, ça a été les médicaments,et j'ai eu un super cocktail pdt plus de 6 ans: anxiolitique, antidépresseur, neuroleptique et somnifère. Et tous à de grosses doses, que je devais renouveler tous les mois car leur prescription ne permettait pas une délivrance en pharmacie supérieure à 4 semaines! J'ai galéré pour me sevrer de toute cette drogue pendant mon début de grossesse, et je ne veux pas replonger dedans. Alors comment un médecin est censé m'aider , sans me droguer à 100%, et sans m'hospitaliser? Je crois que je n'y crois plus aux solutions, parce qu'il n'y en a surement pas? Je suis resté 2 ans sans me prendre la tete sur ce que je mangeais, et voilà que là je me demande si je replonge dedans. Je crois qu'il faut que j'apprendre à gérer cette état ( je n'ose pas dire "maladie").

Ou alors je réagis comme ça parce que je me sens plutot bien, je ressens aucun mal etre particulier ou en plus que d'habitude... Je mange un peu, je le revomis, ou je prends des laxatifs, et voila, tout se passe pour le mieux... Je commence à moins me poser de questions, et à me dire que c'est rien, que ça passera, que je me suis surement trompé, que je n'ai pas replongé dans cet enfer , que ça ne peut etre que passager. Non, j'en suis meme persuadé, et finalement oui je me sens bien comme ça...

J'ai pris ma décision au fond de moi-même depuis longtemps, je n'ai pas la force d'affronter en face le fait d'etre une obsédée de son poids, et de ce fait de ne plus vouloir garder de la nourriture ds mon corps.

Bonne soirée Aline.

Portrait de aline
J'aime 0

Bonsoir cécile,

Si vous avez pris votre décision ce que je vias dire ne sera d'aucun utilité, mais bon vu que l'espoir fais vivre je vais quand même le faire ,

Vous pouvez allez voir un psy pour commencer , pour faire un travail sur vous même ( je sais c'est pas facile a faire et bien plus facile a dire !!! j'en suis la preuve même ) , un psychologue ne peux pas prescrire de médicament ( ça c'est le role de psychiatre ). C' ESt une autre solution pour soigner l'anorexie, car imaginez vous bien que toutes les anorexiques ne sont pas hospitalisées et sous antidepresseurs !!! il existe d'autre solutions a condition que vous vous donniez les moyens de les atteindre, c'est a dire de faire le premier pas ...

maintenant quand vous dites vous plaire dans votre maladie, je ne vous crois pas et vous ne vous croyez pas non plus sinon pourquoi ce message sur le forum ??? Personnellement je pense que vous vous chercher et vous savez autant que moi que ce n'est pas le genre de maladie qui " passe " !!! Quand je disais qu'au bout de 10 ans de maladie bon nombre d'anorexique meurent, je sais de quoi je parle, d'autre part même sans avoir galeré 10 ans il suffit d'avoir un IMC a 12 pour etre en dangé de mort constament !!! reflechissez bien !!! voulez vous vraiment continuer a perdre du poids et a predre la vie ,parce que croyez moi c'est cela que vous perdrez si vous continuez !!! OU alors voulez vous faire un effort , OUVRIR les yeux et continuer a vivre apres cela, vivre avec votre enfant même si pour depasser la maladie c'est dur !!!

Je ne peux que vous laisser le choix quant a ce que vous jugerais bon de faire,

- - - - faites le bon choix - - - -

Aline

( ps : pour l'exemple avant de " stabiliser" mon poids a environ 40 kg, j'ai rechuté bien comme il faut et plusieurs fois, ce qui m'a valu une hospitalisation plus longue )

Portrait de Grain de Sel
J'aime 0

Chère Cécile,
Dans vos écrits, il apparait clairement votre peur du "verdict" (selon vos termes) d'anorexie mentale et des conséquences de cette maladie...
Le "verdict" renvoie à la notion de sentence ou de jugement. Je pense que vous craignez par dessus tout que LES AUTRES vous jugent, et qu'en plus ils vous jugent malade. Car quelque part, vous même vous ne considérez pas être malade, ou vous n'acceptez d'être malade (vous empruntez le terme "état").
Ceci est plus que compréhensible : vous ne vous autorisez pas le droit d'être malade, car il s'agit d'une maladie sans cause organique (comme une grippe par exemple), alors vous culpabilisez d'être dans cet état de faiblesse physique et de mal-être que vous vous êtes infligé dans un sens, qui vous est dû! Vous estimez en outre n'avoir aucun problème avec votre mari et enfant. Ce qui renforce les sentiments d'incompréhension,d'angoisse, de culpabilité, et de honte!
On ressent énormément la culpabilité en vous lisant.
Culpabilité encore une fois que vous épouvez lorsque vous prenez plaisir à maigrir, à contrôler votre poids, votre faim...Tout serait parfait s'il n'y avait pas cette fichue fatigue, n'est ce pas?! Mais le corps parle, il crie les souffrances de l'âme, celles qu'on veut cacher parce qu'elles nous gènent! Alors votre corps maigrit, s'affaiblit, l'aménorrhée surgit (arrêt des règles) dans la plupart des cas!
Cherchez bien les réelles causes de votre MALADIE (parce que oui s'en est une!!). Qui dit inconscient ne veut pas dire inexistant, vous pouvez trouvez ces causes si vous le souhaitez!
L'anorexie mentale est très souvent liée à un défaut dans la relation parent-enfant, particulièrement mère-enfant. Il se peut que la relation mère-enfant ait été trop fusionnelle, ou au contraire pas assez, ou bien que la "rupture" du lien fusionnel ait été trop brutal...
Les personnes atteintes d'anorexie ont souvent la crainte (inconsciente) d'abandon, elles développent alors la maladie pour attirer l'attention des parents, ou pour se venger d'eux (s'il y a eu un manque affectif) ou pour se punir tout simplement de n'avoir pas été à la hauteur en cherchant à se donner la mort!
Toutes ces explications sont bien générales, je ne vous connais pas, mais rien n'est impossible, vous devez tout envisager!
Le fait que vous craignez d'être séparé de votre bébé pour d'éventuels soins et aussi intrigant! Je comprends que cela soit désagréable, mais pourquoi est ce si difficile, n'avez vous pas peur au fond de l'abandonner, d'etre séparé de lui comme vous auriez pu l'être auparavant avec un de vos parents?? (ceci est une simple supposition infondée!!)
Le mieux est que vous preniez contact avec un psychologue, il ne vous prescrira pas de médicaments, il pourra vous aider à sortir les choses sombres en vous pour les éclaircir et les comprendre. Il peut défaire cet "espèce de noeud intérieur" qu'on a tous de manière différente en nous! Il n'est pas là pour vous juger!
Il existe des lieux où vous pouvez consulter un py gratuitement...renseignez vous!
A mon avis la première chose à faire est de comprendre pour vous autouriser la maladie, et mieux la guérir!
Après, c'est vrai qu'il serait bien de voir aussi un autre médecin pour surveiller la perte de poids et ses conséquences...si vous vous en sentez le courage!
ET DITES VOUS BIEN que vous N'ÊTES PAS grosse, et qu'il est VITAL de se nourrir! Je sais que vous devez sûrement vous voir grosse, mais sachez que l'anorexie foctionne avec la dysmorphophobie, qui est un dysfonctionnement de la perception - vous n'êtes plus capable de vous percevoir telle que vous êtes réellement - c'est un peu comme si vos yeux déformaient la réalité, comme si vous aviez un miroir déformant à la place des yeux!
Je vous souhaite beaucoup de courage! N'attendez pas pour agir, OSEZ!
Donnez nous des nouvelles, on pense à vous!
Sincèrement
Le petie grain de sel!

Portrait de cecile79
J'aime 0

Chère grain de sel,

Merci bcq de ce message, il y a du vrai dans tous ce que vous dites, en particulier ce sentiment de culpabilité parce que c'est le "mental" qui agit sur le physique et non l'inverse!!!
Oui, j'ai eu et j'ai toujours de gros pb relationnel avec ma mère, oui je n'arrive pas à me dire que je peux laisser mon fils plus de 2H, et oui tout irait pour le mieux si je ne me sentais pas aussi fatiguée et essouflée...
Je ne sais pas si vous-même avez vécu une expérience similaire, ou quelqu'un de très proche dans votre entourage, mais ce que je peux vous dire, et ce très sincèrement, c'est que:
vous savez de quoi vous parlez, et vous employez des mots justes, francs, et non-vexants. Votre message m'a permis de me dire: quelqu'un comprend, c'est tout a fait ça! Votre message m'a presque apaisé dans le sens où je me suis vraiment retrouvée, et je n'ai sentie ni jugement, ni avis, ni conseil trop virulent, ni dictature dans ce que je suis et ce que je "devrais" faire.
Alors, encore une fois, et très sincèrement, MERCI à vous Grain de sel.

J'ai reperdu 1 petit kilo, mais mon corps a du mal à continuer à perdre du poids, et ça m'angoisse qu'il se stabilise. Sinon, je me sens "bien", mais je n'ai toujours pas la force d'affronter le corps médical, le regard me terrifie toujours autant. Je me concentre sur mon fils, et les journées passent, et on verra si j'arrive à avoir un déclic qui me fasse changer d'avis sur les consultations médicales...
Mais, tout va bien, peut etre meme mieux depuis la lecture de votre message, merci encore....

A bientôt.

Portrait de sandrine lafitte
J'aime 0

Bonsoir,
pourquoi petit kilo, un kilo est un kilo pas petit ou gros, je crois effectivement que tu es anorexique.
je suis anorexique et boulimique depuis 20 ans j'en ai 30. je pense que cette maladie est très comparable à l'acolisme, nous sommes dépend obsédée à vie et moi même si cela va mieux je ne crois pas qu'un jour je serai guérie, la maladie sera moins présente mais toujours là et je devrais être attentive à la nourriture et à mon poids à vie sans tomber dans l'obsession.
bon courage
sandrine

Portrait de Grain de Sel
J'aime 0

Bonsoir chère Cécile!

Vous ne pouvez pas savoir la joie que m'a apporté votre réponse: de savoir que j'avais pu vous être utile comme ça, ça m'a rempli le coeur d'une immense chaleur! Car si j'ai commencé à vous écrire c'est bien dans le but de vous apporter compréhension, soutien, réconfort, aide...

Je sais combien certains messages moralisateurs sont durs pour vous, car vous savez tout ce qu'on vous dit! Vous savez comment vous devriez agir! Puisque c'est sans arrêt le "combat" qui se passe dans votre mental entre votre corps, vos croyances, et votre raison! Vous êtes tout à fait consciente qu'il est normal de manger et que vous ne devriez pas avoir ce comportement avec la nourriture, mais c'est PLUS FORT QUE VOUS! Vous voulez maigrir ou du moins ne plus grossir, car vous vous trouvez grosse, et êtes souvent incapable de voir qu'en réalité vous êtes plutôt maigre...

C'est tout ce conflit qui vous fatigue, entre vous qui voudriez maigrir, d'un autre côté votre raison qui vous rappelle à l'ordre et votre corps qui ne sait plus où aller ou qui écouter, alors ce corps vous met en état d'alerte en développant la fatigue, voire l'épuisement, pour vous obliger à réagir! Mais la raison n'est pas toujours plus forte on le sait très bien toutes les deux! C'est bien beau les mots, mais l'action ne suit pas! Parce qu'on en a marre, parce que l'action implique une force qu'on a perdu physiquement et dans la lutte psychique!

Je pense que ce qu'il vous faut c'est de l'encouragement et du soutien, pour que ceux ci se transforment en force que vous pourrez utiliser pour agir!
Rappelez vous que ce dont vous avez le plus besoin c'est de comprendre que vous êtes malade et non "dans un état" et que ceci n'est pas de votre faute, et comprendre comment cette maladie est apparue (exactement comme on le ferait pour une maladie de type organique comme une angien par exemple)!
C'est vrai que tout ça va prendre du temps! et je sais que vous auriez envie que tout soit arrangé demain que vous ne souffriez plus, parce qu'en même temps que vos kilos, votre force et votre courage, vous perdez patience! c'est un mauvais moment à passer mais vous verrez quand vous serez sortie de la crise, vous aurez un merveilleux sentiment de bien être en repensant à tout ça! Même s'il faudra toujours un minimum de surveillance!

Il me semble d'après vos précedents écrits que vous aviez la maladie en vous avant votre grossesse et même pendant, mais elle a été masqué par l'amour de votre enfant et la nécessité de lui apporter tout ce dont il avait besoin! Et puis même si vous vous trouviez grosse vous aviez "l'excuse de la grossesse", maintenant pour vous vous n'avez plus d'excuses! Mais ce n'est pas comme cela qu'il faut raisonner, vous faites fausse route: d'abord vous n'êtes pas grosse (et ne pensez pas: "qu'est ce qu'elle en sait elle m'a jamais vu!") je vous l'ai déjà dit! Avec votre poids il est strictement impossible que vous soyez grosse, ni même juste "un petit peu ronde", et de plus (je me répéte) vous souffrez de dysmorphophobie (l'inacapacité à ce percevoir tel que l'on est réellement), la maladie vous fait voir ce qu'elle veut!! Et on peut dire qu'elle vous en fait voir de toutes les couleurs!

J'espère que vous vous interrogez sur cette relation difficile avec votre mère. Qu'elle type de relation avez vous? Quelles sont ses qualités, ses défauts? Votre mère a t-elle été ce qu'on appelle une mère-poule ou au contraire une mère autoritaire (ou ni l'un ni l'autre!)? Avez-vous eu le sentiment de ne pas répondre à ses attentes ou que sais-je encore! J'espère aussi secrètement que vous avez réussi à prendre l'initiative d'aller voir un psychologue...(qui puisse vous plaire et avec qui il puisse y avoir un feeling bien entendu!)
Mais n'attendez pas en vous disant "on verra!" ça ne sert à rien! profitez donc encore du courage qu'il vous reste!

Effectivement, j'ai vraiment la sensation de pouvoir comprendre tout ce que vous ressentez et vivez...j'ai été très proche de l'anorexie (pas moi même, mais ma soeur!) et je le suis encore aujourd'hui! Donc je me sens proche de vous, j'ai tellement l'impression de vivre ce que vous ressentez... (en plus, détail amusant, nous portons toutes les deux le même prénom!!)
De plus je suis étudiante en psychologie, ce qui explique pourquoi j'ai également l'approche médicale de la maladie.

Si vous avez besoin de quoi que ce soit, je suis vraiment de tout coeur avec vous, je ne vous lâcherai pas tant qu'il n'y aura pas du mieux, tant que vous estimerez que je peux vous être utile en quelque chose!

Ne relâchez pas vos efforts, continuez vos démarches, courage!! vous allez reprendre des forces!
Sincèrement
A bientôt
Le Grain de Sel

Portrait de aline
J'aime 0

bonjour cécile,

Grain de sel a entierement raison, il faut que vous arriviez a comprendre ce qu'il a pu ce passer mais cela ne se fera pas sans l'aide de quelqu'un,

Mardi dernier on m'a proposer de suivre un TCC pour arriver a me débarrasser de mes complusions, je pense que pour vous comme pour tt les personnes qui souffre de cette maladie, il faut commencer par faire quelque chose a un moment donné, commencer par une thérapie, ou juste en parler a son médecin, il faut que vous le fassiez le plus rapidement possible, car la vie des personnes dans votre cas ( et accessoirement dnas le mien ) sont en danger !!!

J'espere que vous ne tarderez pas a le faire,

Toutes mes amitiés

Aline

Portrait de Guylaine
J'aime 0

Bonjour moi je ne sais pas comment m'y prendre ma fille a perdu 30 livres en 2 mois.Elle nous dit de ne pas s'inquieter mais bon quoi faire pour ne pas que sa se détériore.Merci

Portrait de cecile79
J'aime 0

Bonsoir Grain de sel (Cécile),
encore une fois, vous avez touché juste, vos mots sont vrais, écrits sans exagération, et indiquent des conseils qui ne dictent pas pour autant une conduite à avoir.
Je comprends mieux pourquoi vous parlez de cette maladie aussi bien, et je suis vraiment désolée pour votre soeur, j'espère de tout coeur qu'elle trouvera la voie de la guérison, qu'elle saura prendre le bon de la vie et en laissera le mauvais, qu'elle écoutera la bonne voie qui agira sur son inconscient, qu'elle puisse un jour dire: tout ça est derrière moi!
Ce que vous avez écrit m'a émue, et oui, décidemment, parce que vous arrivez à écrire des phrases qui correspondent à mon état que moi-même je n'arrive pas à décrire... En fait, c'est ce sentiment complètement contradictoire qui m'effraie: je sais que je dois manger, que je ne dois pas chercher à perdre du poids, que la balance ne doit pas être un rituel, que je dois accepter que des aliments restent àl'intérieur de mon corps; MAIS il m'est impossible pour l'instant de faire autrement que de culpabliser et d'être tellement mal dès que la moindre graisse passe mon oesophage...
Ma mère, que dire sur elle.... tellement de choses et à la fois rien du tout... Elle a toujours été une mère "par intérim" ou à "temps partiel". Elle n'a jamais été présente pour moi, m'a toujours reproché d'être née fille alors qu'elle voulait un garçon pour ainé! Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans, et mon frère en avait que 4. A partir de ce moment, j'ai cessé d'être une petite fille, par obligation. On a habité avec mon père, sicilien pur, élevé à la dur ; et bien entendu j'ai été élevé comme lui, il a reproduit le même schéma éducatif. En fait, à 8 ans, je suis devenue la "maman " de mon frère, je tenais les comptes de la maison, faisais le ménage, récurais les toilettes, préparais à manger, m'occupais du linge, et remontais le moral de mon père quand il n'allait pas bien. Voilà mon enfance à partir de mes 8 ans! Attention, je ne peux pas dire aujourd'hui que j'ai été malheureuse, juste que ça a été dure, que la vie n'a pas toujours été très tendre avec moi petite.... Bref, et ma mère n'a jamais été là pour moi. Pour elle, enfin d'après ce qu'elle a tentée de m'expliquer, je n'avais pas besoin d'attention parce que j'étais grande, je n'avais pas besoin de calins et gestes tendres parce que je ne les demandais pas, ... Je suppose que vous imaginez bien le schéma! Elle m'a toujours délaissée au profit de mon frère, ou encore au profit de ses amants. Je n'ai jamais été proche d'elle, je ne connais pas la complicité qu'une mère peut avoir et entretenir avec sa fille. Elle a toujours été absente quand j'avais besoin d'elle , ou occupée... Quand je me suis fait hospitalisée à cause de mon insuffisance pondérale, elle a été voir une infirmière et lui a dit qu'ils n'avaient qu'à me laisser mourrir puisque c'était ce que je voulais, et que je ne faisais qu'un caprice qui ne nécéssitait pas une hospitalisation (36 kg à l'époque!). Il a fallu que le médecin lui parle pour lui dire que j'étais vraiment en souffrance pour qu'elle commence seulement à voir qu'en effet, je n'allais pas très bien depuis quelques années... Mais qu'est-ce-su'elle pouvait en savoir, après tout, puisque qu'on ne se voyait que très rarement, et que je n'attirais nullement son attention!

Je suis en train de me relire là, et ça me fait bizarre de dire tout ça, je n'ai pas pour habitude d'en parler.Même mon ami n'est pas au courant de ça, il s'est juste que je n'ai pas un grand feeling avec ma mère, c'est tout. Honnêtement, je suis désolée, mais ça me gêne de dire tout ça.
Je ne veux pas l'effacer, ça ne serait pas correct envers vous, vous qui me parlez librement et sans retenue, mais je ne peux continuer sur ma relation avec ma mère...

Je réfléchis de plus en plus à l'idée d'aller voir un psychologue, j'espère toujours qu'il y ait ce déclic qui me permette de me dire: cette fois-ci, je prends un rendez-vous et j'y vais!
Merci encore de votre soutien, à vous et à Aline.

Toutes mes amitiés, et me sincères remerciements à vous.
A bientôt, et merci de votre aide, ça me permet de vous parler comme si je racontais mon histoire sur une feuille de papier blanche, sans tricher, sans avoir peur d'un regard, en me livrant juste MOI!

Cécile.

Portrait de cecile79
J'aime 0

bonsoir guylaine,
je viens de voir votre message.
Pour pouvoir essayer de vous aider, dites nous quel âge à votre fille, si elle va à l'ecole, ou si elle travaille, s'il y au un évènement déclencheur il y 2 mois, ou des faits marquants qui remontent à plus loin....., une maladie, un régime,....
Moi-même, je suis un peu paumée en ce moment, mais si je peux vous aider en quoi que ce soit, soyez sure que je le ferais.
Et je suis persudée que vous trouverez de l'aide sur ce forum, comme moi j'en trouve, tout particulièrement auprès de Grain de sel et d'Aline.
En attendant votre réponse, courage, et communiquez avec votre fille, gardez un vrai contact, sans la forcer et sans vous forcer...
Je suis avec vous.
Cécile.

Portrait de cecile79
J'aime 0

Bonsoir Aline,
je vous écris un petit message pour vous remercier également de votre soutien, tout réconfort fait du bien, et le fait de se sentir comprise est une grande émotion que je ne retrouve que devant mon ordinateur...
Excusez mon ignorance, ou peut-être que je ne connais pas l'abréviation, mais qu'est-ce-qu'un TCC? Allez vous accepter? Si oui, tenez nous au courant.
J'espère que vous allez bien, et que vous garder le moral. Mais si on vous propose un TCC, c'est parce que vous n'avez pas réussi à maintenir votre poids stable?
je suis entièrement d'accord avec vous pour affirmer qu'il faut faire quelque chose, mais vous qui connaissez cette "maladie", vous devez savoir mieux que quiconque que c'est loin d'être évident, que ce n'est pas parce qu'on DOIT le faire qu'on Y ARRIVE......
Il y a des moments où je me dis que tout va très très bien, mais quand vient l'heure du repas, en particulier quand je reçois du monde chez moi, ou encore quand je suis invitée à manger chez quelqu'un, dans de la famille, c'est à ce moment-là que je me dis qu'il y a un soucis, que ça ne peut pas continuer comme ça. C'est vrai que tant que je reste chez moi, je gère, j'ai appris depuis plusieurs années à gérer, seulement je ne suis plus droguée à un tas de médicaments comme avant, mais c'est la seule différence. Et j'avoue que ces médicaments me manquent, non pas qu'ils soient indispensable, mais ils facilitent tellement la vie quand on les absorbe......
A bientôt Aline.

Portrait de aline
J'aime 0

bonjour cécile,

Je sais que c'est dur de faire quelque chose,c'est pourtant si facile a dire, mais bon, vous avez la " chance " de savoir de quoi vous etes atteinte, alors je pense que c'est p- e plus facile pour vous de faire les demarches,

On m'a proposer un thérapie cognitivo comportementailste car, en effet j'ai du mal a maitriser certaine comùplusion alimentaire, et mon poid bien que tournant autour de 40 kg et tres instable,

Je me rend donc dans quelque minutes chez le médecin pour un bilan complet avant de commencer cette thérapie qui a pour caractéristique d'etre en générale courte !!!

A bientot

Aline

Portrait de anonymous
J'aime 0

bonjour cecile79,

je ne sais pas comment me lancer ni m'expliker,mais bon,j'y vais....
Votre "temoignage" et votre histoire m'ont plus ke touché!! Kan je lis toutes vos interventions sur ce site,cela me fait penser a ma grand soeur....et cela me fait mal de decouvrir tout le "desespoir" et le malheur kel peut endurer....sans me le dire!! Cela fait maintenant pas mal de tps ke je cherche a comprendre,par mes propres moyens,en consultant les sites internet sur ce sujet mais cela est bien compliké.....Ce forum et votre histoire m'aide a comprendre un peu mieux se kel ressent...
Vs savez,le plus dur ds tous cela,c ke je la voit perdre du poids et s'affaiblir,mais el joue tjrs la dure et me repete de ne pas m'inkieter (mais sa,c ossi facil a dire ke kan je lui dit de manger...)Je ne sais vraiment pas koment m'y prendre et c tres dure de se sentir impuissant,de ne pas reussir a aider sa grande soeur...
Ma soeur est,kom ds votre propre histoire,kom ma mere,peut etre meme plus ke ma mere car elle,elle ne m'a jamais laissé tombé,a aucun moment de sa vie,ki n'a pourtant jamais été facile.El a tjrs mis ses pb de coté afin de s'okuper des miens,et pour sa,je me sens coupable de son mal-etre,peut etre ai-je contribuer a sa rechute en ne faisant pas assez attention a elle et en prenant trop de place ds sa vie.En résumé,el a tjrs tout fait pr moi et maintenant ke c'est el ki a besoin d'aide,je sui impuissant,je n'arrive pa a etre le frere protecteur ki peut lui apporter le reconfort et le soutien dont el a besoin.
J'ai commencé par lui dire de manger mais cela ne sert a rien,je l'ai vraiment compris sur ce forum.Je ne sais pa si je dois lui en parler ou me taire,la forcer ou la laisser faire.La forcer ne servira a rien,je l'ai ossi compris mais la laisser faire me fait tout ossi peur si ce n'est +.Je lui ai proposé d'aller voir un medecin mais el reponds kel va bien et ke tant kel peut s'okuper de son enfant et kel en a assez de force,il n'y a rien d'inkietant.Seulement,moi,je m'inkiete.Kan je lui dit bjr,g pour habitude de mettre ma main derriere son dos,et plus le tps passe plus je la sens maigre,el est vraiment tres maigre.Je veux l'aider mais jsai pa koment m'y prendre.
J'aimerais lui proposer d'aller voir un nutritionniste ou un psychologue,de l'accompagner si el le souhaite.Pensez vous ke cela peut l'aider??
Vous ki etes ds ce meme cas,je vous en prie,dites moi ce ki peut vs aider a combattre cela,car si certaines choses peuvent vs aider,alors elles aidront ma grande soeur.Je ne sais comment vs expliker,mais c preske ma seule famille et a l'idée ke je puisse la perdre,le monde s'ecroule otour de moi.J'essaie de ne pas le montrer,car la connaissant,el se ferait + de soucis mais tout ske je souhaite,c kel sache ke je sui la et ke je l'aime....,je sui pres a n'importe koi pr elle!!
Voila,jsui vidé!!!!Jsui fatigué car en écrivant,g laissé ressortir tout ske je ressens!!
Pr conclure ojourd'hui, je suis content d'avoir pu vs parler,je ne vs aide surement pas a avancer,je me sens bete!!mais jveux vs dire kil ne fo surtout pas vs laisser aller,et ke bcp de gens sont derrieres vous.Vs n'etes pas seules!!!! Je vs embrasse en vs souhaitant bon courage!!!! a biento!!

Portrait de Guylaine
J'aime 0

Bonjour au sujet de ma fille qui a perdu 30 livres elle travaille dans un bureau et elle a 20 ans.Elle a emménagée avec son chum depuis 4 mois.Sa a commencé en septembre elle avait des problemes de constipation.Car son copain est suisse et elle a intégrer son alimentation un peu de lui.Fromage,pain,patates.Je ne peux pas lui dire que c'est lui le probleme sa fait 2 ans et demi qui sorte ensemble et ils ont l'air a s'aimer.Alors quoi dire et quoi ne pas dire.Merci je suis découragée

Portrait de aline
J'aime 0

Bonjour, tonton93 et guylaine,

Il faut savoir que l'on ne guéris pas de cette maladie seule, c'est tres difficile de s'en sortir je dirais même, mais bon il y a toujours un espoir.

Allez voir un psychologue ça peut etre une solution, sachant que on peut tomber sur un psy qui ne nous convient pas, il ne faus aps se décourager et en voir plusieurs,

Un nutritionniste aidera egalement dans le retablissement nutritionnel des personnes malades, cependant il ne faut pas oublier que cette maladie est avant tout une souffrance pour la personne et son entourage. En fait ce qui est dur , c'est qu'on a l'impression d'en voir la fin alors qu'il existe tt le temps de rechute.

Il faut vraiment aider les personnes dans ce cas la a s'en sortir, parce que bien souvent pour elles tout va pour le mieux ... Ne pas laisser le silence s'installer, ne pas ignorer le probleme, installer une relation de confiance, en parler avec quelqu'un qui pourra AIDER !!!!

Tous cela est facile a dire, je le repete mais dans mon cas il a fallu 8 ans pour que cela ce réalise, foncez maintenant ne vous découragez pas, la vie des malades est en danger de mort ... plus le poids descends plus c'est dangeureux...

je vous souhaite beaucoup de force et je sais qu'il existe des reserves inépuisables : l'amour !!!

Bien a vous

Aline

Portrait de sido
J'aime 0

Bonsoir Cécile, votre histoire me touche beaucoup je souhaiterai réellement pouvoir vous apporter des paroles qui puissent vous aider. Malheuresement mes pensées sont hantées par la théorie de mes cours de psychologie et tout ce que je voudrais vous dire perd de sa valeur!ce qui m'interroge c'est principalement la relation que vous décrivez avec votre mère, on dit souvent qu'une mère qui n'a pas été très présente n'a pas pu bien rassuré son enfant du coté de son narcissisme. C'est ce que je perçoit chez vous, vous vous trouvez grosse alors que manifestement vous êtes très loin de l'être et vous cherchez toujours à mincir. Pour moi la recherche de toujours plus de minceur correspond un peu à l'ideal feminin que transmettent les média actuels et du coup la plupart des femmes cherchent à atteindre cet idéal(qui ne correspond pas avec la réalité en passant), bref tout ça pour dire que j'ai l'impression au fond que ce que vous reprochez à votre corps reflette (peut être bien sur tout cela reste au stade d'hypothèse) l'image plus globale que vous avez de vous même. Alors peut être que je me plante complétement mais je pense qu'il peut etre intéressant de se pencher sur cet aspect?
D'autre part, dans la théorie on met souvent en lien la maladie de l'anorexie avec une sorte de volonté de mourir, alors la...je me dis mais POURQUOI???enfin c'est quelque chose que j'ai du mal à envisager et à mon avis si c'est éventuellement le cas pour n'importe quelle personne atteinte de cette maladie ça ne doit pas se donner à voir directement!c est pour ça que j en reviens au même point que toutes les personnes vous ayant répondu, je crois qu'il est essentiel que vous alliez consulter un psychologue en quelque sorte avant qu'il ne soit trop tard!je sais à quel point cela peut etre difficil d'accepter qu'une autre personne prétende avoir plus de controle sur vous que vous même mais il s'agti de votre vie!!et si vous ne pouvez pas faire en sorte vous même de la conservée parce que c est plus fort que vous (ce que je conçoit parfaitement) accepter au moins que quelqu'un dautre vous vienne en aide!
j espere avoir trouver les bons mots et j espere qu'ils auront eu un impact positif!
bon courage

Pages

Participez au sujet "anorexie...."

Articles à lire concernant "anorexie...."

  • Anorexie primitive du nourrisson ... Favoris Imprimer L'anorexie (absence d'appétit ou perte d'appétit) du nourrisson est un des ... et plus précisément d'un trouble de l'appétit. Pourtant l'anorexie est rarement la conséquence d'une maladie au sens vrai du terme ...
  • Anorexie du nourrisson ... L'anorexie du nourrisson est relativement fréquente, elle passe souvent ... Favoris Imprimer L'anorexie du nourrisson concerne l'enfant âgé de 3 à 24 mois. ...
  • Anorexie mentale de l'adolescente ... L'anorexie mentale de l'adolescente est une pathologie sérieuse. Il est ... à type de famine, sont fréquents. Paradoxalement l'anorexie de l'adolescente est plus fréquente dans nos pays où l'abondance ...
  • Anorexie de l'enfant et de l'adolescent ... d'une personne complètement rassasiée). L'anorexie peut être due à : un problème de santé : troubles digestifs ... sans prise en charge médicale et psychothérapeutique, l'anorexie peut aboutir à un état de maigreur et de faiblesse extrêmes, voire ...
  • ... de la déglutition (difficultés à avaler), atteints d'anorexie (perte totale de l'appétit), dans l'impossibilité d'ingurgiter de la ...