Portrait de lil92200

Bonjour,
je voulais avoir quelques renseignements pour mon copain si quelqu'un peut m'aider...
Voila, il est assez sportif, il va courir trois fois par semaine 1h ou 1h20, avant il y allait tous les jours mais on lui a conseillé de n'y aller qu'un jour sur deux. Il fait aussi des abdos, pompes, altères pendant environ 2h quatre matins par semaine.
L'année dernière, il est allé courir un jour où il a fait pas mal froid, le soir. Et après ça, une fois allongé il a ressenti une douleur dans la poitrine, ça lui a vraiment fait peur, il avait beaucoup de mal à la décrire... en gros des difficultés à respirer, un poids sur la poitrine, il n'arrivait plus à dormir, et c'est revenu de nombreuses fois pendant plusieurs mois. Il ne se couchait plus que d'un côté pour s'endormir. Je précise qu'il a 25 ans au cas où ça aurait de l'importance.

J'dois préciser aussi qu'on avait eu une année vraiment très éprouvante et stressante tous les deux, on a eu de gros problèmes, vraiment une année cauchemardesque. Et la situation venait de se débloquer d'un côté, lorsqu'il a commencé à faire ses crises. On ne savait donc pas s'il s'agissait de crises d'angoisses, alors survenues une fois qu'il a pû relâcher un peu la pression ? Oubien si ça avait un lien avec le sport ou tout autre chose.
Il est allé voir son médecin qui ne l'a même pas osculté, pour lui ce sont des crises d'angoisses, c'est dans sa tête et puis c'est tout. C'est possible mais on aimerait le vérifier, d'autant que ça continue maintenant que notre vie est redevenue plus calme.
Il a entendu parler d'angine de poitrine et en fouillant sur Internet, nous avons trouvé les symptomes de cette maladie très ressemblants à ce qu'il ressent, la description des douleurs, le fait qu'elles apparaissent après un gros effort dans la froid, ou le soir ou au réveil au repos, d'autant qu'il a lu que le stress pouvait en être l'origine. En plus avec ce nouveau joueur de foot qui vient de mourir pendant un match, rien n'est fait pour le rassurer ! Je ne sais pas qui aller voir pour qu'il soit pris au sérieux, et non qu'on l'accueille comme un hypocondriaque, un parano tout ça parce qu'il est jeune et "a l'air" en bonne santé. Et surtout quels tests, quelles analyses doivent être faites.

S'il a quelque chose il sera soigné, et s'il n'a rien, si c'est uniquement dû au stress, il sera rassuré et je pense se remettra grâce à ça.

Je vous remercie pour votre attention, votre patience vu la longueur du texte, et si quelqu'un est médecin, si quelqu'un a ressenti ce genre de symptomes, si quelqu'un connaît l'angine de poitrine, si vous pouvez m'aiguiller pour les tests, analyses, s'il y a des sportifs qui connaissent ces sensations, bref n'importe quoi qui pourrait nous aider, je vous en remercie à l'avance.

Portrait de sylviane.bressolle
J'aime 0

Bonsoir,
si ces douleurs sont récidivantes,votre ami pourrait faire un test simple:test à la trinitrine . Il suffit de craquer un comprimé et de le mettre sous la langue ou de faire un spray au moment de la douleur; s'il s'agit d'un problème cardiaque,celle ci doit disparaitre dans les 30 secondes environ...Il faut que la trinitrine soit prescrite par votre médecin traitant bien sûr.
Si ce test est négatif, le diagnostic angine de poitrine sera éliminé...
A 37 ans,j'ai eu des crises (douleurs à la poitrines,brûlures et ce à heures régulières,le matin vers 7 h...puis la nuit cela me réveillait...le test positif m'a amené la réponse et j'ai été prise en charge rapidement...cela fait 13 ans... bon courage à votre ami .

Portrait de lil92200
J'aime 0

Je vous remercie de votre aide, et si d'autres personnes ont d'autres exemples à apporter je vous attends. Merci d'avance.

Portrait de Mougli
J'aime 0

Bonjour,
En lisant tout les pti souci que votre ami à subi, j'ai l'impression d'entendre ou de retomber dans les crises que j'ai supporté et que ma copine a dû supporter également.
A savoir qu'au jour d'aujourd'hui, tout cela n'est que du passé pour moi, si je peux vous donner un très gros conseil, et je suis entièrement d'accord sur ce que vous dite concernant les médecins qui donnent l'impression de prendre cela à la légère, allez voir un micro-kinésithérapeute qui lui saura déceler automatiquement l'origine et la racine de son problème. Croyez moi sur parole, parfois ça a rien à voir par rapport à ce que les médecins ou les psy vous raconte, et ce n'est pas de la sorcèlerie, essayez tout simplement et vous verrez, vous m'en direz des nouvelles, je répète que je me suis exactement retrouvé dans la même situation que votre copain.
Bon courage à vous, et ne pensez pas que c'est tout de suite quelque chose de très grave, il faut juste en parler avec les bonnes personnes c'est tout. Voilà, jespère vous avoir assez encouragé...
@+

Bye

Portrait de lil92200
J'aime 0

Merci beaucoup Mougli, c'est très rassurant de savoir que vous n'avez plus rien, je vais essayer de suivre ce conseil. Et toujours nous attendons d'autres commentaires qui pourraient être utiles. Merci d'avance.

Portrait de Mougli
J'aime 0

Bonjour, ça me fait plaisir que cela vous rassure, mais j'aurai tellement de chose à vous raconter par rapport aux différentes étapes de ce type de problème que je n'en finirai plus, d'ailleur j'ai un sujet sur ce forum un peu plus loin comme par exemple le conseil de faire des exercice de relaxation pour ceux qui sont très stressé, car c'était également mon cas, je suis passé par tellement d'étapes, moi même je n'en revient pas, mais j'y suis arrivé. Pour préciser par rapport à ce que votre copain subi, je vous explique + ou - en bref, quand je faisai mes séances de muscu et autres, le soir quan je me couchai voire même en pleine nuit, j'ai eut une douleur tellement intense et forte dans ma poitrine que j'ai cru que c'étai la fin, et croyez moi quand vous connaissez pas ce type de douleur, on s'imagine plein de chose. Je me rappelle juste que cette douleur quand elle se manifestai, plus moyen de bouger ou autre, j'ai cru que mes pectoraux allai se déchirer sans rien faire, c inexpliquable... Mais au fur et a mesure, et en parlant avec divers personnes et en allant chez les bonnes personnes, j'ai réussi à faire disparaitre c douleurs. Je tien à préciser et à vous prévenir tout de suite que dû à ces douleurs je suis tombé dans un de ces état psychologique douloureux et insupportable avec des anti-anxiolitique et autre, que personne ne pourra comprendre, sauf ceux qui en subisse les conséquences, donc je tenai tout de suite à prévenir votre copain qu'il ne lui arrive pas la même chose et surtout qu'il ne se fasse pas de souci, car moi, je m'y était pris un peu tard c la raison pour laquelle je suis tombé dans cette déprime, donc voilà.
Je c pas si vous avez tout compris, mais si vous avez de dialoguer + ou ceux ki lise ce message et que ça interresse, et que je peut peut être donner conseil, je vous transmet mon adresse MSN ou l'on pourra dialoguer trankilement voire se donner des conseils qui peuvent servir.
Voici mon adresse:pithivier77@hotmail.fr
Voilà, sur ce, jespère encore une fois vous avoir rassuré, car cela me fait toujours plaisir d'aider les gens en difficultés ou bien de leur évité d'aller vers kelke chose ki ne l'est pas.
A bientot...
Cordialement ,
Fab,

Bye

Portrait de dennis40
J'aime 0

Bonjour,

Sans vouloir être alarmiste (il vaut mieux prévenir que guérir), j'ai eu ce type de douleurs à la poitrine il y a 2 ans. A l'époque, j'ai eu le même type de réponse que vous de mon généraliste (stress, c'est dans la tête, blablabla...). Par acquis de conscience, il m'a aiguillé vers une cardiologue qui m'a fait un simple test d'effort.. Conclusion, "Vous êtes vite essouflé, faites du sport et arrêtez la cigarette.. blablaba"

Résultat, à 47 ans, infarctus, et j'ai failli y laisser la vie.

Maintenant.. lorsque j'ai mal, je vais direct aux urgences du CHU.
Là, ils font vraiment les tests qu'il faut : echographie / ECG / bilans sanguins / Holter/ etc.. et ils vous mettent en obsertion 72 heures

Le problème des médecins et spécialistes "de ville", c'est qu'ils rencontrent trop souvent les mêmes pathologies, qu'ils "s'endorment" sur leurs pratiques et ne sont pas vraiment à l'écoute des patients (manque de temps et manque de moyens).

Si votre ami à une crise, emmenez-le aux urgences..
Si c'est du stress ou autre chose, ils vous le diront preuves à l'appui ; si c'est cardiaque, il sera traité avant l'accident. Le choix est simple
On ne joue pas avec les affaires de coeur

Bon courage

Portrait de heimana
J'aime 0

Bonjour,
je ne voudrais alarmer personne, car mon cas est "assez exeptionnel" d'après les spécialistes !!!
à 29 ans, c'était y'a presque 3 ans en décembre 2004, j'ai commencé à avoir des serrements dans la gorge, ensuite, j'ai eu mal aux articulations coup et épaules, et 25 minutes après j'ai eu mal à la poitrine. c'était assez angoissant, d'ailleurs j'avais aussi des sueurs froides, c'était la première fois que ça m'arrivait ! on a appelé les urgences, dans l'ambulance, j'avais de plus en plus mal à la poitrine. à l'hôpital, on me pose deux questions, mon âge et est-ce que je fume ? je dis non ! et là, on me laisse dans un coin alors que j'ai toujours très mal à la poitrine ! 30 minutes après, une infirmière vient me faire un ECG pour voir si c'était cardiaque, apparement tout était normal ! je n'étais donc pas un cas URGENT, et j'ai souffert pendant 2 heures dans un couloir des urgences. la douleur s'est estompée petit à petit, ça faisait 6 heures que j'étais aux urgences et aucun medecin n'est venu me voir, j'ai donc demandé à l'infirmière si je pouvais partir car je n'avais plus mal ! elle m'a dit que j'ai fait une crise de tétanie, une sorte de crise d'angoisse ! ça m'a surpris car je suis plutôt genre baba cool ! le lendemain, je suis quand même allé voir mon médecin traitant, qui m'a prescrit du magnéB6, me disant que c'était des angoisses, dans la tête quoi ! le surlendemain dans l'après midi, je ressens les mêmes douleurs à la gorge, je vais voir un pharmacien qui me prescrit des gellules à base de plantes pour me calmer ! le soir même je commence à avoir mal à la poitrine, on appelle un medecin, mais personne peut se déplacer, c'est la même douleur, mais je me dis que c'est l'angoisse ! je reste à la maison, vu ma mauvaise expérience avec les urgences de l'autre jour ! j'ai eu mal toute la nuit, j'ai bouffé du chocolat en croyant que ça allait me déstresser, au petit matin, la douleur est toujours là, mais beaucoup moins forte ! je décide d'aller dans une clinique, je décris ce que j'ai eu, on me fait des prises de sang et un ECG. résultat l'ECG est anormal, le bilan sanguin aussi. on m'ammène aussitôt faire une échographie du coeur, et le cardiologue m'annonce que j'ai fait un infarctus du myocarde la nuit dernière ! et 2 jours avant j'avais donc fait des crises d'angor et non pas des crises d'angoisse comme cela m'a été dit !!! Je te conseille donc de ne pas écarter la piste cardiaque, ton copain pourrait faire un test à l'effort et quoiqu'il en soit il faut aller aux urgences dès que les crises reprennent !
je dis que mon cas est assez exceptionnel, car après tous les examens que j'ai passés, on ne trouve toujours pas la cause de ma maladie ! toutes mes artères coronaires sont bouchées ou presques alors que je suis plutôt jeune, je n'ai jamais fumé, j'ai un bilan lipidique plus que parfait, je n'ai aucun problème de diabète, d'hypertension ou de poids (65kg pour 1m80). Et pour terminer, l'année dernière en novembre 2006 à 31 ans, j'ai fait une récidive alors que je prenais des médicaments, fait du sport et manger encore mieux !

voilà donc, même si on est jeune, en bonne santé et une super hygiène de vie, il ne faut pas écarter la piste cardiaque, comme cela m'a été diagnostiqué les premières fois !

bon courage à tous les deux.

Portrait de Mougli
J'aime 0

Bonsoir, je suis entièrement d'acc avec ce que vous dites, bon, moi je suis également arrivé à un stade ou j'ai attérit aux urgences pour "simulation psychologique d'un infarctus" et je précise qu'en disant simulation c'était carément sans le vouloir mais purement et simplement en me disant tout les jours que cela va se produire un jour dû à mes extrasystole (dont au départ je connaissait pas trop ce symptome) vous pouvez même pas vous imaginer ce que le cerveau et le psychologique sont capable de faire à partir du moment ou vous le programmé avec des pensées total négative sur le même point à longueur de journée). Bien sûr, à la fin j'avai de koi être rassuré (prise de sang avec le bilan complet, 2 ECG dans la nuit avec prise de tension et garde à vue "tous ça dans les urgences où j'étai très bien pris en charge ce qui n'est malheureusement pas le cas partout".
Je revien sur le petit conseil que j'ai donné concernant le micro-kiné, je l'ai encore vu hier et il m'a dit que malheureusement y en a certain qui exerce la micro-kiné sans en^ être expérimenté ce qui est dommage, donc avant toute chose, n'hésitez surtout pas à bien vous renseigner sur ce coté là, et comme dit, essayez plein de chose com par exemple la relaxation ou autre... Si vous n'êtes pas trankil, insisté sur les tests d'éffort, prise de sang et de tension, ECG.
Pour finir je m'adresse à vous Heimana en vous disant que cela me révolte énormément quan vous dite que l'ECG n'a rien décelé après les douleurs et symptomes que vous avez ressenti car ç quasi impossible de faire un infarctus ou bien même un début d'infarctus et l'ECG ne décèle rien du tout. Alors soit c'étai psycho, soit une erreur de l'hopital (ce qui me révolterai encore + dans c cas là). Je v quan même montrer vos comm. à ma copine qui est infirmière et grace à qui je m'en suis sorti et que je considère comme mon ange gardien.
Bonne soirée à vous tous et bon courage pour la suite.

Bye ;-)

Portrait de dennis40
J'aime 0

L'exemple donné par Heimana est bien représentatif de qq situations que j'ai pu constater par moi-même.

1) Le TABAC, cause de tous vos malheurs
Aux soins intensifs et en cardio, j'ai systématiquement été stigmatisé pour ma dépendance au tabac, malgré 17 ans d'arrêt. C'était le "discours-reproche" récurrent, histoire de bien vous faire comprendre (si vous ne l'aviez pas encore compris), que votre infarctus, c'était votre faute et que vous n'aviez rien à dire sinon subir..

2) L'infarctus, un vrai problème d'Information..
Comme bcp d'autres, j'avais qq idées reçues sur le sujet : douleur à la poitrine et au bras gauche, nausées, etc...

Lors de mon infarctus, j'ai d'abord cru à une insolation (vomissements, perte de connaissance,..). C'est seulement quand j'ai eu la poitrine coincé dans un étau et cette sensation de brulure qui ne s'arrêtait pas que j'ai commencé à penser Infarctus.

Au centre de reéducation cardiaque, j'ai cotoyé plusieurs dizaines de "compagnon d'infortune" : et oh surprise.. presque autant de symptomes différents que de personnes rencontrées.
Certains n'ont rien ressenti du tout sinon qq douleurs au ventre, d'autres ont été terrassés avec une douleur à la nuque et à la machoire, d'autres une douleur au bras, etc..
Il y avait des sportifs invétérés secs comme des coucous, des obèses diabètiques, de gros fumeurs, d'anciens fumeurs, et des "jamais fumeurs", et autant de femmes que d'hommes.

Dans les faits, je crois qu'on est très mal informé sur les symptomes de l'infarctus. Les échanges avec les kinés et les cardiologues rencontrés en cardio et au centre de reéducation me font penser que :

- l'hérédité et le stress sont les 2 principaux facteurs
- ensuite, l'hygiène de vie (au sens large) est une cause
- enfin, les facteurs aggravants sont le tabac, l'alcool, etc..

Pour ma part, je n'accepte pas le discours "bien pensant" de la majorité des personnels médicaux qui mettent en avant le tabac et vous culpabilise sans cesse avec cela, comme si c'était VOTRE faute d'avoir fait un infarctus.

Bien sur, le tabac y participe grandement, mais qui, aujourd'hui, choisit sa vie professionnelle et le stress qui va avec, qui peut vraiment décider du rythme de ses journées, de la pression que vous impose la vie ou de ses insomnies.

En conclusion, si vous vous pointez aux urgences avec une douleur à la poitrine et que vous ne voulez pas être mis "en attente" sur votre lit, mieux vaut rentrer dans les critères d'urgence, c'est à dire remplir les FDR (Facteurs De Risques) du formulaire médical, donc :

- Fumeur : OUI
- Sédentaire : OUI
- Hérédité d'infarctus : OUI

Si ca ne suffit pas pour être traité, et si vous en avez la force, piquez un coup de gueule pour réveiller l'interne de service.

A+

Portrait de lil92200
J'aime 0

Merci beaucoup à tous pour ces réponses très utiles, et bon courage pour la suite !

Portrait de cornée
J'aime 0

bonjour ma mère a une angine de poitrine je voulais savoir si cette maladie se soigne sinon comment vivre avec quels précautions doit on prendre?

Portrait de FUFALE
J'aime 0

Bonjour, alors tout d'abord pour me situer je suis étudiant en médecine en cardiologie mais fumeur, j'ai 26 ans et j'ai déjà ressenti des douleurs de poitrines.
Je souhaiterai vous dire que j'ai été interpelé par votre message, vous allez trop vite.
Microkiné... Trinitrine...
Avant de s'affoler je dois vous dire que toutes les douleurs de poitrines ne sont pas des angines de poitrines.
C'est une douleur angoissante localisée aussi bien au niveau de la poitrine que de l'estomac, de la clavicule, du bras, du cou ou de la partie supérieure du dos.
Il ne faut pas la confondre avec une possible douleur de poitrine chez un sujet maigre ou présentant une cyphose.
C'est ce que j'ai eu et étant étudiant en médecine vous pensez bien que j'ai sauté sur le diagnostic le plus grave...
Mais, il y a un grand mais, je suis beaucoup trop jeune et je ne suis ni diabétique, ni obèse et personne dans ma famille n'a fait d'infarctus...
De plus la douleur que décrit votre ami "Et après ça, une fois allongé il a ressenti une douleur dans la poitrine" ressemble effectivement fortement a une crise d'angoisse se répétant sur plusieurs mois.
Le test que vous pouvez demander à votre généraliste est une épreuve d'effort avec un électrocardiogramme, pas de médicaments ou autres...
Cela vous permettra de savoir, pour le convaincre vous pouvez lui dire que le fait de ne pas savoir angoisse votre ami et aggrave les symptômes.

A bon entendeur, bonne chance!

Portrait de alex0350
J'aime 0

bonjour fufale

Depuis un bon moment j'ai des pointes dans la cage thoracique qui vont vers le bras gauche, je faisait un peu de course à pied et de piscine depuis j'ai pris peur pour mon coeur et j'ai tout arrèté. Je suis même rendu a voir peur de monter un escalier. Il y a 15 jours j'ai ressenti des pointes un peu plus fortes mais pas au point de me tordre de douleur, anxieux de nature j'ai été aux urgences, prise de sang, ecg, gaz du sang et RAS de plus le vendredi d'après teste d'effort et RAS aussi. En revanche après mon test j'ai eu beaucoup de mal à récupérer et le soir grosse brulure d'estomac et un peu de sang quand je crachais.
je suis en ce moment sous lysanxia et sous paroxétine, sa calme mon angoisse mais pas les symptomes.

Ton avis SVP

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir alex0350,

Ces douleurs peuvent être des douleurs d'angoisse prenant naissance en une pointe dans la poitrine ( ou de l'estomac, des épaules,...) pouvant irradier dans un bras et récidivantes, elles peuvent donc être confondues avec des douleurs pulmonaires ou cardiaques.

Néanmoins, avez-vous des antécédents ( ulcère gastrique, gastrite chronique,...), des antécédents pulmonaires ( bronchite récente,...)

Il faudrait consulter votre méd traitant pour revoir avec vous le dosage du traitement Paroxétine*, qui est le plus important dans votre cas, puisqu'il s'agit d'un recapturateur cérébral d'où baisse voire disparition des crises d'angoisse.

Peut-être aussi, si les saignements persistent, même légèrement, voir pour une fibroscopie et une radiographie pulmonaire, voire échographie cardiaque pour examiner l'état des coronaires.

Ne laissez pas ces douleurs s'amplifier, surtout si vous êtes anxieux de nature, l'anxiété peut avoir des répercussions sur l'épigastre ( région de l'estomac ).

Mieux vaut consulter, de toute façon, vous parlez de symptômes depuis plus 15 jours déjà ( => exploration cardiaque à envisager ).

Ne pensez pas au pire, vous avez fait ce qu'il fallait en demandant de l'aide sur le forum.

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de alex0350
J'aime 0

bonsoir et merci fée clochette

Qu"est ce que vous voulez dire par exploration cardiaque ? Je n'ai aucun antécédents gastrique ou pulmonaire et ne fume pas, tension normale, pas choléstérol et j'ai 26 ans.

Je suis toujours fatigué en ce moment et je ne retrouve pas l'apétit.

Je vais voir un ostéo demain on va voir sa ne peux pas faire de mal.

Merci encore de ta réponse

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Douleurs thoraciques, essouflements, fatigue, perte d'appétit,... contrôlez votre thyroïde.

Analyse à faire : TSH, T3L et T4L. Il faut faire absolument les 3.
Pas besoin d'être à jeun.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour alex0350,

Ne vous inquiètez pas = j'entendais : "exploration cardiaque" par échographie.

Demandez donc le bilan sanguin, à votre méd traitant, suggéré par Christiane59 pour contrôler votre thyroïde ( cf = symtptômes décrit ci-dessus par Christiane ).

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Participez au sujet "angine de poitrine ? texte long mais besoin de votre aide svp ?"