Portrait de THERMOLLE

De ma propre expérience, franchir la porte des AA (ou autres groupes traitant d'autres dépendances et c'est déjà cela de gagné..C'est, selon moi, le plus dur à faire.
Pour être un peu plus à l'aise, téléphoner avant au numéro des AA le plus proche de chez vous, cela permettra de créer un premier contact avec une personne de votre futur groupe.
Cette personne vous introduira dans le groupe ..
J'avais peur , j'avais honte de moi mais une fois lle premier pas franchi, j'ai compris que seules les personnes malades alcooliques pouvaient me comprendre.
Cela m'a soulagée de savoir que j'étais pas seule à souffrir... Je vais chaque semaine aux réuunions et c'est avec plaisir et confiance que je discute avec le groupe de ce qui me tracasse, des problèmes que j'ai encore parfois. Certaines personnes sont également devenus des amis que je vois en dehors des réunion : au moins, avec ces personnes moins de tentation et puis surtoût en cas de faiblesse il y a toujours une oreille prête à vous écouter...
Il y a une telle gentillesse, une telle tolérance, cela m'a donné des ailes...
Quand aux bons conseilleurs, sachez que l'alcooliseme est une maladie incurable ... On ne peut aider quelqu'un à arrêter de boire s'il ne l'a pas fermement décidé...On apprend à vivre 24 heures à la fois en pouvant pour une fois marcher la tête haute et être fière de chaque journée d'abstinence..
Il faut apprendre à sauver sa peau , à être un bon égoïste ... Il faut surtout changer ses habitudes, casser certaines relations néfastes et s'entourer de gens qui méritent notre confiance ...
Bisous et courage à tous et toutes

Fanfan

Participez au sujet "alcool et autres dépendances"

Articles à lire concernant "alcool et autres dépendances"

  • ... L’opium, l'héroïne ou diacétylmorphine, la morphine et la codéine sont des dérivés de la morphine.Comme succédané synthétique ... exemple les benzodiazépines, ou d'autres psychotropes. L'alcool également est susceptible, en association avec la buprénorphine, ...