Portrait de Kaelzax

Bonjour,

Plusieurs sujets existent déjà sur le sujet, mais tous ont leurs différences c'est pourquoi je décide de créer une nouvelle discussion.

Je vous explique ce qu'il en est.

Ce n'est pas moi qui ai un problème, mais j'en souffre quand même. Le 29 aout, mon oncle a du aller d'urgence a l’hôpital parce qu'il vomissait du sang. Sur place, il a même vomi près de 2 litres.... Il s'est fait hospitalisé directement en soins intensifs. Apparemment, il ne lui restait que 20 plaquettes dans le sang alors que la normale est entre 150 et 400. =s
Mon oncle a 40 ans, il est alcoolique (et en est parfaitement conscient, ne s'en cache pas), il ne travaille pas depuis... presque toujours. Il est célibataire, vit seul, a déjà eu un enfant qui a aujourd'hui 16 ans mais il n'a aucun contact avec lui et n'en veut pas. Il boit depuis 25 ans, chaque jour, du matin au soir, pour une consommation entre 25 et 30 (voir plus) bières ou autres alcools par jour. C'est énorme.
Fort heureusement pour son entourage, cet alcool n'avait aucun effet négatif pour nous. Comportement normal, aucune agressivité, etc. Mais sa santé en a pris un coup.

A l’hôpital, ils ont dit qu'il avait une cirrhose du foie avancée. Ils avaient aussi trouvé un caillot de sang dans l’œsophage et peut-être un ulcère en dessous... La je suis dans le vague, ma famille n'a pas su confirmer...
Bref, ils l'ont gardé 10-11 jours a l’hôpital, ils l'ont "sevré" avec de l'ativan, il délirait grave et avait des hallucinations. Ils ont même du l'attacher parce qu'il arrachait ses fils et voulait s'enfuir pour boire une bière.
A sa sortie, il lui ont dit que s'il retouchait a l'alcool il allait mourir. Sans plus de précision. Ils ne lui ont donné que de l'ativan pour 4 jours et des vitamines ensuite. Rien d'autre. Aucun régime ou médicament. Son prochain rendez-vous est pour décembre. Rendez-vous qui n'est pas fixé et qu'il devra prendre lui-même le moment venu.
Des gens de centres de désintox (ou je ne sais pas trop) sont passés lui parler mais il en avait rien a cirer.
Une fois de retour chez lui, la journée même, il a bu 7 bières, le lendemain 10 et ensuite de retour a sa consommation normale, plus de 20...
D'ailleurs, la journée de sa sortie, je ne comprends pas pourquoi les médecins l'ont laissé sortir... Il peinait a se tenir debout, avait du mal a uriner seul....
Pourquoi l'ont-ils laissé partir? Procédure normale? Ils voulaient se débarrasser de lui? Ou un signe qu'il n'y avait plus rien a faire pour son cas?
Je suis dans l’incompréhension et ma famille et moi manquons d'informations de la part des médecins.

Je ne sais pas quoi faire. Je sais qu'il est impossible d'aider quelqu'un qui ne veut pas s'aider, mais quelque part, il aimerait pouvoir arrêter de boire, je pense.
Aujourd'hui, je parlais avec lui et bien qu'il dise qu'il s'en fout de mourir, qu'il voudrait mourir et que ça se termine vite, je sais qu'une part de lui ne le veut pas vraiment, puisqu'il disait avec tristesse qu'il ne peut pas arrêter de boire, qu'il en est incapable, que ça fait trop longtemps qu'il boit.
J'ai l'impression que dans sa tête, c'est qu'il ne conçoit pas comment il pourrait y arriver et qu'il a des préjugés sur les centres d'aide. Il se dit (il me l'a dit) que la-bas, on lui demanderait comment il se sent, s'il tient le coup et blablabla et que cela ne changerait rien a son manque ni ne l'aiderait.
J'ajouterai aussi que ce n'est pas tout a fait qu'il ne veut pas s'aider parce que quand je lui ai dit (gentiment) "si tu ne veux pas te faire aider, c'est ta vie, ton choix, je le respecte, je suis la pour toi malgré tout", il m'a directement dit que ce n'est pas qu'il ne veut pas, mais qu'il ne peut pas.

Vous avez des conseils a me donner? Des conseils pour l'aider a le "convaincre" de se faire aider? Ou des conseils sur les types d'aide qui peuvent exister pour lui?

C'est urgent qu'il ait un "déclic", qu'il réalise, parce que hier il recommençait a avoir envie de vomir (il s'est retenu et c'est passé), mais je sens son état très fragile. Il le dit lui-même, il ne se sent pas comme avant, physiquement surtout mais un peu dans sa tête aussi, il a les pieds engourdis tout le temps et les chevilles et jambes très enflées (la main droite également par moment) et des douleurs au ventre, au niveau du foie et ailleurs aussi plus haut, je ne saurais pas dire exactement ou, mais c’était assez propagé.

Et avec les infos que je vous ai transmis ici, est-il possible de savoir combien de temps il peut vivre ainsi s'il continue a consommer? Qu'est-ce qui l'attends?
On a eu peu d'infos des médecins et lui ne se rappelle pas, il était dans les vap' (et préfère ne pas savoir).
Il n'a pas de médecin traitant, ça ne facilite pas la communication pour comprendre et il ne veut pas retourner a l’hôpital ni les téléphoner.

Désolée pour la longueur de mon texte.
Merci de m'avoir lu et n’hésitez pas a me conseiller ou m’éclairer sur la situation. Tout conseil est bon a prendre.

Bonne journée,
Kaelzax

Participez au sujet "Alcool, cirrhose du foie, manque d'info de la part des médecins..."