Portrait de de zelicourt c

je cherche desesperement des raison a un acide lactique proche de zero, aucune etiologie n'est jamais donnée puique ce qui importe est plus un surdosage.
Un patient de 29 ans arrive au urgences pour une acidocétose, découverte d'un DID méconnu. Le lendemain matin, donc apres avoir recu une dose importante d insuline, dosage des lactates est fait, montrant un taux proche de zero. Quelles peuvent en etre les raison? L injection d insuline? Plutot connu pour augmenter le taux de lactates.. (Lors de son arrivée aucun dosage de lactate n avait ete fait, donc pas d historique!)
Je sais ca parait futile comme question, mais..

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

Acidocétose diabétique. Cette situation vient de l'augmentation du métabolisme des acides gras et de l'accumulation d'acides cétoniques c'est-à-dire assez tôt acétate et bêta1 hydroxybutyrate.. L'acidocétose diabétique survient habituellement dans le diabète insulinodépendant associé à un arrêt de l'insuline ou à une pathologie intercurrente comme une infection, une gastro-entérite, pancréatite ou un infarctus du myocarde, qui augmente les besoins d'insuline de façon aiguë et temporaire. L'accumulation d'acides cétoniques qui rend compte de l'augmentation du trou anionique est en compagnie le plus souvent d'une hyperglycémie à des gluco> 17 millimole par litre c'est-à-dire 300 mg par décilitre. Il est important de noter que puisque l'insuline prévient la production de cétone l'alcalinisation est rarement nécessaire excepté dans les acidost extrême c'est-à-dire quand le pH est inférieur à 7,1 est alors uniquement en quantité limitée.
La compréhension du métabolisme faisant intervenir la glycolyse ou rupture du sucre est la première phase de dégradation du glucose : le glucose est scindé en deux molécules d'acide pyruvique et une partie de l'énergie ainsi libéréesert à fabriquer un peu d'ATP (deux molécules d'ATP par molécules de glucose). Cette voie s'active aussi bien en présence qu'en l'absence d'oxygène mais comme elle utilise pas d'oxygène, elle est appelée voit anaérobie. Habituellement l'acide pyruvique est dégradé dans les mitochondries au cours des réactions chimiques de la voie aérobie qui nécessite l'oxygène. Dans ce cas comme en fin de compte il y a eu utilisation d'oxygène on considère que le processus de dégradation du glucose dans son ensemble intervient durant la respiration cellulaire aérobie avec pour conséquence une production d'ATP est beaucoup plus importante. Toutefois lorsque les muscles se contractent vigoureusement pendant un temps assez long et que l'activité contractile atteinte environ 70 % du maximum possible (par exemple lorsqu'on court le plus rapidement aussi sur une distance de 600 m), les muscles gonflés compris les vaisseaux sanguins qu'ils contiennent, entravant ainsi l'apport de sang et par le fait même celui de l'oxygène. Dans ces conditions la plus grande partie de l'acide pyruvique provenant de la glycolyse est transformée en acide lactique et l'ensemble du processus est appelé glycolyse anaérobie. En cas de déficit en oxygène c'est donc l'acide lactique et non le GATT carbonique et l'eau qui constitue le produit final de la dégradation du glucose. La plus grande partie de l'acide lactique passe du muscle à la circulation sanguine par diffusion et est complètement éliminée du tissu musculaire dans les 30 minutes qui suivent la fin de l'activité physique. Par la suite de l'acide lactique et capté par les cellules du foie, du coeur et des reins, qui peuvent l'utiliser comme source d'énergie. En outre les cellules du foie peuvent reconvertir l'acide lactique en acide pyruvique ou en glucose pour le retourner dans la circulation sanguine en direction des muscles, ou alors le convertir en glycogène qui sera emmagasiné dans le foie et les muscles.
La voit anaérobie c'est-à-dire la glycolyse procure environ seulement 5 % de l'ATP qui fournit la voie aérobie, par molécules de glucose ; cependant, elle produit de l'ATP environ deux fois et demie plus vite. Par conséquent, lorsqu'il faut de grandes quantités d'ATP durant de courtes périodes d'activité musculaire soutenue c'est-à-dire 30 à 40 secondes la glycolyse peut enfourner une grande partie. Ensemble, les réserves d'ATP et de CP et le système glycolyse-acide lactique peuvent entretenir une activité musculaire intense pendant presque une minute.
La glycolyse anaérobie répond très efficacement à la demande d'énergie des activités musculaires intenses et brèves, mais elle a ses défauts. D'autre part il lui faut d'énormes quantités de glucose pour produire des quantités relativement petit d'ATP.
j'espère que ceux-ci pourraient aider à comprendre mieux pourquoi tu constates ce phénomène.

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris

Participez au sujet "acide lactique proche de zero"