Varices des membres inférieurs : Traitement

1

Traitement 

Les traitements des varices des membres inférieurs sont :

  • Bas de contention.
  • Médicaments veino-tropes (dont l'efficacité a été dernièrement remise en question) : le rutoside, appelé également rutide, est un médicament veinotonique, et vasculo-protecteur, c'est-à-dire utilisé pour traiter des troubles des veines et des capillaires. Il s'agit d'une substance de nature végétale appelée également flavonoïde ou vitamines P, utilisée sous forme de comprimés entre autres pour lutter contre les symptômes des varices. Le rutoside est également utilisé pour traiter les crampes, les lourdeurs des membres inférieurs, et les hémorroïdes, essentiellement en cas de crise aiguë s'accompagnant de douleurs intenses. En cas de fragilité capillaire, entraînant une certaine tendance à la survenue de bleus, de saignements de nez, le rutoside est également indiqué. Cette substance occasionne quelques effets indésirables, à type de troubles digestifs sans gravité. Plus précisément le traitement des varices est différent selon la gêne de la pathologie, ou simplement si elle pose un problème d'esthétique des membres inférieurs. Il faut citer les traitements proprement dit, parmi lesquels certains sont nouveaux.
  • Mésothérapie le long du trajet veineux utilise de la vitamine PP, quelques gouttes d'anti-inflammatoires (sans corticoïdes : cortisone), et un anesthésique local de type procaïne.
  • Utilisation d'une substance sclérosante, essentiellement pour les petites veines quand l'insuffisance veineuse est diffuse.
  • La chirurgie veineuse consiste à effectuer une résection des gros troncs veineux : le stripping. Celui-ci consiste en l'ablation (on retire) d'une veine principale de la jambe après avoir effectué deux incisions : une à la cheville, et une autre à la cuisse. Généralement une hospitalisation de 48 heures est nécessaire. Il faut prévoir environ trois à quatre semaines d'arrêt de travail, et éviter l'exposition au soleil pendant environ deux mois.
  • La phlébotomie consiste à saisir la varice et à l'extirper (l'enlever) après avoir fait une ou plusieurs petites incisions. Ce type d'intervention s'adresse aux varices superficielles et modérées. Elle s'effectue sous anesthésie locale, et peut se faire au cabinet de phlébologie (médecine spécialisée dans le traitement des veines). Si, cette intervention est relativement légère, son évolution n'est pas aussi bonne que pour les autres interventions des varices. En effet, elle s'adresse essentiellement aux personnes ne présentant pas de surpoids, et à celles ayant une cicatrisation correcte.
  • Le laser endoveineux est une technique beaucoup plus récente. Elle consiste à scléroser (durcir, détruire) les veines, en glissant à intérieur de celles-ci  un système optique constitué d'une fibre qui délivre un rayon laser. Cette intervention se pratique sous anesthésie locale, ou éventuellement sous péridurale. La technique consiste à rétracter, grâce à la chaleur délivrée par le laser, les parois veineuses. L'évolution de ce type d'intervention est bonne. En effet, on remarque la disparition des varices situées en amont. Le laser endoveineux, nécessite néanmoins une surveillance pendant environ 24 heures, et l'on ne constate pas de récidive majeure. Le gros avantage de cette technique, est son utilisation pour le traitement des varices de gros calibre.
  • Le système closure s'effectue sous anesthésie locale, et consiste à introduire un tube dans la veine malade après avoir effectué une petite incision et ceci sous le contrôle échographique. Ce type d'intervention nécessite une matinée pour être pratiquée et son évolution est généralement bonne puisque le patient est sur pieds au bout de 48 heures environ. La position debout durant de longues périodes doit être évitée au maximum.

Aucun commentaire pour "Varices des membres inférieurs"

Commentez l'article "Varices des membres inférieurs"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.