Syndrome pulmonaire de Goodpasture : Examen médical

Examen médical 

  • La radiographie des poumons, met en évidence des opacités fugaces, de type migratrice, et n'ayant pas le même aspect d'un poumon à l'autre.
  • La tomodensitométrie montre des opacités alvéolaires en plage, dont la densité est variable, et comportant un bronchogramme aérique. Ce dernier est une radio du poumon, obtenue par bronchographie permettant de découvrir, ou de mettre en évidence, la présence d'une diminution du calibre des bronches, d'obstacles, ou encore, d'une ou de plusieurs communications, d'une plèvre avec les bronches.
  •  Autrement dit, il s'agit d'un signe radiologique, qui apparaît à la suite de la disparition de l'air, qui est normalement contenu à l'intérieur des alvéoles des poumons. L'air disparu, est remplacé par une substance liquidienne, ou par des cellules ce qui autorise alors, la visualisation de l'alvéole à la radiographie standard, c'est-à-dire sans préparation. 
  • Le lavage broncho-alvéolaire qui consiste à injecter un liquide à l'intérieur des alvéoles des poumons, puis à le récupérer, ramène un liquide de coloration rosée, parfois véritablement rouge, car contenant beaucoup de sang. La coloration de Perls permet de mettre en évidence, la présence de sidérophages autrement dit, de macrophages contenant une grande quantité d'hémosidérine, c'est-à-dire de fer, ce qui traduit une hémorragie à l'intérieur des alvéoles. 
  • La biopsie des reins, montre quelquefois l'apparition d'une glomérulonéphrite dont l'évolution est liée à des dépôts linéaires d'immunoglobulines IgG le long de la membrane basale glomérulaire, ce qui est visible grâce à l'immunofluorescence.

Analyses médicales 

Les examens de laboratoire montrent :

  • Une anémie ferriprive (à cause de la chute du taux de fer dans le sang) très fréquemment.
  • Une présence de protéines, et de sang dans les urines  (protéinurie et hématurie).
  • Une présence d'anticorps, le plus souvent de type IgG. Il s'agit d'anticorps anti-membranes basales (anti MB), alvéolaires et glomérulaires. Il faut effectuer cette recherche par immunofluorescence indirecte, et dosage radioimmunologique, ou immuno-enzymatique (ELISA).
  • On constate également, une élévation de la créatininémie (taux de créatine dans le sang) quand le patient a atteint le stade d'insuffisance rénale.

Aucun commentaire pour "Syndrome pulmonaire de Goodpasture"

Commentez l'article "Syndrome pulmonaire de Goodpasture"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.