Syndrome Méningé : Cause

1

Cause 

Le syndrome méningé est le plus souvent dû à une méningite ou à des hémorragies des méninges.
Néanmoins il est quelquefois le résultat d'une affection plus rare telle que l'angiostrongylose. Il s'agit d'une parasitose (maladie causée par un parasite) appelée également méningoencéphalite éosinophile. Il s'agit d'une affection du système nerveux central qui le résultat d'une parasitose par un nématode. Cette pathologie se manifeste avant tout par un syndrome méningé avec une hyperéosinophilie c'est-à-dire une augmentation du taux d'éosinophiles (variété de globules blancs) dans le sang. Les nématodes appartiennent à une classe particulièrement importante de némathelminthes qui comprennent des espèces marines, d’eau douce ou terrestres, caractérisées par un tube digestif complet. L’ascaris, les filaires et la trichine sont des nématodes qui parasitent l’homme. ­
L'agent responsable (agent pathogène) est la larve d'Angiostrongylus cantonensis qui est un parasite du rat. La maladie est transmise à l'homme à la suite d'ingestion de larves. Ces larves sont contenues à l'intérieur des escargots, des mollusques, des poisson et des crustacés, en particulier les crevettes d'eau douce entre autres. Le réservoir du parasite est le rat. Les crabes mangés crus ou insuffisamment cuits ou bien les végétaux souillés par de petits mollusques sont également responsables de parasitose humaine.
L'angiostrongylose est endémique dans certaines zones d'Asie du Sud-Est et plus particulièrement dans certains pays comme la Chine, la Thaïlande, Malaisie, l'Indonésie ou encore les Philippines. Certaines îles du Pacifique sont également concernées par cette pathologie infectieuse.
Le délai entre la contamination et l'apparition de la maladie, c'est-à-dire l'incubation, est d'environ 10 jours (parfois un peu plus).
La maladie débute par des maux de tête (céphalées) et une raideur de la nuque traduisant le syndrome méningé.
Ensuite apparaissent des paresthésies (fourmillements, brûlure, impression d'électricité) et quelquefois une paralysie du visage mais celle-ci est transitoire.
Le patient est également susceptible de présenter une fièvre, des vomissements. L'examen montre qu'il se met en position de soulagement, en chien de fusil le plus souvent.
Ces perturbations sont susceptibles d'être dues à un syndrome méningé le plus souvent frustre. Quelquefois ces symptômes sont le résultat d'une méningite à éosinophiles. Dans ce cas l'évolution est généralement bénigne mais traînante, pouvant durer quelques mois.
Les examens de laboratoire et plus précisément la prise de sang met en évidence une augmentation du nombre des éosinophiles (traduisant l'infection par le parasite) dans le sang et dans le liquide céphalo-rachidien obtenu après ponction lombaire. Le diagnostic est confirmé grâce au test ELISA.
Cette pathologie ne doit pas être confondue avec une méningite tuberculeuse, une gnathostomiase.
Le traitement fait appel à des médicaments contenant du tiabendazole ou de l'ivermectine.
Les autres médicaments et en particulier les antalgiques permettent de soulager la douleur. Dans certains cas les corticoïdes (cortisone) peuvent être utiles.
La prévention consiste à effectuer une cuisson suffisante des mollusques et des crustacés. D'autre part la consommation de végétaux souillés doit être évitée quand cela est possible.

Aucun commentaire pour "Syndrome Méningé"

Commentez l'article "Syndrome Méningé"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.