Syndrome de Sjögren : Examen médical

Examen médical 

L'hémogramme (analyse de sang) montre une anémie et une leucopénie (baisse du nombre de globules blancs) dans environ 25 à 30 % des cas.
La vitesse de sédimentation est accélérée, l'électrophorèse des protéines plasmatiques (dissociation des protéines soumises à un champ électrique) montre une hypergammaglobulinémie polyclonale dans 50 à 70 % des cas.
Les gammaglobulines sont une variété de protéines essentiellement utilisées comme anticorps. Le facteur rhumatoïde est positif dans environ 60 % des cas. La recherche de cryoglobuline (voir ci-dessus) est positif dans 20 % des cas.
Des anticorps antinucléaires (anticorps dirigés contre le noyau de la cellule) sont positifs dans 50 à 80 % des cas. Une autre variété d'anticorps anti-Ro (SSA) (et anti-La (SSB) sont positifs dans 80 %.
La biopsie (prélèvement) des glandes salivaires est indispensable au diagnostic et à la surveillance de la patiente. Elle consiste à enlever, sous anesthésie locale, des échantillons de la glande salivaire. Ceux-ci sont prélevés sur la face interne de la lèvre inférieure. L'examen microscopique montre la pénétration à l'intérieur du tissu salivaire d'une variété de globules blancs des lymphoplasmocytes. Ils montrent également la destruction d'une partie de la glande (acinus) et des canaux qui permettent d'évacuation de la salive. Enfin la biopsie de la glande salivaire permet le suivi de la patiente. En effet au cours des différents prélèvements on peut constater la fibrose (perte d'élasticité) de la glande salivaire. Il a été mis en place une cotation en rapport avec l'infiltration plasmocytaire (pénétration des plasmocytes). Cette cotation va de 0 à 4. Les stades 3 et 4 permettent de porter avec certitude le diagnostic de syndrome de Gougerot-Sjögren.La scintigraphie des glandes salivaires consiste à injecter un produit radio-isotopique décelé par un appareil récepteur. Le produit administré au patient est du technétium 99m. Cet examen est très sensible mais pas spécifique.

Consultation médecin 

Difficultés à déambuler.
Douleurs musculaires.
Augmentation de volume des parotides.

Analyses médicales 

Différents tests permettent de confirmer le syndrome de Goujerot-Sjögren se sont :
Le test de Schirmer qui utilise un buvard dont on mesure la longueur qui sera imprégné par la salive. Celui-ci est imprégné par les larmes. Si le buvard est mouillé sur une distance inférieure à 10 mm en cinq minutes, le test est positif.
Le test de la coloration au rose bengale est une épreuve qui consiste à mettre dans l'œil du patient atteint par la maladie de Goujerot-Sjögren, une solution (un mélange) de rose bengale (variété de colorant) qui permet de mettre en évidence les cellules de la conjonctive (fine peau recouvrant le devant de l'œil et l'intérieur de la paupière inférieure) et de la cornée (membrane recouvrant et protégeant le globe oculaire en avant) qui sont touchées par cette maladie.
Cryoglobulines : Immunoglobulines (anticorps) présentes dans le sang (cryoglobulinémie) susceptibles de se transformer (dissolution ou solidification) sous l'effet d'une température inférieure à 37°C. Ces modifications ont tendance à provoquer l'obstruction des vaisseaux et plus spécifiquement l'altération de leur paroi à la suite d'une réaction immunitaire antigène anticorps. La conséquence sera l'apparition de purpura (infiltrations de globules rouges dans le derme). On distingue plusieurs types de cryoglobuline : les cryoglobulines de type I provenant de la multiplication d'un certain type de globules blancs (les lmphoplasmocytes), les cryoglobulines mixtes dites de type II ou III, comprenant une association de deux immunoglobulines rencontrées généralement dans des maladies auto-immunes (le malade fabrique des anticorps contre ses propres tissus).
Anomalie de fonctionnement de la glande thyroïde.
Présence d'auto-anticorps (antigènes nucléaires solubles, anti-SS-A ou anti-SS-B ou anti-Ro ou anti-La).
Recherche des anticorps dirigés contre le virus de l'hépatite C.

2 commentaires pour "Syndrome de Sjögren"

Portrait de POIRE MARCO
J'aime 0

depuis 10 ans j'ai un sgs survenu au décours d'une pemphigoide bulleuse;il y a 2 ans diagnostic d'un parkinson confirmé au datscan et
traité au modopar; à mon dernier rv chez le neurologue celui-ci m'annonce que j'ai une neuropathie peripherique en raison de ma mention de dysesthésies en socckettes bilaterales et donne rv pour electromyogramme ,disant que c'est une complication du sgs?

Portrait de POIRE MARCO
J'aime 0

depuis 10 ans j'ai un sgs survenu au décours d'une pemphigoide bulleuse;il y a 2 ans diagnostic d'un parkinson confirmé au datscan et
traité au modopar; à mon dernier rv chez le neurologue celui-ci m'annonce que j'ai une neuropathie peripherique en raison de ma mention de dysesthésies en socckettes bilaterales et donne rv pour electromyogramme ,disant que c'est une complication du sgs?

Commentez l'article "Syndrome de Sjögren"