Syndrome de la Côte cervicale : Symptômes

1

Symptômes 

Ils sont quelquefois bilatéraux (des deux côtés). Il peut s'agir de douleurs et paresthésies (fourmillements) à l'intérieur du bras (face interne) qui sont amplifiées lorsque le patient tourne la tête, dans certaines positions du bras, à l'inspiration profonde (remplissage des poumons), au cours de certains sports ou lors du port d'un poids.

Il est possible de rencontrer une diminution du volume musculaire (hypotrophie) au niveau de la main (interosseux) et de l’éminence thénar (gros muscle de la main situé dans le prolongement du pouce). Quelquefois, cette hypotrophie s'accompagne de difficulté à bouger les doigts (troubles moteurs).

Les autres symptômes sont :

  • Pâleur de la main (décoloration).
  • Cyanose (coloration bleue-gris de la main) à un stade avancé.
  • Présence d'un syndrome de Raynaud : les doigts des mains et des pieds, comme n’importe quelle autre partie de l’organisme, comportent de petites artères appelées artérioles. Quand elles sont soumises au froid, elles se « ferment », c’est-à-dire que leur calibre diminue, entraînant une chute de la vascularisation à ce niveau. En terme médical, cela s’appelle une ischémie digitale paroxystique, qui se manifeste par l’apparition successive d’épisodes de pâleur et de cyanose (coloration tirant sur le bleu-gris et traduisant un manque d’oxygène dans les doigts). Une coloration rouge vif associée à une douleur des doigts concernés peut être provoquée par un réchauffement trop brutal ou un stress émotionnel interrompant l’arrivée du sang. La localisation de ce phénomène se limite parfois à deux ou trois doigts de chaque main. On estime que le phénomène de Raynaud touche environ 10 % de la population générale.
  • Oedème du bras dans quelques cas.

Physiopathologie 

Habituellement, une vertèbre comporte deux apophyses (parties saillantes) transverses (sur le côté) et une apophyse épineuse implantée en arrière du corps de la vertèbre.

Le syndrome de la côte cervicale est dû à une hypertrophie (augmentation de volume) de l'apophyse transverse d'un côté ou des deux côtés de la septième vertèbre cervicale : ce que l'on appelle côte surnuméraire (ou côte cervicale) n’est en fait que cette hypertrophie de l'apophyse transverse située au-dessus des cotes normales.

La compression qu'elle exerce sur l'artère sous-clavière est susceptible de provoquer une ischémie (diminution du flux sanguin dans l'artère) ou une thrombose (constitution d'un caillot sanguin pouvant obstruer l'artère).

Diagnostic différentiel 

Le diagnostic différentiel est sans doute, en ce qui concerne le syndrome de la traversée cervico- thoraco-brachiale, le temps le plus important de la consultation. En effet, la fréquence des diagnostics erronés, dont le plus commun est le syndrome du canal carpien, est élevée. C'est ainsi  qu'un nombre relativement important de patients opérés pour un syndrome ducanal carpien, sans succès, viennent consulter, étant donné la persistance des symptômes. Il y avait donc eu erreur et le syndrome du canal carpien avait été diagnostiqué à la place du syndrome de la traversée cervico-thoraco-brachiale.

 À l'opposé, le diagnostic différentiel peut être difficile quand le patient présente une véritable névralgie cervico-brachiale liée par exemple à une hernie discale cervicale.

Aucun commentaire pour "Syndrome de la Côte cervicale"

Commentez l'article "Syndrome de la Côte cervicale"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.