Syncope

Le collapsus se situe grosso modo entre la syncope et l'adynamie c'est-à-dire l'absence de capacité à effectuer des mouvements. Le collapsus de Cullen est une dénomination généralement utilisée en spécialité de médecine cardio-vasculaire et désignant une forme de collapsus d'un organe, plus particulièrement du cœur, indiquant l'effondrement de celui-ci.

Symptômes

Pâleur importante
Arrêt respiratoire le plus souvent
Bradycardie ou au contraire tachycardie
Hypotension artérielle (diminution de la tension artérielle)
Élévation très importante de la température (hyperthermie maligne)
Déshydratation importante
Convulsions

Les pathologies susceptibles d'entraîner une syncope sont (liste non exhaustive) :

La douleur plus ou moins intense selon les individus ou une forte émotion entraîne quelquefois une syncope.

L'hypoglycémie qui correspond à une chute du taux de sucre dans le sang entraîner des syncopes pouvant aller de la faiblesse s'accompagnant de sueurs et une fringale jusqu'à la syncope et quelquefois des conditions avec coma.

Le spasme du sanglot est une variété de convulsions relativement fréquentes touchant l'enfant âgé de quelques semaines jusqu'à cinq ans, survenant toujours au cours de pleurs et de colère et pouvant être une expression particulière d'une syncope.

L'hydrocution de Lartigue est une syncope apparaissant soudainement pendant un bain dont la température est insuffisante, entraînant quelquefois la noyade brutale par asphyxie. Le noyé est tout d'abord blanc puis change de couleur pour devenir bleu.

La maladie de Bouveret correspond à une tachycardie paroxystique, c'est-à-dire une accélération intense du cœur, commençant et finissant brusquement.

L'embolie pulmonaire est l'obstruction brutale de l'une des branches de l'artère pulmonaire ou de l'artère pulmonaire elle-même. Cette affection, à l'origine de nombreux décès en milieu hospitalier, est due à la formation d'un caillot (petite masse de sang coagulée) formé à l'intérieur d'une veine (généralement profonde au niveau d'un membre inférieur, de l'abdomen ou du petit bassin). Ce caillot va migrer, grâce à la circulation sanguine, de l'endroit de sa formation jusque vers les poumons qui servent en quelque sorte de filtre.

L'infarctus du myocarde qui aboutit à la destruction du myocarde (muscle cardiaque) fait suite à l'oblitération par une thrombose c'est-à-dire la formation d'un caillot dans une artère coronaire, artère permettant normalement l'irrigation du myocarde.

La maladied'Emery-Dreyfus est une variété de dystrophie (anomalie du développement) musculaire rare progressive dont la transmission se fait par l'intermédiaire du chromosome X. Les patients présentant la maladie d'Emery Dreyfus qui possèdent la caractéristique de présenter des rétractions musculaires importantes voient leurs symptômes survenir relativement précocement.

Le malaise vagal (ou syncope vagale) correspond à une brève perte de connaissance qui est provoquée par une suractivité (activité trop importante) des nerfs pneumogastriques.

À maladie de Bouveret appelée également tachycardie paroxystique supraventriculaire, ou tachycardie jonctionnelle par réentrée intranodale correspond à une tachycardie paroxystique, c'est-à-dire d'une accélération intense du cœur, commençant et finissant brusquement.

La maladie d'Adams-Stokes (correspond un ensemble d'accidents neurologiques de gravité variable (du vertige à la mort subite), due à un arrêt brutal, plus ou moins long, de l'irrigation cérébrale, causé la plupart du temps par le ralentissement ou un arrêt des battements du cœur.

La névralgie du glosso-pharyngien (glosso pharyngeal neuralgia) est une névralgie qui siège dans la région de l'angle de la mâchoire qui sont déclenchées par la déglutition (le fait d'avaler), un mouvement, l'émission d'un son, un éternuement.. Elle se fait en jusqu'à la base de la langue et les manifestations douloureuses irradient vers l'oreille, l'amygdale, le pharynx et l'oreille moyenne. Ces douleurs comparables à celles de la névralgie du trijumeau sont très intenses, déchirantes, et siègent d'un seul côté. L' évolution de la névralgie du glosopharyngien se fait par crises paroxystiques.

La tamponnade est une compression du cœur survenant de façon aiguë, secondaire à un épanchement péricardique. L'épanchement péricardique est la présence de liquide séreux situé entre les deux feuillets constituant le péricarde (membrane de recouvrement et de protection du cœur).

La torsade de pointes de Dessertenne (en anglais twisting spuces) correspond à un trouble excessif du rythme des ventricules cardiaques, se traduisant par des accélérations du rythme cardiaque à type de tachycardie (à différencier de la fibrillation ventriculaire). La torsade de pointes se caractérise sur le tracé électrocardiographique (ECG) pour les spécialistes par une succession rapide de ventriculogrammes atypiques (200 à 250 par minute). Ceux-ci ans des amplitudes variées.

Une dysrégulation (mauvaise régulation) du système nerveux sympathique appelée vagotonie de Eppinger et Hess tonus (terme issu de tonus : ressort, en anglais vagotonia) appelée également parasympathicotonie correspond une anomalie présentée par certains patients et se caractérisant par une sensibilité spéciale du système nerveux autonome sous l'égide du nerf vague. Cette dysrégulation (mauvaise régulation) est à l'origine d'une bradycardie, d'une tendance aux syncopes et à l'anxiété, d'un myosis (diminution du calibre des pupilles) s'accompagnant d'une augmentation de l'espace entre les paupières (fente palpébrale), d'une transpiration se localisant aux extrémités des membres, d'une sécrétion excessive de salive, d'une hyperchlorhydrie (excès de sécrétion de l'acide chlorhydrie par l'estomac), d'une constipation de spasmes, d'épisodes de diarrhée et de troubles de la respiration.

Le syndrome de Bruns correspond à un ensemble de symptômes se caractérisant par des maux de tête survenant par paroxysmes (accès aigus) associés à des vomissements, des pertes d'équilibre et quelquefois des troubles de la vision.

La maladie de Takayashu est une affection rare étudiée par le Japonais Mikito en 1908. Elle se caractérise par un début survenant vers l'âge de 20 ans et s'observe essentiellement en Asie et en Amérique du Sud ainsi que sur le pourtour de la Méditerranée. Cette pathologie s'accompagne d'une inflammation chronique (s'étalant sur une longue période) des grosses artères, essentiellement chez la femme (8 fois sur 10), que les spécialistes appellent aorto-artérite non spécifique ou thrombo-aortopathie occlusive.

L'épilepsie pleurale (anglais pleural epilepsy) est la dénomination du phénomène susceptible de survenir parfois au cours de l'intervention portant sur les plèvres pulmonaires qui sont les membranes de recouvrement et de protection des poumons. Cette pathologie se voit également au cours de certaines atteintes pulmonaires. L' épilepsie pleurale est quelquefois source d'ischémie cérébrale et donc de syncope.

L'hyperinsulinisme appelée également syndrome de Harris, correspond à un taux trop important dans le sang, d'insuline. Ceci aboutit quelquefois à des convulsions avec hypoglycémie (chute du taux de sucre dans le sang) s'accompagnant de lipothymie voir de syncope. Ce syndrome (ensemble de symptômes) est dû à une lésion du pancréas à l'origine d'une sécrétion trop important d'insuline (insulinome ou hyperplasie des îlots de Langerhans).

Le syndrome de Jervell et Lange-Nielsen est une affection héréditaire relativement rare, dont la transmission se fait selon le mode récessif (il est nécessaire que les deux parents portent l'anomalie génétique pour que l'enfant ait la maladie). En dehors d'une surdité et d'une mutité (l'enfant est mué) entre autres, on constate la survenue de syncopes.

Le syndrome sinu-aortique (anglais aortic sinus syndrome)correspond à de brefs les épisodes de chute de la tension artérielle (hypotension) s'accompagnant quelquefois de vertiges ou de syncopes. Ces symptômes sont liés à une élévation brutale et courte de la tension artérielle à l'occasion entre autres d'une de toux. Il s'agit d'une perturbation de certaines zones en relation directe avec les réflexes sinucarotidiens situés sur la carotide et au niveau du cœur. Ce phénomène correspond à une hyperexcitabilité (ces zones sont excitables).

Le syndrome de Romano-Ward est une maladie rare sans doute familiale et dont la transmission se fait selon le mode autosomique dominant (il suffit que l'un des deux parents porte l'anomalie génétique pour que la descendance présente la pathologie). Cette affection se caractérisant sur le tracé électrocardiographique (pour les spécialistes) par des modifications de celui-ci c'est-à-dire un allongement de l'espace QT. Quelquefois on constate la présence d'anomalies des ondes T, d'une bradycardie (diminution du rythme cardiaque) , d'un trouble du rythme des battements des oreillettes, d'un raccourcissement de l'espace PR. L' interrogatoire du patient révèle la survenue de syncopes à répétition et de troubles du rythme des battements du ventricule à type d'extrasystoles (contraction supplémentaire au contraction normale), de fibrillation ou de torsades de pointe. L'évolution de cette pathologie n'est pas bonne (survenue de mort subite). En comparaison avec le syndrome de Jervell et Lange-Nielsen on ne constate pas de surdité.

La polyganglionévrite de Laruelle et Reumont dont l'origine est inconnue, correspond un ensemble de symptômes mis en évidence grâce à l'interrogatoire du patient qui révèle la survenue de paresthésies. Il s'agit de troubles de la sensibilité, désagréables et non douloureux, donnant l'impression de palper du coton, et pouvant s'accompagner d'une anesthésie (disparition plus ou moins importante de la sensibilité). Le terme généralement employé est fourmillement ou formigation (mot beaucoup moins souvent utilisé). Le patient se plaint également de parésies c'est-à-dire de paralysies légères consistant en une diminution des possibilités de contraction des muscles. L'évolution le plus souvent péjorative de cette pathologie se fait vers une paralysie de l'appareil respiratoire avec une syncope d'origine cardio-vasculaire. Le décès du patient est dû à une paralysie respiratoire dans un délai de 10 à 45 jours. On constate, par l'étude histologique (des cellules composant l'organe lésionné) la présence de lésion proliférative, aboutissant à une destruction de l'ensemble des ganglions du cerveau et de la moelle épinière. On constate d'autre part des lésions entraînant une dégénérescence des nerfs périphériques.

Test rattaché à la syncope

Certaines épreuves sont pratiquées de façon à permettre la mise en évidence de l'origine cardiaque d'une syncope.

Le test de Narula (en anglais Narula's test) est une épreuve qui se pratique au cours de l'exploration de l'intérieur des cavités cardiaques et plus précisément du faisceau de His. Ce test consiste à provoquer de façon électrique les battements de l'oreillette. Habituellement à l'arrêt de la stimulation électrique on constate une pause sinusale. Si la durée de celle-ci est excessive cela indique un mauvais fonctionnement de l'automatisme du sinus.

L'épreuve d'inclinaison (tilt-test) est une épreuve dont le but est de mettre en évidence l'origine d'une syncope liée à l'hypotension orthostatique c'est-à-dire la survenue de malaise quand un patient passe de la position assise couchée à position debout et ceci brutalement. Pour pratiquer l'épreuve d'inclinaison il est nécessaire de posséder une table basculante. La tension artérielle et le pouls est la cognition (niveau cognitif : conscience) du patient sont surveillés. Celui-ci est en position presque vertical pendant un temps plus ou moins long. Généralement l'épreuve dure 40 minutes et le patient est mis en inclinaison à 60 degré. On considère épreuve comme positive quand elle entraîne une syncope ou une lipothymie sévère avec chute de la tension artérielle. Plus précisément c'est le chiffre le plus élevé c'est-à-dire le chiffre systolique qui doit chuter.

L'épreuve à l'ajmaline de Guérot (en anglais ajmaline test) est une épreuve dite pharmacologique qui se réalise au cours de l'enregistrement de l'intérieur des cavités cardiaques. Pour les spécialistes se sont les potentiels du faisceau de His qui sont enregistrés pour mettre en évidence une origine cardio-vasculaire d'une syncope. L'ajmaline est injectée dans une veine. Ceci a pour conséquence de ralentir la conduction entre l'oreillette et le ventricule. L'espace qui est mesuré est l'espace HR. Son allongement (plus précisément celui du potentiel du faisceau de His au début du ventriculogramme) est faible chez le sujet sain. Quand il existe un bloc auriculoventriculaire ce chiffre est multiplié par 2 (quelquefois plus). Au cours d'une autre pathologie cardiaque : le bloc paroxystique ce chiffre est également élevé.

Évolution

La syncope est susceptible d'évoluer vers le coma dépassé de Mollaret et M. Goulon (en anglais irréversible coma). Pour aboutir à un coma dépassé la syncope doit être suffisamment prolongée et le plus souvent associée à des lésions du système nerveux. On parle également de mort cérébrale ou de mort encéphalique (terme plus récent) associée à une abolition des fonctions végétatives (l'autonomie permettant aux organes du patient de fonctionner seul, est aboli). Au cours de ce coma la vie du patient est assuré uniquement par une aide extérieure c'est-à-dire l'utilisation par l'emploi permanent d'un appareil respirateur et de perfusions de médicaments dits vasopresseurs (permettant de maintenir une certaine tension et une circulation sanguine convenable à l'intérieur des vaisseaux).

Forum : discussions concernant "Syncope"

  • syncope a un stimuli lumineux ... je voudrais savoir a quoi pourrais ètre du une syncope suite a un stimuli lumineux, type machine d'ophtalmologie (carré rouge avec point jaune cliniotant et ligne rouge bougeant). cette syncope est survenu assise, et pour la première fois, aucun antécédent ...
  • syncope je voudrais l'avis d'un médecin... ... Bonjour, J'ai eu une syncope hier soir, ce n'estp as la première fois et cela se passe toujours ...
  • Syncope et malaise vagal ... Bonjour ! Je voulais savoir si un syncope c'est la même chose qu'un malaise vagal? Ou peut-on dire malaise tout ...
  • Tachycardie + Syncope ... reste conscient et nous entend ! Il finit par faire une syncope et y reste quelques fois assez longtemps. Lorsqu'il se réveille, soit ...
  • syncope a l'effort ou pas ... les mains forte diarrhée sueurs froides tout cela avec syncope plus ou moins longue, baisse de tension ,de tempèrature et du rythme ...
Lancez une discussion sur le forum

Aucun commentaire pour "Syncope"

Commentez l'article "Syncope"