Stéatohépatite non alcoolique : Traitement

Traitement 

Correction des désordres métaboliques (diabète, triglycérides etc.) par une prise en charge diététique et des exercices physiques appropriés (par exemple une demi-heure à trois quarts d'heure de marche intensive par jour).Quand il existe une obésité importante c'est-à-dire quand l'IMC est supérieur à 35 et que la diététique entre autres n'a pas donner les résultats escomptés, et enfin après avoir éliminé la présence d'une cirrhose et  d'une hypertension de la circulation portale (au niveau du foie), il est parfois envisagé une intervention chirurgicale bariatrique. De façon générale la chirurgie bariatrique est une variété de chirurgie destinée à intervenir chez les individus présentant des IMC supérieurs à la normale. L'IMC se calcule de la façon suivante : poids (en kg) divisé par [taille (en m) X taille (en m²)]. Quand celui-ci est Inférieur à 18,5 : on parle de maigreur. Quand il est compris entre 18,5 et 24,9 : il correspond au poids habituel. Au-dessus de ces normes le patient est considéré comme présentant un dysmétabolisme lipidique (obésité entre autres).

Contrairement à l'idée reçue selon laquelle il est nécessaire de perdre une grande quantité de graisses au cours de cette affection , le traitement de la stéatohépatite ne doit pas être trop rapide et ne pas excéder 1,6 kg par semaine. Dans le cas contraire la maladie risque de s'aggraver. Plus précisément c'est l'hépatopathie (maladie du foie) qui est susceptible de favoriser l'inflammation et la fibrose des cellules hépatiques.

Quand le patient est diabétique les équipes médicales spécialisées en diabétologie et en médecine interne préconisent l'utilisation de médicaments contenant des biguanides (antidiabétiques pour individu non insulinodépendants c'est-à-dire ne nécessitant pas d'insuline pour que leur diabète soit équilibré). Parmi ces biguanides il semble que la metformine soit la mieux adaptée. Elle réduit l'affection hépatique, le taux de transaminases et la stéatose. Pour certaines équipes spécialisées la metformine diminuerait également la NASH même quand il n'y a pas de diabète reconnu.

Les nutritionnistes conseillent les acides polyinsaturés. En effet ces molécules sont recommandées parce qu'elles permettent de diminuer la stéatose et d'améliorer la résistance à l'insuline.

Certains médicaments appartenant aux antidiabétiques (sous forme de comprimés) de la famille des thiazolidilediones n'ont pas fait totalement la preuve de leur efficacité au cours de cette affection.

D'autres médicaments susceptibles de protéger contre le stress oxydatif (antioxydant) tels que la vitamine, le sélénium, la lécithine, la bétaïne, l'acide ursodésoxycholique, la N. acétylcystéine, la silymarine ont également été proposées pour lutter contre cette affection. Enfin la pentoxifylline et  le lactobacillus  auraient également une action sur le NASH.

Aucun commentaire pour "Stéatohépatite non alcoolique"

Commentez l'article "Stéatohépatite non alcoolique"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.