Régime dans le diabète sucré : Examen médical

Technique médicale 

La base du régime dans le diabète sucré, est la diminution de l'ensemble des glucides (sucre).

Chez les individus en surpoids, présentant par ailleurs une hypertriglycéridémie (élévation des triglycérides dans le sang) ou ayant une activité physique faible, il faudra plutôt conseiller 55 à 60 % de la ration calorique quotidienne en hydrate de carbone, par rapport à l'individu ne présentant pas d'hypertriglycéridémie sanguine, et une activité physique normale.

L'apport de sucre se fait, avant tout sous la forme d'aliments amylacés (riche en amidon), c'est-à-dire :

  • Le pain.
  • Le riz.
  • Les pattes.
  • Les féculents.
  • Les fruits et les produits laitiers seront moins consommés, de façon générale.

Le sucre de table, c'est-à-dire le saccharose, peut être ajouté à l'alimentation à raison de 10 % de la ration glucidique.

Il est également utilisé pour rééquilibrer la glycémie quand un patient présente une hypoglycémie, c'est-à-dire une chute du taux de sucre dans le sang.

Pendant une longue période, on a opposé : 

  • Les sucres rapides, appelés également mono et disaccharides, étaient considérés comme particulièrement glycémiques, c'est-à-dire très sucrés.
  • Les sucres lents, c'est-à-dire les polysaccharides ou glucides complexes étaient considérés comme faiblement hyperglycémiants.

En réalité cette classification est inutile car le glucose arrive à la même vitesse à l'intérieur du sang, qu'il soit sous la forme de chaînes courtes ou de chaînes de longue (amidon). Ceci est lié au fait que l'hydrolyse des sucres, par l'alpha amylase pancréatique, est très active.

En ce qui concerne les protéines, l'apport recommandé est d'environ 1 g par kilogramme de poids et par jour, c'est-à-dire à peu près 15 % de l'apport calorique quotidien. Il s'agit d'un pourcentage relativement voisin de la ration spontanée d'un individu qui ne présente pas de pathologie particulière. Le rapport entre les apports en protéines d'origine animale, et les protéines d'origine végétale, sera égal à 1. Autrement dit il est nécessaire d'apporter autant de protéines animales, que de protéines végétales.

En ce qui concerne l'enfant et la femme enceinte ainsi que la personne âgée, les apports quotidiens en protéines seront plus élevés et devront dépasser 1 g par kilo et par jour. Les protéines animales semblent meilleures que les protéines végétales, car ayant une valeur biologique plus élevée.

En ce qui concerne les apports en lipides (corps gras) ils doivent représenter 30 à 35 % des besoins énergétiques. Toujours en ce qui concerne les corps gras, le rapport entre les acides gras mono-insaturés, les acides gras poly-insaturés, et les acides gras saturés doit se situer autour de : 2/1/1.

Il est nécessaire de savoir que plus l'apport en sucre est élevé, moins la ration en graisses est élevée. Ainsi pour une ration glucidique de 55 % la ration lipidique sera d'environ 30 % avec un rapport de : 1/1/1.

A l'inverse si la ration glucidique, c'est-à-dire en sucre est de 45 %, la ration lipidique c'est-à-dire en corps gras doit être d'environ 40 % avec un rapport de : 2/1/1.

Les graisses saturées, sont plus athérogènes que les graisses noms saturés ou les graisses insaturées. Autrement dit, elles sont plus intensément sources d'athérosclérose. C'est la raison pour laquelle l'apport en graisses saturées doit être inférieur à 10 % et les apports en cholestérol inférieur à 300 mg par jour. Il ne faut pas oublier que les viandes grasses, la charcuterie sont interdites, et que le beurre est également fortement déconseillé. Il sera avantageusement remplacé par des margarines. En ce qui concerne les huiles végétales, c'est-à-dire les huiles de table, que ce soient les huiles de tournesol, de soja, de maïs, celles-ci sont plus riches en acides gras saturés que les huiles d'olive et les huiles d'arachide.

Les fibres végétales ont un rôle important à jouer dans le régime au cours du diabète sucré. Il est nécessaire d'apporter entre 10 à 14 g par jour de fibres alimentaires solubles. Celles-ci sont contenues dans les légumes, les fruits et les légumineuses. Ce sont surtout les légumes verts qui en contiennent plus. Les fibres alimentaires augmentent la disponibilité des glucides au sein de l'organisme, et permettent leur étalement en ce qui concerne l'absorption des nutriments par la muqueuse intestinale. Différentes expériences ont montré la réduction du taux de sucre dans le sang après un repas contenant une grande quantité de fibres, surtout quand il s'agit de fibres de cellulose et de fibres d'hémicellulose.

Ceci s'explique de la façon suivante : l' absorption du glucose est retardée favorisant de cette manière différents mécanismes comme par exemple :

  • Le ralentissement de l'évacuation de l'estomac.
  • L'accélération du transit intestinal.
  • La diminution de l'efficacité de l'hydrolyse enzymatique.
  • Une modification de l'absorption intestinale.

Ainsi l'apport en fibres via les aliments tels que les fruits et légumes, aboutit à diminuer l'index glycémique. (voir le régime dans le cancer du côlon). La répartition des repas dans le régime au cours du diabète sucré se fait de la façon suivante :

  •  Quand le diabète est instable ou nécessite de l'insuline, il faut trois principaux repas et trois collations. Les repas seront organisés de la façon suivante :
    • Le petit déjeuner apporte à peu près 15 % de la ration énergétique quotidienne.
    • A 10 heures le patient diabétique devra prendre une collation qui lui apportera la moitié de l'apport énergétique du petit déjeuner, soit à peu près 7 à 8 % de la ration quotidienne.
    • Le déjeuner apporte, quant à lui, un tiers de la ration énergétique quotidienne, soit à peu près 30 %.
    • La collation de 16 heures apporte, à l'instar de la collation de 10 heures, 8 % de la ration énergétique quotidienne.
    • Le dîner apporte, à l'instar du déjeuner de midi, 30 % de la ration énergétique quotidienne.
    • La collation du soir, la collation de 10 heures tout comme la collation de 16 heures, apporte 8 % de la ration énergétique quotidienne.
  • En ce qui concerne le diabète non insulinodépendant, c'est-à-dire ne nécessitant pas d'insuline pour être équilibré, la répartition des repas se fera légèrement différemment. Ainsi les collations seront moins obligatoires et éventuellement oubliées. La ration énergétique peut, comme pour un individu non diabétique, être dispersée sur trois principaux repas.

Forum : discussions concernant "Régime dans le diabète sucré"

  • kératite virale ... Bonjour, J'ai une kératite virale depuis l'âge de 12 ans. Aujourd'hui, j"en ai 24. Elle se ... très mal, le vent, la fatigue et je pense le stress (la kératite revenait à chaque rentrée scolaire ou bien à chaque entretien ...
  • ... demande avis d'un médecin pour kératite ... J'ai ma nièce qui a des problèmes depuis décembre 2007 de kératite. En fait, elle a eu au départ des sensations de brulures, elle a ...
  • blépharite et kératite ... 4 jours d'arrêt du traitement, je souffre maintenant de kératite. On m'a dit que celà pouvait venir d'une déficience du système ...
  • traitement kératite herpétique ... suis à la recherche d'informations sur le traitement de la kératite herpétique pour mes élèves. Quelqu'un pourrait-il me dire si l'on ...
  • Basedow>kératite ... dans la journée. un Ophtalmo m'a dit que j'avais une kératite, une mauvaise fermeture des paupières la nuit, et m'a prescrit du ...
Lancez une discussion sur le forum

Aucun commentaire pour "Régime dans le diabète sucré"

Commentez l'article "Régime dans le diabète sucré"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.