Postménopause et ostéoporose (stratégie thérapeutique) : Symptômes

1

Symptômes 

L'ostéoporose postménopausique fait partie des ostéoporoses primitives qui sont les plus fréquentes. Elle est souvent responsable de :

  • Fracture tassement des vertèbres
  • Fracture du poignet
  • Fracture du col du fémur

En dehors de l'ostéoporose postménopausique les autres variétés d'ostéoporose primitive (fréquentes) sont :

  • L'ostéoporose sénile au cours de laquelle le remodelage du tissu osseux entraîne une perte progressive de la masse de ce tissu osseux durant toute la vie.
  • L'ostéoporose d'origine génétique pour laquelle des mutations (bouleversements de certains gènes) ont ont été mis en évidence.
  • L'ostéoporose idiopathique de l'homme jeune qui est une maladie très rare touchant essentiellement les individus de 30 à 40 ans et dont l'évolution est péjorative.

Physiopathologie 

À âge égal, on constate que les patientes qui ont présenté une ménopause précoce ont une densité osseuse (solidité du tissu osseux) liée à une accumulation de minéraux abaissée par rapport aux femmes qui ont été ménopausées plus tardivement.

L'examen du tissu osseux chez une femme en postménopause montre la perte de l'os que les spécialistes appellent trabéculaire qui est beaucoup plus importante que celle de l'os cortical c'est-à-dire de l'os en périphérie. L'os trabéculaire est en quelque sorte l'os situé plus près du centre.

Le tissu osseux normal est constitué de support de protéines (plus précisément de collagènes) qui se minéraliseé c'est-à-dire se durcit sous l'effet des dépôts successifs des minéraux, en particulier le calcium, le phosphore et la silice.

Chez la femme en postménopause non seulement la calcification ne se fait pas convenablement mais la trame osseuse constituée de collagène (il s'agit en quelque sorte l'armature de l'os) est défaillante ce qui favorise la survenue de fractures par insuffisance osseuse.

L'insuffisance osseuse touche plus particulièrement la colonne vertébrale, les côtes, les cols du fémur, la ceinture pelvienne (pubis) et le squelette des jambes.

Aucun commentaire pour "Postménopause et ostéoporose (stratégie thérapeutique)"

Commentez l'article "Postménopause et ostéoporose (stratégie thérapeutique)"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.