Polyarthrite chronique symétrique progressive de Bezançon et Weil : Symptômes

Symptômes 

Les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde sont :

  • L'apparition de la douleur au niveau des articulations concernées quand la patiente ou le patient effectue un mouvement.
  • La raideur articulaire est assez fréquente. Le plus souvent cette raideur survient après une phase d'inactivité, c'est-à-dire quand le patient est resté un long moment sans mobiliser ses articulations.
  • La raideur qui survient le matin dépasse le plus souvent une heure. Ceci traduit de manière quasi constante l'inflammation de l'articulation. Il s'agit d'un point important qui permet de différencier la polyarthrite rhumatoïde, avec d'autres maladies des articulations ne s'accompagnant pas forcément d'une inflammation des articulations. Néanmoins, il existe des maladies non inflammatoires de l'articulation, qui s'accompagnent également d'une raideur.
  • En dehors de ces symptômes, les patients se plaignent également :
    • D'une faiblesse.
    • D'une certaine fatigue.
    • D'une perte d'appétit.
    • D'une perte de poids.

Le diagnostic doit être fait le plus précocement possible, pour limiter la destruction articulaire. Les premiers signes sont :

  • Des douleurs aux poignets ou aux pieds, généralement nocturnes, et augmentées au réveil, qui atteignent par la suite les articulations symétriques (des deux côtés).
  • De la fatigue.
  • De la fièvre.
  • Des modifications du volume des articulations, associées à un raidissement matinal.
  • La transformation progressive de la douleur en une gêne permanente.
  • Les poussées inflammatoires se succèdent de plus en plus fréquemment, atteignant d'autres articulations (genou, coude, épaules), et limitant les mouvements.

Apparaissent alors le plus souvent :

  • Des épanchements de liquide synovial.
  • Une chaleur cutanée (de la peau) au niveau des articulations touchées.
  • L'atteinte de la colonne vertébrale.

Physiopathologie 

Pour porter avec certitude le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde, il est nécessaire que le patient réponde aux critères de classification de la polyarthrite rhumatoïde. Ces critères ont été révisés en 1987.  Il est nécessaire que le patient présente quatre critères pour dire qu'il souffre de polyarthrite rhumatoïde (PR).

Ces critères sont les suivants :

  • La raideur articulaire et périarticulaire doit durer au moins une heure avant de voir apparaître une amélioration maximale.
  • L'arthrite doit concerner au minimum trois articulations, c'est-à-dire au moins trois articulations qui s'observent simultanément par le médecin. Ces articulations présentant un gonflement non seulement de l'articulation elle-même, mais des tissus situés autour de l'articulation. A cela doit s'associer un épanchement de l'articulation, et non pas seulement une excroissance osseuse. On décrit 14 zones articulaires susceptibles d'être impliquées dans la polyarthrite rhumatoïde dont :
    • Les interphalangiennes proximales.
    • Les métacarpophalangiennes.
    • Les poignets.
    • Les coudes.
    • Les genoux.
    • La hanche.
    • Les articulations métatarso-phalangiennes (des deux côtés).
  • L'inflammation des articulations doit concerner la main, le poignet, des articulations de manière bilatérale, c'est-à-dire par exemple les deux poignets, les deux  articulations métacarpophalangiennes.
  • Des nodules rhumatoïdes doivent être présents. Il s'agit de nodules sous-cutanés en regard des saillies osseuses sur la surface des extenseurs et des régions juxta articulaires.
  • Le facteur rhumatoïde doit être présent dans le sang.
  • Les modifications radiologiques typiques au niveau de la main du poignet doivent être présentes. Il s'agit d'érosion, ou des décalcifications osseuses, qui ne doivent pas être confondues avec d'autres maladies osseuses. Ces modifications radiologiques étant plus marquées près de l'articulation atteinte.

Diagnostic différentiel 

Il est nécessaire de ne pas confondre la polyarthrite rhumatoïde avec d'autres maladies et en particulier :

La fibromyalgie à cause de ces symptômes dont nous venons de parler, c'est-à-dire la fatigue, la raideur matinale, et plus rarement le gonflement entre autres. La raideur se situe au niveau d'une seule ou de plusieurs articulations en ce qui concerne la polyarthrite rhumatoïde et, en ce qui concerne la fibromyalgie, la raideur touche essentiellement le dos, et un grand nombre de masses musculaires du corps. Ceci est un point important pour différencier ces deux maladies.

Toutes les articulations peuvent être concernées au cours de la polyarthrite rhumatoïde, mais plus fréquemment ce sont les articulations de la main interphalangiennes proximales, et métacarpophalangiennes qui sont concernées.

Aucun commentaire pour "Polyarthrite chronique symétrique progressive de Bezançon et Weil"

Commentez l'article "Polyarthrite chronique symétrique progressive de Bezançon et Weil"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.