Plaquettes : Symptômes

1

Physiologie 

Le nombre des plaquettes est normalement compris entre :

  • 150 000 et 450 000 par micro L de sang chez l’adulte.
  • 150 000 à 400 000 par micro L de sang chez le nouveau-né.
  • 200 000 à 400 000 par micro L de sang chez l’enfant.

Grâce à l’intervention d’une hormone (la trombopoïétine), les mégacaryocytes sont fabriqués à partir de la moelle osseuse puis transformés en plaquettes proprement dites.

Plus précisément la formation des plaquettes, appelées également thrombocytes, porte le nom de thrombocytopoïèse. Certaines cellules-souches se différencient en mégacaryoblaste un des précurseurs des plaquettes. L'étape suivante, est la transformation des mégacaryoblastes en promégacaryocytes qui deviennent eux-mêmes des mégacaryocytes que l'on appelle également cellules géantes de la moelle osseuse.

Les plaquettes sont, avec un diamètre moyen de 3 µ et un volume moyen de 7 microcubes, les plus grandes cellules de la moelle osseuse. Ensuite, par fragmentation du cytoplasme des mégacaryocytes donnent naissance aux thrombocytes c'est-à-dire aux plaquettes proprement dit. Pour finir ce sont de petits morceaux de mégacaryocytes qui aboutissent à la formation de plaquettes. Il s'agit de formation sans noyau, ayant la forme de petites plaques plus ou moins sphériques.

Les plaquettes vivent environ 8 à 10 jours, avant d’être détruites dans la rate. Elles jouent essentiellement un rôle dans la coagulation, en intervenant dans le plasma (partie liquidienne du sang), à la suite de la rupture d’un vaisseau sanguin, ou d’une lésion au niveau de leur endothélium (paroi intérieure de l’artère ou de la veine).

L’adhésion et l’agglutination (agrégation) des plaquettes au niveau de la plaie, leur permettent de constituer un bouchon provisoire contribuant à colmater la brèche, après libération de leur contenu. Cela aboutit à la formation du " clou plaquettaire " (sorte de bouchon).

Lors de la réaction inflammatoire, les plaquettes peuvent ingérer des particules entraînant la libération de leur contenu en présence de virus ou de bactéries, augmentant ainsi la quantité des globules blancs venant intervenir sur les lieux de l’inflammation, à travers la paroi vasculaire.

Physiopathologie 

La thrombopathie acquise relève d’une anomalie de leur fonction.

On la rencontre dans :

  • La cirrhose.
  • L’insuffisance rénale (déficit de filtration du sang par les reins).
  • Une atteinte de la moelle osseuse.
  • Une intoxication (Phénylbutazone, phénacétine, acide acétylsalicylique : aspirine, etc.).

Les thrombopathie congénitales.

Parmi celles-ci, il faut citer la maladie de Glanzmann, entraînant un purpura. Il s’agit d’un écoulement anormal de sang au niveau de la peau ou des muqueuses (couche de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux en contact avec l'ère) qui sont parsemées de petites taches rouge vif ou bleuâtres qui, en vieillissant, deviennent brunâtres ou jaunâtres.

La thrombopénie consiste en une diminution du nombre de plaquettes en dessous de 150 000 par microL

. Elle survient au cours :

La thrombocytose ou hyperplaquettose :  est une augmentation du nombre des plaquettes qui est due à :

  • Des infections.
  • Une hémorragie aigue.
  • Une inflammation.
  • Un cancer.
  • Une carence en fer.
  • L’ablation de la rate.

 

Aucun commentaire pour "Plaquettes"

Commentez l'article "Plaquettes"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.