Parvovirus et grossesse : Symptômes

Symptômes 

La patiente infectée par le parvovirus B19 présente ce que l'on appelle un syndrome pseudo-grippale c'est-à-dire des symptômes ressemblant à ceux de la grippe à savoir :

  • Fièvre.
  • Douleurs des muscles (myalgies).
  • Maux de tête.

Cette infection est associée à une éruption (apparition de boutons sur la peau) de type morbiliforme c'est-à-dire ressemblant à la rougeole quelques jours plus tard après l'apparition des symptômes cités ci-dessus. Il s'agit en particulier d'un aspect souffleté de la face (visage) ressemblant à un coup de soleil associé à une éruption en maille du tronc et des extrémités.

On constate d'autre part la présence d'arthralgies (douleurs des articulations) disparaissent en quelques jours.

Physiopathologie 

Le parvovirus B19 est l'agent du mégalérythème épidémique pour lequel aucun dépistage ne doit être systématiquement organisé. Il s'agit d'une maladie appelée également " 5ème maladie ".

Ce virus se transmet par voie respiratoire, par des transfusions et entre la mère et le foetus. Les épidémies ont lieu essentiellement dans le cadre de l'école et à certaines périodes de l'année plutôt le printemps et l'hiver.

La cinquième maladie est particulièrement contagieuse (le chiffre de 50 % a été avancé) . Le parvovirus B. 19 a deux caractéristiques : il s'intéresse au globule rouge (hématies) et entraîne chez la patiente une immunité qui la protège. C'est la raison pour laquelle on pense qu'en France à peu près une femme sur deux n'est pas immunisée contre ce type d'infection et donc que la primo-infection est dangereuse. En effet, pour les infections qui récidivent la femme possèdent des anticorps qui la protègent contre le parvovirus B19.

Selon le moment de l'infection durant la grossesse, les conséquences sont différentes. Ainsi quand l'infection a lieu au premier trimestre elle aboutit souvent à la survenue d'avortement. En théorie une femme contractant c'est-à-dire se faisant infectée par le parvovirus B19 entre la 10e et la 20e semaine aurait 0,5 % de risque d'avoir un foetus atteint et 5 % de faire un avortement. Au cours du deuxième et du troisième trimestre, ce type infection est susceptible d'entraîner ce que l'on appelle une anasarque c'est-à-dire la survenue d'oedème et ou une anémie aiguë chez le foetus se caractérisant par une évolution péjorative pour le foetus avec en particulier la survenue d'une infection virale du myocarde (muscle cardiaque).

Aucun commentaire pour "Parvovirus et grossesse"

Commentez l'article "Parvovirus et grossesse"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.