Pancréatite chronique : Symptômes

Symptômes 

Les symptômes de la pancréatite chronique sont :

  • Le début des lésions se caractérise par une diminution de la perte d'élasticité autour des canaux transportant le suc pancréatique (fibrose péricanaliculaire), susceptible d'entraîner une diminution du calibre, voire une perte totale du passage des liquides à l'intérieur de ces canaux.
  • Apparaissent ensuite dans les canaux, des bouchons constitués de protéines qui s'infiltrent de calcium et de minéraux (processus de calcification) provoquant ainsi une lithiase (survenue d'un calcul), et une atrophie (diminution de volume) des tissus constituant les canaux proprement dit, du pancréas.
  • On constate également, la survenue d'un phénomène proche de celui de la formation de kystes (pseudo-kystes) assez fréquemment. Ceux-ci apparaissent généralement à la suite d'une poussée comme celle que l'on observe au cours d'une pancréatite aiguë. Quelquefois, ces kystes sont à l'origine d'une augmentation cette fois-ci du calibre des canaux du pancréas, on parle alors de pseudo-kystes de rétention.
  • Enfin la perte de perméabilité du cholédoque, cette fois-ci sans calcification, est quelquefois source de pancréatite chronique. Le cholédoque est la partie terminale de la portion principale du canal transportant la bile, donnant naissance au canal cystique qui provient de la vésicule biliaire, et du canal hépatique issu du foie. Ce canal se termine dans le duodénum (première partie de l'intestin grêle) après sa réunion avec le canal de Wirsung, canal principal issu du pancréas transportant le suc (sécrétion) pancréatique.
  • Survenue d'une symptomatologie (symptômes) douloureuse généralement aux environs de 40 ans. Ces douleurs se caractérisent par leur récidive, et leur localisation, au niveau de l'épigastre ou de l'hypochondre gauche.
  • Le patient se plaint d'autre part de douleurs qui irradient vers l'arrière. Ces douleurs sont susceptibles de durer quelques heures ou quelques jours.
  • On retrouve généralement chez le patient des antécédents d'alcoolisation s'étalant sur une longue période.
  • L'état général est bien conservé et ne correspond pas à l'intensité des douleurs.
  • La stéatorrée (présence de graisses dans les selles) qui traduit une mauvaise assimilation des aliments par l'organisme, n'est pas constante.
  • Certains patients présentent des xanthomes cutanés. Il s'agit de petites tumeurs bénignes constituées de tissu conjonctif (tissu de soutien) associées à des histiocytes (variété de globules blancs proches des macrophages, et ayant la capacité de digérer des particules étrangères). Les xanthomes riches en dépôts lipidiques (corps gras contenant essentiellement du cholestérol), sont habituellement de couleur jaunâtre, et formes des tâches, ou des nodules (petites protubérances) sous la peau. Parfois leur couleur tire sur le rouge ou le brun.

Physiologie 

Le pancréas est à l'origine d'une sécrétion de deux variétés d'hormones : 

  • La sécrétion exocrine se fait par l'intermédiaire des cellules exocrines. Elle est à l'origine du suc pancréatique, fabriqué par les cellules acineuses, qui sont des petites cavités contenant des cellules qui sécrètent un contenu qui se déverse ensuite par l'intermédiaire d'un canalicule (minuscule canal). Les sécrétions sont ensuite acheminées vers l'intestin grêle par le canal de Wirsung (canal excréteur principal). Le suc pancréatique est constitué d'enzymes (amylase, lipase) qui sont nécessaires à la digestion des lipides et des glucides. Une enzyme est une protéine permettant d'accélérer les réactions à l'intérieur de l'organisme, sans se modifier elles-mêmes, et sans modifier les composants qui participent à cette réaction. Sans elles, certaines réactions normales de l'organisme (température, acidité) ne pourraient pas avoir lieu à une vitesse suffisante.
  • La sécrétion endocrine s'effectue par l'intermédiaire des cellules endocrines, constituant environ 2 à 3 % du volume total du pancréas. Elles sont regroupées sous forme d'îlots : les îlots de Langerhans. Ils se trouvent au milieu des cellules acineuses. Il existe trois types de cellules acineuses :
    • Les cellules bêta sont à l'origine de la sécrétion de l'insuline, hormone permettant de faire baisser le taux de sucre dans le sang (hypoglycémiante).
    • Les cellules alpha sont à l'origine de la sécrétion de glucagon, hormone permettant de faire remonter le taux de sucre dans le sang (hyperglycémiante).
    • Les cellules delta sont à l'origine la sécrétion de la somatostatine, hormone à l'origine du contrôle local des cellules précédemment citées (c'est-à-dire alpha et bêta).

Diagnostic différentiel 

Il ne faut pas confondre la pancréatite chronique avec :

  • Le cancer du pancréas.
  • La présence de calculs dans la vessie.
  • La survenue de calculs à l'intérieur du cholédoque.
  • L'ulcère de l'estomac, ou du duodénum.

Aucun commentaire pour "Pancréatite chronique"

Commentez l'article "Pancréatite chronique"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.