Nuque : Symptômes

1

Symptômes 

  • Le signe de Brock est une raideur de la nuque qui ne s'accompagne pas de signe de Kernig, et qui s'observe dans les abcès du cervelet.
  • Le signe de Kulenkampff se caractérise par l'apparition de douleurs provoquées par la pression des muscles de la nuque. Il s'agit d'un signe précoce de méningite septique otitique (infection de l'oreille).
  • Le syndrome de la ligne médiane est constitué par un ensemble de symptômes dû à des tumeurs cérébrales qui siègent dans la fosse postérieure, à proximité de la ligne médiane (vermis du cervelet, IV ventricule). Ce syndrome consiste en un syndrome d'élévation de la tension à l'intérieur du crâne, de survenue précoce et intense. A cela, s'associent des troubles de l'équilibre, dont une instabilité de la station verticale, avec tendance à la chute en arrière et une raideur douloureuse de la nuque. Le patient présente également des crises toniques postérieures, et une une hypotonie avec généralement un nystagmus horizontal.

Physiopathologie 

L'encéphalomyélite est un terme issu du grec enképhalos : cerveau et muélos : moelle, qui désigne l'inflammation du névraxe (moelle épinière). Au cours de cette pathologie le patient se plaint des symptômes suivants (liste non exhaustive) :

  • Céphalée (maux de tête).
  • Raideur de la nuque.
  • Troubles visuels.
  • Perturbation psychique et motrice.

Cette maladie neurologique s'observe quelquefois après certaines fièvres éruptives. Son évolution se fait presque toujours vers la guérison avec ou sans séquelles.
Certains patients présentent une encéphalomyélite faisant suite à une infection par un virus de la maladie de Heine-Medin.
 

  • L'hémangio-péricytome est une variété d'angiomes, de survenue rare constituant certaines tumeurs cutanées de coloration brunâtre apparaissant essentiellement membres inférieurs sur le tronc, à la nuque. Quelquefois ce type de pathologie concerne également les viscères, apparaissant alors sous la forme de tumeur viscérale.
  • L'évolution de l'hémangio-péricytome est quelquefois maligne. Il est alors constitué de cordons endothéliaux entourés de très nombreux péricytes, c'est-à-dire cellules ayant des capacités de contraction identiques aux cellules musculaires lisses, et qui bordent les parois des vaisseaux.
  • Le lichen albus de von Zumbusch est une variété de lichen porcelainé (d'après Gougerot) siégeant généralement à la nuque, et se caractérisant par des papules blanches.
  • La maduromycose, appelé également hyphomycétome, est une variété de mycétome, dont le type est la maladie ou le pied de Madura, susceptible d'apparaître également à la nuque, et se caractérisant par des grains contenant des filaments mycéliens volumineux, cloisonnés et aboutissant le plus souvent à des chlamydospores. Les champignons (maduromycètes) en cause sont généralement Madurella mycetomi, Leptospharia senegalensis et Allescheria boydii.
  • La maladie de Münchmeyer se caractérise par la fabrication de tissu osseux (cellules osseuses) à l'intérieur même du muscle et autour de lui, dans les tendons et les aponévroses (membranes de recouvrement et de protection des muscles). Cette affection commence très tôt dans la vie par les muscles du dos et de la nuque, puis envahit progressivement l'ensemble de la musculature.
  • La paralysie bulbaire aiguë de Leyden, en anglais acute bulbar palsy, désigne l'inflammation aiguë des noyaux gris situés au niveau du bulbe rachidien (polioencéphalite inférieure aiguë), qui débute brutalement par des maux de tête, des douleurs au niveau de la nuque, des vertiges. Ceci aboutit rapidement à une paralysie vélopalatine (du voile du palais), et quelquefois à une paralysie faciale, une dysarthrie (difficultés à articuler), des troubles de la déglutition (difficultés pour avaler). L'évolution est péjorative puisque la mort survient en quelques jours. Celle-ci est précédée de perturbations de l'appareil cardiaque et vasculaire, et de somnolence. Cette paralysie concerne plus spécifiquement les individus intoxiqués par l'alcool, ou bien survient au cours des syndromes malins de certaines maladies infectieuses, du syndrome de Landry, ou de la maladie de Heine-Medin.
  • La pelade ophiasique de Sabouraud, est un type de pelade qui s'observe essentiellement chez l'enfant. Et qui débute par une plaque chauve au niveau de la nuque, et de forme verticale. Par la suite apparaissent des plaques en position horizontale, adoptant la forme de couronne à la limite inférieure du cuir chevelu.
  • La tumeur de Spiegler est une tumeur multiple de forme arrondie, susceptible d'atteindre la taille de neuf, proliférant au niveau du cuir chevelu, ses talents quelquefois vers les tempes, au front et à la nuque. L'analyse des cellules constituant cette tumeur montre la bénignité et le fait que la tumeur est encapsulée, quelquefois lobulée ou bien creusée de pseudokystes (d'où leur nom de cylindrome). C'est une affection héréditaire dont la transmission se fait selon le mode autosomique dominant.
  • Le rétrocollis est une variété de torticolis au cours de laquelle la tête est rejetée vers l'arrière, à cause de la contracture des muscles de la nuque.
  • Le syndrome sympathique cervical postérieur se caractérise par l'apparition de céphalées (maux de tête) occipitales (situées en arrière du crâne), de vertiges, de troubles visuels et de troubles auditifs. Certains patients se plaignent même de douleurs au niveau du visage (algies faciales). Dans certains cas, le sujet entend des craquements dans son cou quand il bouge celui-ci. Il apparaît au cours du rhumatisme du rachis cervical, et surviendrait sûrement à la suite d'irritation du nerf sympathique qui entoure l'artère vertébrale (syndrome de Bürtschi-Rochaix).

Aucun commentaire pour "Nuque"

Commentez l'article "Nuque"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.