Mycosis fongoïde : Examen médical

1

Consultation médecin 

Au cours de cette maladie, le mycosis fongoïde, il est écrit des micros-abcès de Pautrier au niveau de l'épiderme, c'est-à-dire de la couche superficielle de la peau.

Il existe également des tumeurs qui surviennent d'emblée.

On constate d'autre part, moins souvent, un grand nombre de ganglions lymphatiques mais dont l'apparition est tardive.

Analyses médicales 

  • Si l'on examine les cellules tumorales atteintes par cette maladie on constate qu'elles sont constituées d'une multiplication de lymphocytes T à partir d'un même lymphocyte T de départ (multiplication clonale) dont la mémoire a un tropisme cutané c'est-à-dire, en d'autres mots, que ces cellules T s'intéressent à la peau ou, si on préfère, sont attirés par la peau. Son phénotype, pour les spécialistes en génétique est :CD3+CD4+CD8-.
  • L'examen des cellules c'est-à-dire l'étude histologique qui se pratique au cours de cette maladie, montre la présence des «nids de cellules lymphocytes» à l'intérieur de la peau, plus précisément de l'épiderme. Les tumeurs, quant à elles, sont composées par du tissu granulomateux dont le réseau (composition histologique) est de type adénoïde.
  • Le terme adénoïde (du grec adên : glande et eidos. aspect) désigne tout ce qui est en rapport avec le tissu ganglionnaire lymphoïde. Ce terme s'applique le plus souvent,  pour désigner un organe en rapport avec les amygdales pharyngées. Par exemple on parle d'hypertrophie du tissu adénoïde qui constitue les amygdales pharyngées et qui s'observe surtout durant la deuxième partie de l'enfance.

Aucun commentaire pour "Mycosis fongoïde"

Commentez l'article "Mycosis fongoïde"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.