Mercure : Symptômes

1

Symptômes 

1) L’intoxication aiguë (rapide et relativement brutale) est due à l’introduction par voies digestives ou respiratoires, du mercure qui pénètre notamment sous forme de vapeurs. Il devient rapidement très nocif pour l’organisme, et entraîne :

  • Au niveau pulmonaire, une irritation des voies aériennes
  • Au niveau digestif, une stomatite (brûlure de la bouche) après ingestion, un goût métallique, une hyper salivation (augmentation de la sécrétion de salive), des troubles digestifs s’accompagnant de diarrhée parfois sanglante, de ténesme (sensation au niveau de l’anus, de brûlure et d’envie continuelle d’aller à la selle ou d’uriner)
  • Le système nerveux est également susceptible d’être atteint par une intoxication aiguë.

2) L’intoxication chronique est le résultat d’une pénétration progressive du mercure dans l’organisme, entraîne les troubles suivants :

  • En ce qui concerne système nerveux : céphalées (maux de tête), vertiges, asthénie (fatigue), troubles du sommeil, tremblements de la langue
  • En ce qui concerne la peau : apparition de rougeurs cutanées touchant la paume des mains et la plante des pieds, d’urticaire, d’acrodynie (cette maladie touche les enfants de 6 mois à 8 ans, et entraîne une atteinte des mains et des pieds, parfois du visage et du nez, qui apparaissent enflés, douloureux, bleus).
  • En ce qui concerne l’appareil digestif : hypersalivation (excès de fabrication ou de sécrétion de salive) ou parfois le contraire (sécheresse buccale)
  • En ce qui concerne appareil rénal : protéinurie (présence de protéines dans les urines, appelée également syndrome néphrotique) accompagnée d’une hématurie microscopique (présence de globules rouges dans les urines) visible uniquement au microscope et n’entraînant pas de coloration rouge des urines.

Physiopathologie 

Une fois absorbés, les sels de mercure sont susceptibles de s’accumuler dans certains organes : le foie, les globules rouges, la moelle osseuse, les reins, la rate, les intestins, les poumons, la peau et le système nerveux central.

La maladie de Minamata au Japon est représentative de l’intoxication par le mercure. Dans ce pays, et plus particulièrement dans la baie de Minamata, une pollution due à des rejets industriels et à des dérivés méthylés du mercure (forme chimique d’utilisation du mercure), a entraîné la contamination des poissons. Secondairement, la consommation de ces poissons a été à l’origine de graves troubles, pendant la grossesse entre autres, entraînant des malformations chez les nouveaux-nés. Malheureusement, ce type d’intoxication alimentaire par le mercure est courante, et se rencontre également dans d’autres pays.

Il a également été rapporté des intoxications de nouveaux-nés exposés au mercure à cause d’interrupteurs défectueux situés sur des incubateurs (appareils dont le synonyme est couveuses artificielles et qui sont destinés à permettre aux enfants prématurés placés dans ce milieu protégé de poursuivre leur croissance).

Exemple de l’intoxication par le mercure des ouvriers fabriquant les chapeaux en feutre. Ils étaient exposés aux vapeurs et aux sels de mercure, ce qui entraînait chez eux le syndrome de l’éréthisme comprenant une perte de mémoire, une timidité, une insomnie et parfois un délire (dans les cas les plus graves). C’est ce syndrome qui est à l’origine de l’expression " travailler du chapeau ". Le mercure le plus dangereux est le mercure organique c’est-à-dire celui trouvé dans les semences, les aliments, les peintures et fongicides (contre les champignons), les médicaments, les produits cosmétiques et les conservateurs du bois.

Il a également été constaté, quelquefois, au sein de certaines familles, des intoxications liées à la rupture d'un thermomètre contenant du mercure et entraînant l'inhalation répétée de vapeurs de mercure pouvant aboutir à des problèmes cérébraux (complication neurologique), hépatique (atteinte du rein) et rénaux (intoxication du rein). C'est le dosage effectué dans l'ensemble des pièces qui a mis en évidence la contamination du sol où l'on a retrouvé des concentrations élevées à l'intérieur des moquettes entre autres. Le plus souvent le mercure, une fois tombé par terre, est respiré sous la forme de vapeur de mercure. Il est donc nécessaire ensuite de décontaminer les pièces concernées, de changer de moquettes,d'aspirer, de nettoyer les murs et de se débarrasser des jouets en peluche entre autres. En cas de rupture de thermomètre il est nécessaire de récupérer les morceaux, de les mettre dans une boîte, de les donner à une pharmacie ou à un hôpital entre autres. Le mercure est un métal très toxique qui peut se trouver également dans les baromètres et les piles dont il faut se débarrasser avec précaution en les mettant dans des poubelles adaptées de récupération spécifique.

 

Aucun commentaire pour "Mercure"

Commentez l'article "Mercure"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.