Maladie de Reiter : Symptômes

1

Symptômes 

En plus des symptômes cités précédemment, la maladie Reiter comporte les symptômes suivants (liste non exhaustive) :

  • L'urétrite se traduit par des écoulements et des brûlures lors de la miction (expulsion de l'urine)
  • Eruption de boutons
  • Conjonctivite
  • Uvéite (inflammation de l'uvée). L'uvée est la tunique vasculaire de l'oeil comprenant la choroïde, le corps ciliaire et l'iris. Cette membrane est séparée de la sclère (blanc de l'œil) par un espace appelé supra-choroïde, et de la rétine par l'épithélium pigmentaire.
  • Présence d'ulcérations de la bouche qui se développent après plusieurs semaines dans environ 1 % des cas
  • L'infection digestive est due à des bactéries appelées yersinia entérocolitica, campylobacter jéjuni, shigella flexneri et salmonella.
  • L'atteinte articulaire est soit modérée soit sévère. Elle touche généralement symétriquement plusieurs articulations (mais quelquefois une seule), essentiellement les grosses articulations du membre inférieur et celles des orteils. Certains patients se plaignent de douleurs lombaires, surtout dans les formes graves. Certains autres présentent une inflammation des insertions tendineuses sur l'os (enthésopathie). Le syndrome de Reiter peut également être à l'origine d'une inflammation du périoste (membrane recouvrant le tissu osseux), entraîner une fasciite plantaire (inflammation de l'aponévrose de la plante des pieds) ou une tendinite du tendon d'Achille.
  • Quelques lésions de la peau et des muqueuses (couche de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux), et plus spécifiquement de la bouche, se rencontrent chez certains malades. Il s'agit de petites ulcérations superficielles qui ne sont habituellement pas douloureuses. Elles peuvent également se voir au niveau de la langue et du gland (extrémité du pénis) : on parle alors de balanite circinée.
  • Fièvre
  • Apparition progressive d'une amyotrophie (une fonte musculaire qui immobilise d'abord les grosses articulations comme les genoux)
  • Lombalgies
  • Atteintes, chez quelques malades, d'une seule articulation : le genou, une cheville ou un pied
  • On a remarqué chez quelques patients la présence d'un épaississement de la couche cornée (couche de cellules contenant de la kératine, variété de protéines, et permettant d'imperméabiliser et de protéger la peau) au niveau des paumes des mains, des plantes des pieds et autour des ongles. On parle respectivement d'hyperkeratose palmoplantaire et de kératodermie blennorragique.
  • Plus rarement, on constate une atteinte du cœur et des vaisseaux se caractérisant par une inflammation de l'aorte (aortite) s'accompagnant quelquefois d'une insuffisance de fonctionnement de celle-ci.

Physiopathologie 

Cette arthrite (inflammation articulaire) fait partie des spondylarthropathies séronégatives (le malade ne présente pas d'anticorps spécifiques permettant de déceler la maladie). Elle est due à une infection des organes génitaux et urinaires ou de l'estomac et des intestins, et est associée à une inflammation de l'urètre ou du col de l'utérus (entrée de l'utérus située entre celui-ci et le vagin), une conjonctivite (inflammation de la conjonctive : fine membrane recouvrant le devant de l'œil), ou des 

Le syndrome de Reiter était initialement considéré comme une atteinte inflammatoire secondaire à une infection ayant eu lieu en dehors d'une articulation. Il semble actuellement lié à la présence de Chlamydia trachomatis dans l'articulation.

Chez les hommes jeunes entre 20 et 40 ans, la maladie de Reiter est due à une infection vénérienne (organes sexuels), le plus souvent par Chlamydia trachomatis. Les infections génitales à Chlamydia trachomatis sont le plus souvent en cause. Également appelée Rickettsia psittaci (désuet), Rickettsia trachomatis, myagawanella, Bedsonia, Néorickettsie, chlamydiae trachomatis entraîne les maladies sexuellement transmissibles les plus fréquentes. On estime qu'elle touche 1 million de personnes en France chaque année. Ce germe est considéré comme étant à la fois un virus et une bactérie

Chez l'homme, l'infection se traduit par une inflammation de l'urètre (urétrite) associée à un écoulement et qui se complique quelquefois d'une épididymite, c'est-à-dire d'une infection de l'épididyme (organe cylindrique situé derrière chaque testicule et s'étalant en "embrassant " celui-ci. Il fait suite aux canaux efférents qui sont des sortes de petits tubes sortant du testicule. L'épididyme se prolonge par le canal déférent ou canal spermatique, qui débouche dans l'urètre et qui est destiné à évacuer à la fois les urines et le sperme.)
Chez la femme, chlamydiae provoque une inflammation du col de l'utérus (cervicite) et parfois une salpingite (inflammation des trompes) qui peuvent entraîner des douleurs au niveau de l'abdomen et du pelvis (bassin), associées à une fièvre, des saignements (en dehors des règles), des pertes blanches, un syndrome de Fitz Hugh Curtis (péri hépatite).
Le syndrome de Reiter touche moins souvent les femmes, les personnes âgées et les enfants.

Aucun commentaire pour "Maladie de Reiter"

Commentez l'article "Maladie de Reiter"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.