Maladie de Kikuchi : Examen médical

1

Examen médical 

Le diagnostic de la maladie de kikuchi repose sur l'histologie ganglionnaire c'est-à-dire l'étude des cellules qui composent les ganglions lymphatiques.
Cette étude histologique met en évidence une nécrose (mort) concernant 25 à 75 % de la surface corticale et de la médullaire (intérieur du ganglion concerné).
On constate d'autre part une multiplication des histiocytes et des cellules que l'on appelle plasmocytoïde.
L'immunohistochimie permet de rattacher cette prolifération histiocytaire et la présence de cellules de plasmocytoïdes à une autre série de globules blancs : les monocytes.
Le reste des analyses complémentaires met en évidence un très petit nombre de lymphocytes NK et de lymphocytes B.

Consultation médecin 

On constate, au cours de la maladie de kikuchi, la présence de ganglions lymphatiques augmentés de volume et enflammés, essentiellement dans la région cervicale (cou).
Ces ganglions sont d'autre part douloureux une fois sur deux.
Le patient présente quelquefois des syndromes de type grippal (contexte fébrile).
L'examen de l'abdomen du patient met quelquefois en évidence une splénomégalie (augmentation du volume de la rate).

Analyses médicales 

Les examens de laboratoire mettent en évidence une formule sanguine (nombre de globules blancs, de globules rouges de plaquettes) qui, chez un patient sur deux, montre une leucopénie (chute du nombre des globules blancs) et quelquefois des lymphocytes atypiques (variété de globules blancs inhabituels).
La vitesse de sédimentation est accélérée.

Aucun commentaire pour "Maladie de Kikuchi"

Commentez l'article "Maladie de Kikuchi"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.