Kyste de l'ovaire : Évolution

Complications de la maladie 

  • La torsion est la complication la plus fréquente. Elle se traduit par une douleur brutale et violente. Il s'agit d'une urgence qu'il faut opérer : en effet, aucun antalgique (médicaments antidouleurs) ne peut en venir à bout.
  • Quand le médecin examine la patiente, la palpation de l'abdomen retrouve une douleur, et l'examen par le toucher vaginal, perçoit une zone très douloureuse sur le côté de l'utérus. C'est l'échographie du bassin, qui confirme la présence d'un kyste de l'ovaire, avec quelquefois une hémorragie.
  • L'intervention consiste à introduire un cœlioscope (appareil permettant la visualisation de l'intérieur de l'abdomen en utilisant un tube muni d'un système optique), puis tente de détordre en déroulant les spires, et en vérifiant si l'annexe (tissu de voisinage annexé à l'ovaire), se recolore ou pas. Si l'intervention a lieu trop tardivement, l'absence de coloration traduit une ischémie (arrêt du passage de la circulation sanguine). Dans ce cas, il faut réaliser une annexectomie par coelioscopie (ablation des tissus avoisinant l'utérus : les annexes).
  • L'hémorragie, et la rupture d'un kyste, sont parfois à l'origine de choc (impossibilité pour les organes d'assurer leur fonction principale), et d'anémie. Le liquide qui s'échappe alors des kystes, envahit l'abdomen et entraîne des douleurs importantes, accompagnées d'une défense abdominale (les muscles de l'abdomen se contractent brutalement). Le plus souvent, il s'agit d'un kyste du corps jaune (folliculaire) fonctionnel, et hémorragique. Ils se rencontrent généralement après utilisation d'un traitement, pour stimuler un ovaire, en vue de la libération d'un ovule (les médicaments utilisés sont les gonadotrophines), et en début de grossesse. La mise en évidence de cette complication se fait grâce à la cœlioscopie, qui va permettre lors de l'intervention de coaguler le vaisseau qui saigne à la surface de l'ovaire.
  • La compression.
  • La dégénérescence en cancer.
  • Une péritonite suite à une infection (kyste dermoïde), entraînant la rupture à l'intérieur du péritoine d'un kyste dermoïde, lors d'un traitement chirurgical par cœlioscopie.

1 commentaire pour "Kyste de l'ovaire"

Portrait de angesam88
J'aime 0

J'ai 43 ans, et suis déjà maman de 3 filles (10 ,8 et 5 ans), mon premier mari nous a quitté. MNT je suis remariée avec un homme magnifique. Et nous avons grande envie d’avoir un bb conjoint. Après deux années d'essais, nous avons fait une tentative de FIV en RT ,1 IAC et 1 FIV icsi en France. La semaine dernière j'ai vu ma gygy et là surprise. J’ai un kyste du corps jaune du côté droit !!! Théoriquement mon kyste devrait partir, mais les médecins disent : « il est trop tard pour agir ». Enfin je vois aussi que le temps passe vite, mais je continue à espérer. L'une de mes meilleures amies a eu une petite fille à 45 ans. Elle a fait FIV DO en Ukraine, il n'y a pas de limite d'âge en Ukraine. Je n’ai pas peur d’aller à l’étranger. Est ce que qu’un était déjà dans ce cas ?? Merci bcp pour vos réponses...car j'essaye de ne pas flancher mais là je sens que je n'arrive plus à être forte...

Commentez l'article "Kyste de l'ovaire"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.