Insuline : Cause

Cause 

Les causes d'une hypoglycémie sont :

  • La consommation insuffisante d'hydrate de carbone, c'est-à-dire de sucre.
  • Un repas retardé ou sauté.
  • Un effort physique inhabituel.
  • Des diarrhées.
  • Des vomissements.
  • L'utilisation des antidiabétiques oraux, c'est-à-dire des médicaments utilisés chez les individus diabétiques non insulinodépendants (ne nécessitant pas d'insuline pour équilibrer leur taux de sucre dans le sang), est susceptible également d'entraîner l'apparition d'hypoglycémie. Ces médicaments sont les sulfonylurées, les biguanides.  Les autres médicaments sont :
    • La pentamidine.
    • Les salicylates.
    • Le propanolol.
    • Les corticoïdes (cortisone) administrés de manière prolongée et en dose élevée.
  • L'absorption d'alcool, risque de faire apparaître une hypoglycémie, pouvant se manifester entre 15 heures, à une journée après son ingestion, chez un individu qui n'est pas alimenté normalement, ou chez une personne qui n'est pas habituée à boire de l'alcool. Ce phénomène est le résultat d'une production diminuée de glucose par le foie.
  • Les autres types d'hypoglycémie susceptibles de survenir sont les hypoglycémies endogènes. Il s'agit de l'hyperinsulinémie organique, qui apparaît en cas de tumeurs des îlots de Langherans (insulinome). 
  • Les affections endocriniennes, telles que l'insuffisance de sécrétion de la glande hypophyse que l'on appelle également hypopituitarisme ,associées à un déficit en hormone de croissance, de cortisol, peuvent engendrer une hypoglycémie (endogène). Il en est de même de la maladie d'Addison, et des carences en glucagon, ou en catécholamines.
  • Certaines affections concernant le foie, telles que l'hépatite aiguë sévère, la cirrhose, ou encore la stase hépatique par insuffisance ventriculaire droite, peuvent aboutir à une hypoglycémie.
  • Les affections auto-immunes, c'est-à-dire au cours desquelles le patient fabrique des anticorps contre ses propres tissus, et en particulier des anticorps de type anti-insuline endogène, ainsi que :
  • Les ​hypoglycémies néonatales surviennent chez le nouveau-né, dont la naissance s'est déroulée normalement, et qui est né à terme. Les dosages de sucre dans le sang, montrent qu'ils sont inférieurs à 0,4 g par litre, soient 2,2 millimolles par litre. En ce qui concerne le nouveau-né prématuré, les dosages sont de 0,3 g/ c'est-à-dire 1,7 millimolles par litre.
  • On constate parfois, la survenue d'anomalies congénitales du métabolisme, en relation avec un déficit de fonctionnement des enzymes, et en particulier :
    • La glucokinase-six-phosphatase.
    • Le glutamate-déshydrogénase.
    • La phosphorylase hépatique.
    • Le glycogène synthétase. Ceci aboutit à une forme d'intolérance au fructose, ou à d'autres maladies comme la galactosémie, la glycogénosel'hypopituitarisme.
    • Le déficit en acétylcholine déshydrogénase aboutit à l'apparition d'une hypoglycémie sans accumulation de corps cétoniques dans le sang. On parle dans ce cas d'hypoglycémie non cétonique.
  • Le syndrome de Beckwith-Wiedman est une affection génétique, due à une mutation du gène CDKN1C (locus 11p15.5), se caractérisant par une hypoglycémie grave du nouveau-né, qui apparaît une à deux heures après la naissance, et qui s'associe à une croissance trop importante de divers organes, c'est que l'on appelle une macrosomie, et plus particulièrement de la langue portant le nom de macroglossie.
  • La viscéromégalie c'est-à-dire l'augmentation des viscères, tels que le foie, les glandes surrénales et une hernie ombilicale, sont également possibles. L'évolution de cette affection se fait chez l'enfant, par l'apparition :
    • D'une tumeur de Wilms (adénocarcinome qui est une tumeur du rein).
    • Un rein en éponge.
    • Un carcinome des corticosurrénales.
    • Un hépatoblastome.
    • Un rhabdomyosarcome embryonnaire.
  • La nésidioblastose est une affection survenant rarement, et se caractérisant par une chute de la glycémie dans le sang, qui est le résultat d'un bourgeonnement des cellules qui sécrètent l'insuline à l'intérieur de l'épithélium (ensemble de cellules) du conduit du pancréas, associé à des micro-adénomes du pancréas, et à des cellules constituant cet organe. 
  • L'hypoglycémie sensible à la leucine, est une affection qui survient dans les conditions suivantes : la leucine est un acide aminé. La leucine a la capacité à provoquer une sécrétion d'insuline. Certains enfants sécrètent de manière excessive de l'insuline, à cause de la présence de leucine (en trop grande quantité) dans le sang. L'hypoglycémie survient généralement, dans les premiers mois de la vie, et son évolution est quelquefois sévère, nécessitant parfois une ablation partielle du pancréas, quand le traitement médical s'avère inefficace. L'hypoglycémie sensible à la leucine, nécessite une réduction des apports alimentaires en protéines de ce type. Sa diminution doit se faire dans des limites acceptables, de façon à ce que la croissance de l'enfant reste normale. Il est également possible, de diminuer la sécrétion d'insuline. Pour cela on utilise parfois un médicament que l'on appelle le diazoxide (Proglicem). L'ablation d'une partie du pancréas (pancréatectomie de réduction) est pratiquée pour les enfants ayant une forme sévère, ou rebelle, au traitement médical.
  • L'hypoglycémie fonctionnelle, correspond à une hypoglycémie qui se voit le plus souvent après certains repas. Elle peut également survenir chez certains individus, qui ont subi une intervention chirurgicale, dont le but était de les priver de leur estomac (dumping syndrome). L'hypoglycémie fonctionnelle, peut également être le résultat d'un diabète traînant ou latent. Dans ce cas, il est nécessaire de pratiquer une alimentation fractionnée et pauvre en glucides d'absorption rapide.
  • L'hypoglycémie non cétotique appelée également hypoglycémie hypocétotique, correspond à une réponse physiologique, c'est-à-dire normale à la suite ou durant un jeûne de la mobilisation des réserves de lipides, plus précisément des triglycérides, et des acides gras, de façon à constituer des corps cétoniques utilisables par l'organisme comme source d'énergie. Ce phénomène permet d'épargner le glucose à l'intérieur du sang, évitant de cette manière la diminution de la survenue d'hypoglycémie, en attendant la fabrication de glucides à partir des protéines, c'est-à-dire la néoglucogénèse. Chez certains patients, on constate des anomalies concernant la capacité à synthétiser des corps cétoniques, ce qui est susceptible d'aboutir à une hypoglycémie que l'on appelle hypoglycémie hypocétotique. Certain déficit enzymatique, de nature héréditaire, sont susceptibles d'entraîner une hypoglycémie hypocétotique, quelquefois grave. Parfois, concomitamment à ces affections, on constate une myopathie (atteinte musculaire véritable), ou une cardiomyopathie (atteinte des muscles du coeur), et quelquefois une encéphalopathie telle qu'elle peut s'observer au cours du syndrome de Reye.

Aucun commentaire pour "Insuline"

Commentez l'article "Insuline"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.