Incontinence urinaire (traitement chirurgical) : Examen médical

1

Technique médicale 

Les techniques chirurgicales comprennent avant tout l’entérocystoplastie d’agrandissement (clam-cystoplastie) dont la technique a été mise au point par Bramble en 1982 (patch iléal détubulisé avec suture à la vessie ouverte en bivalve).

Néanmoins, après ce type interventions, dans la majorité des cas (c'est-à-dire environ 90 %), des sondages sont utiles car on constate toujours une certaine quantité d'urine résiduelle survenant après le vidage de la vessie (résidu postmictionnel).

En dehors de cette intervention mise au point par Bramble, il existe d'autres opérations classiques, notamment (liste non exhaustive)  :

  • La suspension du col de la vessie, qui a pour but de corriger la mobilité excessive de l'urètre (canal transportant l'urine vers la vessie).
  • La correction de l'insuffisance de fonctionnement des sphincters.
  • La suspension du col de la vessie (colposuspension rétropubienne de Burch) particulièrement efficace.

Une autre technique, la suspension par bandelette transobturatrice (TOT) qui permet de suspendre latéralement la vessie, donne également de bons résultats.

La neuromodulation est une technique consistant à un stimuler électriquement les nerfs sacrés et plus précisément les racines nerveuses sortant de la moelle épinière au niveau du bassin (troisième vertèbre sacrée). La stimulation des racines S3 a pour but de devenir à bout du mauvais fonctionnement de la vessie (dysfonctionnement vésical).
La neuromodulation est une technique utilisée quand on constate un dysfonctionnement de la vessie : vessie rétentionniste (retenant les urines) ou vessie hyperactive (déversant excessivement les urines).  Cette technique se déroule en deux étapes. Il est tout d'abord nécessaire d'effectuer un test de simulation qui est suivi par l'implantation définitive, quand la réponse positive, des électrodes de stimulation.
L'absence (ou la quasi-absence) d'effets indésirables après utilisation de la neuromodulation est l'un des gros avantages de cette technique. Néanmoins, cette technique bien que moins agressive que l'intervention chirurgicale est tout de même invasive par rapport aux traitements faisant appel à des médicaments ou à une rééducation.

Aucun commentaire pour "Incontinence urinaire (traitement chirurgical)"

Commentez l'article "Incontinence urinaire (traitement chirurgical)"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.