Héparine, heparinémie, héparinisation, héparinothérapie


L'héparinisation synonyme de héparinothérapie est l'emploi thérapeutique de l'héparine.

Pour les spécialistes
Cet anticoagulant complet ralentit la formation et empêche l'action de la thromboplastine et de la thrombine. L'héparine, d'autre part, s'oppose à l'apparition de la fibrine, inhibe le facteur XIII et le facteur X activé, ainsi que l'adhésion et l'agrégation des plaquettes ; elle neutralise aussi les inhibiteurs de la fibrinolysine. Cette action d'inhibition des facteurs de coagulation s'exerce de façon indirecte, principalement par l'intermédiaire d'une protéine, l'antithrombine III.

L'héparine existe sous deux formes :
L'héparine standard
L'héparine de bas poids moléculaire. Il s'agit là d'une forme nouvelle dont une seule fraction de la molécule est utilisée.

Posologie
L'héparine est administrée par voie intraveineuse, au moyen d'une pompe ou à défaut en injections intraveineuses ou par voie sous-cutanée.

1) Traitement curatif : les doses doivent être adaptées individuellement sur la base de tests biologiques c'est-à-dire effectués 4 à 6 heures après le début d'une perfusion intraveineuse continue ou d'une injection sous-cutanée, puis une fois par vingt-quatre heures. En cas d'embolie pulmonaire massive des doses de 60 000 à 120 000 unités internationales sont utilisés.

2) Traitement préventif : des doses de 150 unités par kilo préviennent en théorie la survenue de thrombose chez les patients présentant un risque élevé et soumis à des opérations abdominales. L'héparine est également utilisée avant une intervention chirurgicale chez certains individus.

Indications
L'héparine est indiquée en présence d'une thrombose (formation de caillots dans les vaisseaux sanguins). Celle-ci s'utilise à faibles doses par voie sous-cutanée et quand il s'agit du traitement préventif d'une phlébite. Son indication principale est la personne alitée.
L'héparine peut également s'utiliser à dose plus élevée, par voie sous-cutanée ou encore intraveineuse quand un patient présente une thrombose. La thrombose étant la formation de caillots dans un vaisseau sanguin ou dans une cavité cardiaque.

Les autres indications sont :
L'embolie pulmonaire
L'infarctus du myocarde récent chez les patients qui ont des varices ou des antécédents d'embolie ou de thrombose
Les anomalies de la coagulation sanguine. Dans la coagulation intravasculaire disséminée son indication est controversée.
Durant la grossesse, les coumarines étant tératogènes (risque de malformations fœtales) on préfère utiliser l'héparine quand une anticoagulation est nécessaire.

Contre-indications

Hémorragie (problème de coagulation)
Allergie à l'héparine
L'administration d'héparine doit se faire précautionneusement chez le patient asthmatique
Ulcère du tube digestif (gastroduodénal entre autres)
Endocardite bactérienne aiguë
Intervention neurochirurgicale récente
Accidents vasculaires cérébraux d'origine hémorragique

Précautions d'emploi
En présence d'une hypertension, d'une atteinte vasculaire de la rétine ou encore d'antécédents d'ulcère digestif, l'héparine doit être utilisée avec précaution.

L'association médicamenteuse aspirine, anti-inflammatoire, antivitamines K. est contre-indiquée

Des troubles de la coagulation à type de saignement ou encore de thrombopénie (diminution du nombre des plaquettes du sang) sont susceptibles de survenir après utilisation de l'héparine

Certains patients sont susceptibles de présenter une ostéoporose c'est-à-dire une fragilisation du tissu osseux avec un risque de fracture augmenté surtout en cas de traitement prolongé. Révisé le 16/01/2003

Aucun commentaire pour "Héparine, heparinémie, héparinisation, héparinothérapie"

Commentez l'article "Héparine, heparinémie, héparinisation, héparinothérapie"