Fibroscope : Examen médical

1

Consultation médecin 

La mobilisation du fibroscope se fait par l'intermédiaire d'un système de câblage inséré à l'extrémité de l'appareil et permettant à celui-ci d'effectuer des mouvements sur 360 degrés.

Déroulement
Le déroulement d'une fibroscopie peut se faire soit sous anesthésie générale soit sous anesthésie locale. Quand il s'agit d'une coloscopie (fibroscopie du côlon) une anesthésie générale est nécessaire. La fibroscopie chez un enfant nécessite également une anesthésie générale. Dans ce cas l'hospitalisation est nécessaire car la fibroscopie est suivie d'une observation pendant environ vingt-quatre heures.

Si l'on prend exemple de la coloscopie, celle-ci se pratique sans anesthésie, ou avec une anesthésie générale légère. Avant l'examen, on procède au nettoyage total du côlon du patient : pour cela, on lui demande d'ingérer, la veille de l'examen, un repas dénué de fibres, et de boire en deux temps, la veille et le jour de l'examen, de 4 litres d'une solution spéciale.

La diarrhée qui suit cette ingestion est une diarrhée qui, lorsqu'elle est claire, indique le parfait nettoyage du côlon. Quand la coloscopie se fait sous anesthésie, le patient a reçu préalablement un anesthésique en injection intraveineuse dans l'avant-bras. Puis, le médecin effectue un toucher rectal, et introduit un coloscope dans l'anus. Le coloscope est constitué d'un long tuyau flexible muni de fibres optiques. Cet appareil permet la visualisation de l'intérieur de l'intestin sur un écran vidéo. Il est nécessaire d'injecter de l'air dans le colon, ce qui permet la progression de l'appareil. La durée de l'examen est d'environ 30 minutes, parfois davantage si l'on procède à l'extraction de polypes (cet examen dure plus longtemps quand le côlon est plus long que la moyenne).

Technique médicale 

Qu'elle soit faite avec des instruments souples ou rigides, l'endoscopie est utilisée soit à visée diagnostique après avoir examiné le patient, soit pour intervenir chirurgicalement en permettant d'effectuer des interventions complexes sans être obligé d'inciser (ouvrir) les parois du corps humain. Elle est également utilisée pour traiter des tumeurs de certains organes creux comme la vessie, une augmentation de volume de la prostate, une stérilité féminine, des polypes du gros intestin ou de l'estomac. Ces interventions, auparavant, nécessitaient un abord chirurgical classique, elles sont de nos jours de moins en moins pratiquées.

Constitution d'un fibroscope
Un fibroscope comprend une gaine étanche de 40 à 160 cm de longueur et de 5 à 12 mm de diamètre. À l'intérieur de ce tube souple la lumière d'éclairage est conduite grâce à des fibres de verre. La source de lumière (froide) est constituée par une lampe de forte intensité située à l'extérieur de l'appareil. Sans cette source de lumière, bien entendu, l'observation serait impossible, étant donné que l'intérieur des organes creux de l'organisme est sombre.

Le tube souple est muni également d'autres petits canaux dont le but est de permettre la pénétration d'air dans la cavité à explorer. Ces canaux permettent également un lavage et une aspiration les différentes sécrétions émises par la muqueuse de l'organe creux dans le qu'elle a pénétré le fibroscope. Enfin, en dehors des instruments chirurgicaux, certains fibroscopes sont munis d'un laser et de différents appareils de section ainsi que d'un système d'échographie pour effectuer une échoendoscopie ce qui permet l'étude de tumeurs du tube digestif et des structures d'organes comme l'estomac, les voies biliaires et le pancréas. Enfin, certains fibroscopes possèdent un mécanisme permettant la cautérisation (coagulation) d'une hémorragie détectée localement.

Aucun commentaire pour "Fibroscope"

Commentez l'article "Fibroscope"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.