Emphysème pulmonaire chronique : Symptômes

Physiopathologie 

L'emphysème pulmonaire chronique, quant à lui est le plus souvent associé à une bronchite chronique (qu'elle soit infectieuse, due au tabac, à la pollution) et son évolution se fait, contrairement à l'emphysème pulmonaire aigu vers l'aggravation à type d'insuffisance respiratoire, ou en tout cas de difficultés respiratoires, plus ou moins graves.

Les alvéoles sont de petites cavités situées à l'extrémité d'une bronchiole qui est la terminaison d'une bronche elle-même issue de la trachée artère, conduisant l'air de l'extérieur vers les poumons, et inversement. C'est au niveau des alvéoles pulmonaires, que s'effectuent les échanges gazeux avec le sang. Les bronchioles sont des petits sacs (d'un diamètre inférieur à 1 mm), situés à l'extrémité des bronches dont elles sont les dernières ramifications (les plus fines).

On distingue plusieurs types d'emphysème pulmonaire. Leur survenue se fait dans des circonstances différentes :

  • L'emphysème panlobulaire, primitif ou panacinaire, se caractérise par la destruction des alvéoles et des vaisseaux sanguins. Cette variété d'emphysème atteint la moitié inférieure des poumons, et porte de façon diffuse sur toutes les structures pulmonaires (bronchioles, canaux et sacs alvéolaires). Il correspond à un emphysème se caractérisant par un déficit en alpha1 antitrypsine, qui est une enzyme normalement présente dans les poumons.
  • Les enzymes sont des protéines permettant les réactions chimiques normales de l'organisme. Cette variété d'emphysème, touche les sujets plus jeunes. Les patients atteints par ce type d'emphysème présentent essentiellement un essoufflement isolé sans inflammation des bronches, et sans cyanose (c'est-à-dire avec une arrivée normale du sang convenablement oxygéné vers les tissus de l'organisme). Le thorax des patients atteints d'un emphysème panlobulaire, est distendu et ils ne crachent pas, c'est la raison pour laquelle on parle d'emphysème sec.
  • L'emphysème centrolobulaire ou centro-acinaire ne détruit dans un premier temps que les alvéoles. Cette variété d'emphysème atteint la moitié supérieure des poumons. Il s' agit classiquement de l'emphysème des bronchites chronique, qui peut en évoluant, aboutir à l'emphysème panlobulaire destructif. Généralement cette variété d'emphysème complique une bronchite chronique, ou un asthme ancien. Il s' agit d'un type d'emphysème le plus souvent observé chez les individus dont l'âge est supérieur à 50 ans, et le plus souvent présentant des antécédents tabagiques. D'autre part, il s' agit également de patients présentant une expectoration importante. C'est la raison pour laquelle on l'appelle emphysème centrolobulaire ou emphysème humide. Ces patients présentent d'autre part, un thorax déformé en tonneau, une dyspnée d'effort (essoufflement à l'effort), une coloration bleue gris de la peau (cyanose) et des œdèmes témoins d'une insuffisance de la pompe cardiaque.
  • L'emphysème paralésionnel est en rapport direct avec une cicatrice d'une ancienne maladie des poumons (tuberculose, silicose : accumulation dans les poumons de poussière de silice).
  • L' emphysème bulleux correspondant à une forme d'affection pulmonaire se caractérisant par la présence de bulles en plus ou moins grand nombre, et de plus ou moins grande taille. Ces bulles sont quelquefois très grandes, et à l'origine d'une compression sur les tissus pulmonaires de voisinage (diminution du calibre bronchique). Quelquefois elles sont isolées et leurs exérèses, rend la vie des patients plus supportable. Dans la majorité des cas néanmoins le nombre de petites bulles restantes, gène quelquefois l'amélioration thérapeutique obtenue. L' évolution de cette variété d'emphysème, se fait quelquefois vers un pneumothorax dû à la rupture d'une bulle d'emphysème dans la plèvre qui est la membrane de recouvrement et de protection du poumon.

Aucun commentaire pour "Emphysème pulmonaire chronique"

Commentez l'article "Emphysème pulmonaire chronique"