Électroencéphalogramme

Grec : enképhalos : cerveau et graphein : inscrire.

Définition 

L'électro-encéphalographie est l'enregistrement graphique, au moyen d’électrodes qui sont placées sur la surface du cuir chevelu, des différences de potentiel électrique produites au niveau de l’écorce cérébrale.
Le terme électroencéphalogramme (EEG) désigne quant à lui la courbe qui est obtenu par l'électroencéphalographie.

Généralités 

On appelle décharge neuronique le fruit des excitations se déroulant au niveau du cortex cérébral (écorce cérébrale).

Grâce à cet examen pratiqué en service de neurologie, ou chez un neurologue en cabinet de consultation privé, il est possible d'obtenir une orientation diagnostique à propos de certaines affections neurologiques (maladie du système nerveux) tels que l'épilepsie, les tumeurs et les hémorragies.

L'encéphalogramme permet d'étudier de façon physiologique c'est-à-dire normale le sommeil d'un individu.

Historique 

L'électroencéphalographie a été mise au point par Hans Berger entre 1924 et 1929.

Anatomie 

Le cerveau est divisé en deux hémisphères symétriques par un sillon antéropostérieur (allant de l'avant vers l'arrière).

D'autre part de nombreuses scissures divisent le cerveau en lobes. Il est constitué de substance blanche et de substance grise.

La substance grise est située à l’extérieur au niveau du cortex cérébral (écorce du cerveau). Ce tissu correspond au cœur des cellules nerveuses (neurones), que l’on retrouve également sous forme d’îlots (les noyaux gris centraux) disparates perdus dans la substance blanche et correspondant aux fibres nerveuses (axones, dendrites) recouvertes d’une gaine de myéline.

Ce sont les neurones de l'écorce cérébrale qui émettent des influx nerveux (sous forme de décharges neuroniques) traduits par le tracé électroencéphalographique.

Aucun commentaire pour "Électroencéphalogramme"

Commentez l'article "Électroencéphalogramme"