Douleur (caractéristiques à l'interrogatoire)

Définition 

Pour essayer de trouver la cause (orientation diagnostique) d'une douleur siégeant dans n'importe quelle partie de l'organisme, il ne faut pas se contenter d'un examen neurologique.
En effet, toutes les douleurs ne sont pas forcément liées à un dysfonctionnement (mauvais fonctionnement) du système nerveux, que celui-ci soit périphérique ou central.
Les douleurs peuvent être de différentes nature : vasculaire, rhumatismale (ostéoarticulaire) et psychogène (c'est-à-dire liées à une perturbation du psychisme du patient).

Classification 

Pour les douleurs des membres, il est possible de différencier 2 types de douleurs :

  • La douleur neurogène, appelée également de désafférentation, est une douleur qui traduit un défaut d'inhibition, c'est-à-dire qu'elle est liée à des lésions du système nerveux périphérique ou du système nerveux central. La douleur de désafférentation est ressentie par le patient comme une douleur plus ou moins intense alors que la stimulation douloureuse n'est pas très intense, peu agressive, c'est-à-dire par des stimulations normalement indolores. Dans ce type de douleur, il est classique de décrire les douleurs fulgurantes qui sont des douleurs intermittentes se caractérisant essentiellement par leur brièveté, "en éclair", susceptibles de retentir sur l'humeur du patient, et les douleurs permanentes resemblant à des brûlures qui siègent essentiellement dans un territoire généralement distal une extrémité du corps).
  • La douleur somatique, qui est une douleur se caractérisant par un excès de nociception. L'adjectif nociceptif (du latin nocere : nuire et capere : prendre) désigne tout ce qui capte les excitations douloureuses. Il s'agit en réalité de douleurs réelles comme peuvent l'être des douleurs provenant des articulations, des tendons, des muscles des vaisseaux.

Aucun commentaire pour "Douleur (caractéristiques à l'interrogatoire)"

Commentez l'article "Douleur (caractéristiques à l'interrogatoire)"