Dermatosclérose : Traitement

1

Traitement 

Il n’existe pas réellement de traitement susceptible de modifier l’évolution de la maladie.
Certains symptômes peuvent néanmoins être traités par les corticoïdes (cortisone), en particulier chez les patients atteints de myosite, d’une inflammation de la synovie ou d’une connectivite (maladie auto-immune) mixte invalidante.
Médicaments comprenant l’enzyme de conversion de l’angiotensine quand il existe une atteinte rénale.
Quelquefois, l’administration de pénicillamine réduit épaississement de la peau et retarde l’apparition de pathologies viscérales. L’utilisation d’antibiotiques comme les tétracyclines est susceptible d’avoir de répercussions sur la flore intestinale (microbes présent dans les intestins) et d’améliorer les symptomes de malabsorption intestinale.
Quand il existe une atteinte de l’œsophage, il est parfois utile d’avoir recours au fractionnement des repas, aux antiacides et à la cimétidine (entre autres). Celle-ci s’emploie une demi-heure avant le repas et au coucher. La surélévation de la tête apporte quelquefois de bons résultats. Enfin, en cas de sténose de l’œsophage (fermeture de son calibre), il est parfois nécessaire d’avoir recours à une dilatation périodique (technique visant à réouvrir le diamètre de l’œsophage).
La nifédipine est quelquefois employée dans le syndrome de Raynaud.
La kinésithérapie préserve quelquefois la diminution de la force musculaire. Néanmoins, elle apparaît décevante en ce qui concerne la raideur articulaire.

Enfin, en présence d’une insuffisance rénale terminale, la dialyse et parfois même la transplantation rénale sont envisagées.

Aucun commentaire pour "Dermatosclérose"

Commentez l'article "Dermatosclérose"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.