Démence : Symptômes

Symptômes 

Les symptômes de la demence sont :

  • La détérioration du patient est insidieuse, et le début des symptômes est de ce fait difficile à dater. Le plus souvent un incident révélateur (incapacité de s'adapter à un changement, fugue) vient révéler le processus. Le patient lui-même, se plaint peu ou pas du tout, des symptômes cités ci-après.
  • Ce sont avant tous les troubles mnésiques (troubles de mémoire) qui attirent l'attention en premier. On distingue plusieurs types d'amnésie :
  • L'amnésie antérograde qui se caractérise par l'impossibilité de retenir des événements survenus récemment.
  • L'amnésie rétrograde est l'amnésie des événements anciens. L'examinateur va demander au patient le nom de son médecin traitant, son adresse, sa date de naissance, ou des renseignements bien connus du patient. On constate que les oublis viennent perturber l'activité quotidienne du patient, comme la recherche d'objets très souvent utilisés par exemple. D'autre part, le patient finit par poser souvent les mêmes questions.
  • L'attention est perturbée, le patient est distrait.
  • Les troubles du langage (aphasie) s'installent progressivement et s'associent à une désorientation temporospatiale (dans le temps et dans l'espace). Le langage est détérioré, incohérent . Souvent le patient répète sans cesse les mots de son interlocuteur (écholalie). 
  • On constate un affaiblissement plus ou moins intense des facultés intellectuelles ayant un retentissement sur l'activité sociale, et sur l'exercice d'une profession.
  • Installation d'une confabulation (le patient présente comme une réalité vécue quelque chose d'imaginaire) pour compenser en quelque sorte ses troubles de mémoire. Dans la maladie d'Alzheimer, et dans le syndrome d'amnésie de Korsakoff les troubles confabulantoires sont particulièrement intenses. Chez le patient démentiel on constate : une certaine irritabilité, une tendance à tout ramener à soi.
  • Des difficultés à effectuer des gestes concrets (comme la manipulation d'objets entre autres), ceci est dû à une lésion du système nerveux secondaire, à une atteinte des lobes pariétaux (situés au-dessus du cerveau). Le terme médical désignant ceci est l'apraxie. Parfois le patient ne peut reconnaître des objets, alors que les fonctions sensorielles (vision, audition, toucher) sont normales, il s'agit d'agnosie. Il est aussi possible que le patient en vienne à une non-reconnaissance des visages.
  • On peut aussi observer des troubles exécutifs dans le calcul ou le jugement (perte de la critique)

On peut avoir d'autres troubles associés : 

  • des troubles du comportement : une agitation, une apathie, une irritabilité, une anxiété.
  • des troubles de l'humeur : une dépression

Devant une démence supposée, il faut toujours éliminer une confusion.

Physiologie 

L'ensemble des fonctions intellectuelles sont :

  • La mémoire.
  • L'attention.
  • La capacité de raisonner.
  • Le jugement entre autres.

La démence ne doit pas être confondue avec les états démentiels (délire aigu), qui eux sont réversibles. Les démences ne sont pas toutes irréversibles, certaines sont curables. Le plus fréquent des processus démentiels, est la maladie ou démence d'Alzheimer qui correspond à environ 60 % de l'ensemble des démences en Europe.

L'aliénation mentale, terme guère utilisé de nos jours, désignait dans le langage courant, la folie ou les troubles psychologiques. Plus souvent utilisé dans un contexte juridique, il s'agissait de la forme extrême de la maladie mentale, incompatible avec une vie sociale normale. Ce terme a été développé par le Français Philippe Pinel, à la fin du XVIIIe siècle. L'aliénation mentale a permis de construire efficacement la psychiatrie moderne, en considérant cette affection comme une maladie identique aux autres maladies organiques, de la même façon que la tuberculose, ou l'ostéoporose.

Cette diminution irréversible des facultés mentales, correspondant à un affaiblissement intellectuel acquis et global, s'accompagne également, d'une altération de la mémoire, de la pensée abstraite, du jugement, et de la personnalité.

Il faut différencier la démence de l'idiotie dans la mesure où, la seconde est une cessation du développement intellectuel, alors que la démence constitue une régression des phénomènes cognitifs (apprentissage entre autres).

Physiopathologie 

La démence est une altération grave du psychisme d'un individu, se caractérisant par une diminution progressive, et irréversible des facultés intellectuelles ou mentales associant des troubles de la mémoire, et de l'idéation à d'autres troubles cognitifs. Il s'agit plus précisément d'une démence organique, résultat du déclin progressif ou permanent de la perception, et des capacités intellectuelles, ceci à la suite de lésions cérébrales (du cerveau).

La démence, est le résultat d'une perturbation du fonctionnement des composants de l'écorce cérébrale (cortex). Il s'agit essentiellement des neurones, et de l'ensemble des synapses (contact entre les neurones, permettant de faire passer les messages nerveux), des deux hémisphères cérébraux ensemble.

Quelquefois, mais plus rarement, ce sont des lésions situées en dessous du cortex cérébral, qui sont à l'origine des démences aboutissant à ce que l'on appelle une démence sous-corticale. Il peut s'agir d'une atteinte des noyaux gris centraux, ou du thalamus mais toujours bilatéral (des deux côtés). Les noyaux gris sont des îlots de substance grise (comme l'écorce cérébrale), situés à l'intérieur de la substance blanche du cerveau.

Le plus souvent les démences sont irréversibles car associées à une atrophie (diminution du volume) du cortex. Dans la démence irréversible, il n'existe pas d'atteinte anatomique du cortex cérébral, ou de la substance nerveuse proprement dite.

Diagnostic différentiel 

Il ne faut pas confondre une démence avec une autre pathologie neuropsychologique. Les maladies susceptibles d'être confondues sont (liste non exhaustive) : 

  • La mythomanie au cours de laquelle le patient est conscient de ses mensonges.
  • Le délire aigu, état proche de la démence organique mais réversible.
  • La confusion mentale se caractérisant par la présence d'illusions, et d'hallucinations associées à un début brusque, une durée limitée. Ceci l'oppose à l'installation progressive de la démence entre autres.
  • L'excitation, et la dépression, sont souvent confondues avec la démence.

Aucun commentaire pour "Démence "

Commentez l'article "Démence "

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.