Démence présénile : Examen médical

Examen médical 

Les examens complémentaires et plus particulièrement l'IRM permettront de ne pas se tromper de diagnostic (diagnostic différentiel). Ainsi il est nécessaire d'éliminer une tumeur dont l'évolution est lente, un hématome (collection de sangs) cérébral situé en dessous de la dure-mère (membrane de protection et de recouvrement du système nerveux central) un infarctus (arrêt de la circulation entraînant une destruction du tissu localement) cérébral.Certaines images scanner montrent une diminution de l'épaisseur du cortex (partie périphérique) du cerveau apparaissant de manière diffuse ou bien une dilatation ventriculaire c'est-à-dire un agrandissement du volume des ventricules cérébraux (cavités situées au centre du cerveau et contenant le liquide céphalo-rachidien). Ces images peuvent éventuellement orienter vers une maladie d'Alzheimer précoce. Ce type d'examen est moins fiable pour la maladie d'Alzheimer classique c'est-à-dire sénile (survenant avec l'âge). En effet l'atrophie du cortex cérébral et la dilatation ventriculaire apparaissent progressivement également avec l'âge.De nouvelles méthodes d'investigation tels que le PET et le SPECT pourront à jour sans doute permettre de porter le diagnostic de démence présénile. Ils sont pour l'instant utilisés dans certains centres de recherche extrêmement spécialisés et peu nombreux. Certaines équipes médicales spécialisées en neurologie utilisent l'électroencéphalogramme qui permet dans certains cas de soutenir le diagnostic. Pour les spécialistes, celui-ci montre un ralentissement postérieur du rythme de base.

Analyses médicales 

En dehors des analyses classiques (globules rouges, plaquettes, globules blancs, glycémie, urée, ionogramme, profil lipidique) il est nécessaire d'établir un dosage de la TSH (hormone stimulant la sécrétion d'hormones thyroïdiennes) de manière à mettre en évidence une éventuelle hypothyroïdie (chute du taux des hormones thyroïdiennes dans le sang).La nécessité d'un dosage de diverses protéines (A 42 et tau entre autres) dans le liquide céphalo-rachidien est au centre d'une polémique entre spécialistes en neurologie.

Autres articles sur le sujet "Démence présénile"

Aucun commentaire pour "Démence présénile"

Commentez l'article "Démence présénile"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.